Vu! Baby Driver, d’Edgar Wright.
Films / 18 novembre 2017

Vu! Baby Driver, d’Edgar Wright. Baby n’est pas un jeune homme comme les autres. Prodige derrière le volant, il sert de chauffeur pour des braquages afin d’éponger la dette qui le lie à Doc, un homme d’affaires véreux qui s’est pris d’affection pour lui. Ses écouteurs enfoncés dans les oreilles, Baby fait le boulot à contrecœur. Jusqu’au jour où il rencontre Debora, une serveuse dans un diner, dont il tombe aussitôt amoureux. Il n’a plus qu’une hâte, terminer son dernier boulot et changer de vie. De prime abord, un film intitulé Baby Driver, ça ne m’attire pas. Ça ressemble à une comédie d’action bas de gamme mettant en scène Zac Efron. Mais on me l’a chaudement recommandé. Par quelqu’un qui ne m’aurait jamais recommandé une comédie d’action bas de gamme mettant en scène Zac Efron. Alors je me suis laissé tenté. Et je ne regrette pas. Baby Driver est bien une comédie d’action, mais il suffit de s’y pencher d’un peu plus près pour comprendre que, derrière son titre trompeur, ça ne peut pas être un film bas de gamme. Son réalisateur (et scénariste), déjà, n’est autre que le talentueux britannique Edgar Wright, à qui l’on doit les excellents Shaun…

Vu! Vice-Versa, de Pete Docter.
Films / 17 décembre 2016

Vu! Vice-Versa, de Pete Docter. Depuis la naissance de Riley, Joy est son émotion dominante et dirige le Head-Quarter, le centre des émotions. Au fil du temps, elle est rejoint par Fear, Anger, Sadness et Disgust. Ensemble, ils veillent au bonheur de Riley et au bon fonctionnement des Îles de la Personnalité tout en prenant soin des Souvenirs. Le déménagement soudain de la famille de Riley de son Minnesota natal à San Francisco perturbe la jeune ado et perturbe ses émotions. En se disputant un Souvenir, Joy et Sadness sont expulsées dans la Mémoire à Long-Terme et assistent impuissantes à l’effondrement de la personnalité de Riley. Joy doit tout mettre en œuvre pour regagner le Head-Quarter avant qu’il ne soit trop tard pendant que Anger, Disust et Fear essaient désespérément de gérer le quotidien de Riley. J’aime beaucoup les films d’animation qui jouent sur plusieurs niveaux et s’adressent aussi bien aux enfants qu’aux adultes. Des films comme Shrek, Bee Movie, l’Âge de Glace ou Madagascar, pour ne citer qu’eux. Pour qu’un dessin animé me plaise, j’ai besoin d’humour, de références et de profondeur, pas seulement une histoire enfantine mielleuse et complètement prévisible. Vice-Versa a toutes les qualités que je recherche. Certes, l’histoire se pose dans un…