Lu! La Dent du Serpent, de Craig Johnson.
Romans / 30 décembre 2017

Lu! La Dent du Serpent, de Craig Johnson. Lorsque Barbara, une des citoyennes modèles de Durant, raconte que des anges s’occupent des menus travaux chez elle, qu’il lui suffit de leur laisser à manger pour qu’ils fassent les réparations nécessaires dans sa maison, le shérif Walt Longmire décide de mener l’enquête. Une enquête rapide, simple et efficace, qui révèle que les anges sont en fait un ado mormon maigrichon prénommé Cord, qui squatte le cabanon de Barbara depuis quelques semaines. Mais l’affaire se corse lorsque débarque à Durant un vieil homme ressemblant comme deux gouttes d’eau à Orrin Rockwell Porter, pourtant décédé près d’un siècle et demi plus tôt. Et elle se corse encore plus lorsqu’elle met une communauté de mormons dissidents, armés jusqu’aux dents, sur la route du shérif du comté le moins peuplé de l’état le moins peuplé des États-Unis. Je l’ai déjà dit (sans doute) mais je le répète (peut-être). Je crois que la collection Neo-Noir des éditions Gallmeister (qui est devenue, si j’ai bien compris, la collection Americana) est une de mes préférées. À tel point que quand je me balade chez mon dealer d’histoires et que je croise une de ces couvertures noires à la sobriété…

Lu! Le Verger de Marbre, d’Alex Taylor.
Romans / 7 janvier 2017

Lu! Le Verger de Marbre, d’Alex Taylor. Dans une petite ville du Kentucky, Beam Sheetmire travaille avec son père sur le ferry familial, qui fait la traverser de la Gasping River. Un soir où il est de service, il tue un passager qui essaie de le voler. Avant de mourir, l’homme prononce un nom, celui de Loat Duncan, un homme d’affaire local aux méthodes expéditives. Beam doit prend la suite tandis que Loat et le Sheriff se lancent à ses trousses et que le passé remonte à la surface. Avant même de parler du roman en lui-même, le premier point très important à noter et que ce texte fait partie de la collection Neo-Noire des éditions Gallmeister. Si vous suivez mes chroniques, vous savez que j’ai une affection particulière pour cette collection. Regroupant des romans noirs américains, elle regorge de pépites du genre. Ce Verger de Marbre s’inscrit parfaitement dans la lignée de Benjamin Whitmer ou Peter Farris. Alex Taylor parvient avec brio à créer une ambiance poisseuse à la fois crue et très poétique. La trame n’est pas d’une originalité folle et les rebondissements pas vraiment des surprises, mais ce n’est le propos. Oubliez les codes du policier, le Verger…

Lu! Dernier Appel pour les Vivants, de Peter Farris.
Romans / 7 mai 2016

Lu! Dernier Appel pour les Vivants, de Peter Farris. Jubilation County, Georgie. L’été est chaud, l’air irrespirable. Comme tous les samedis matins, Charlie est au poste derrière son guichet, prêt à affronter la déferlante de clients venus récupérer leur paie. Le premier à passer la porte est Hicklin, un membre de la Fraternité Aryenne tout juste sorti de prison. Armé jusqu’aux dents, il braque la banque et flingue la responsable. Prend le jeune guichetier en otage et se réfugie dans les bois. Dans la cabane de Hummingbird, une ancienne institutrice accro à la meth. Ses anciens associés et les flics sont à ses trousses. Qui le trouvera en premier ? Tout commence par un braquage, ce qui n’est pas un hasard quand on sait que l’auteur lui-même a été témoin d’un braquage dans la banque où il était guichetier. À travers une ville laissée en ruines par une crise financière persistante, Peter Farris nous dépeint un décor typique des romans noirs à l’américaine. Une montagne, une forêt, une cabane, une église pentecôtiste et des personnages torturés. Il y a ce jeune guichetier, Charlie, passionné de fusées mais socialement inapte. Pris en otage par le braqueur qui a exécuté sa responsable sous…

Lu! Corrosion de Jon Bassoff.
Romans / 22 janvier 2016

Lu! Corrosion de Jon Bassoff. Joseph Downes, un vétéran d’Irak au visage mutilé, tombe en rade au milieu de nulle part. Naturellement, il va prendre un verre dans le bar le plus proche. Peu après son arrivée, un couple arrive. Le mari bat sa femme. Personne n’intervient. À part Joseph, qui entreprend de donner une leçon à l’homme. Plus tard, la femme le rejoint à l’hôtel miteux où il est descendu en attendant la réparation de son pick-up. Veut-elle le remercier ? A-t-elle autre chose derrière la tête ? Après « Pike » et « Cry Father » de Benjamin Whitmer, c’est le troisième titre que je lis de la collection NEONOIR des Éditions Gallmeister. Et ce ne sera pas le dernier. Comme pour les romans de Benjamin Whitmer, la couverture est simplissime au possible. Une écriture blanche sur un fond parfaitement noir. Et ça correspond très bien à l’ambiance du roman. C’est noir, très noir. Dans l’écriture viscérale, qui s’adapte parfaitement aux personnages et aux situations. Dans la construction qui nous guide habilement dans les choix du personnages pour nous révéler son histoire. Mais surtout dans les acteurs et les lieux qui peuplent ce roman. Un environnement difficile, où la souffrance a plus…

Lu! Pike de Benjamin Whitmer.
Romans / 15 décembre 2015

Lu! Pike de Benjamin Whitmer. Douglas Pike travaille dans une ville minière des Appalaches avec Rory, un jeune boxeur. Un jour, une femme vient le trouver pour lui apprendre la mort par overdose de Sarah, sa fille qu’il n’avait pas vu depuis des années, et pour lui confier la garde de Wendy, sa petite-fille de douze ans. Quand un flic corrompu, suspecté du meurtre d’un jeune noir à Cincinnati, démontre un intérêt prononcé pour Wendy, Pike décide de mener l’enquête. J’avais découvert Benjamin Whitmer avec son second roman, Cry Father, dont j’avais adoré la noirceur. C’est donc tout naturellement que j’ai eu envie de lire son premier roman. Et, comme pour Cry Father, j’ai adoré. L’auteur nous décrit un monde noir, sombre, où tout est sale, détruit, sans espoir, où la violence règne sur des personnages abîmés et où même le soleil semble terne. Souvent dur, parfois glauque, toujours noir, Pike est une histoire difficile, sur fond de drogue, de désillusions et de quête de rédemption impossible. À l’opposé du « feel good book », Pike nous entraîne dans ce que l’on pourrait surnommer « l’American Nightmare ». Et si le voyage n’est pas des plus agréables, avec ses paysages dévastés, la plume trempée…

Lu! Cry Father de Benjamin Whitmer.
Romans / 18 mai 2015

Lu! Cry Father de Benjamin Whitmer. Patterson n’arrive pas à se remettre de la mort de son fils. Il écume les zones sinistrées des États-Unis pour déblayer les décombres et fuir sa propre douleur. À l’écart du monde, dans les hauteurs perdues du Colorado, il cherche une paix élusive. Puis il rencontre Junior, le fils de son seul ami. Ils vont s’attirer, comme deux corps célestes lancés dans une course folle vers l’autodestruction. Dès les premières pages, aucun doute n’est permis, Cry Father est un roman noir. Très noir. Benjamin Whitmer nous décrit une Amérique sale et poussiéreuse, des personnages égarés et violents. Son Patterson Wells est parfaitement sombre. Incapable de se remettre de la mort de son fils. Incapable d’avancer. Il se laisse entraîner presque malgré lui dans la spirale auto-destructrice de Junior, un passeur de drogue accroc à la cocaïne et à la violence. Le tableau est sinistre au possible. La plume de l’auteur est parfaitement affûtée et ses descriptions précises. Si précises qu’on respire la poussière et qu’on a le goût métallique du sang dans la bouche. Benjamin Whitmer nous transforme en témoins d’un accident de la route que nous sommes incapables de quitter des yeux. Cry…