Vu! La Ballade de Buster Scruggs, de Joel et Ethan Coen.
Actualités / 4 décembre 2018

Vu! La Ballade de Buster Scruggs, de Joel et Ethan Coen. Chaque nouvel film des Frères Coen est un événement. Pour leur première réalisation sur Netflix, ils nous présentent six histoires courtes avec pour thème la Frontière Américaine. Non, pas celle entre le Mexique et les États-Unis, que Trump défend mordicus comme s’il redoutait l’invasion massive d’aliens (comprendre des vénézuéliens fuyant leur dictature pour une autre), mais celle du Grand Ouest, plus communément surnommée le Far West. Des histoires de cow-boys (avec ou sans cows), d’artistes itinérants, de hors-la-loi braqueurs de banques, de chercheur d’or, de pèlerins traversant le pays pour s’installer dans de nouveaux états tout juste colonisés, ou encore de voyageurs en diligence. Six histoires, donc, très différentes dans le propos et le ton (même si l’on retrouve toujours la patte du duo de réalisateurs). Six histoires très inégales. J’ai plusieurs choses à dire sur chacune d’entre elles et sur l’ensemble. La Ballade de Buster Scruggs. Buster Scruggs est un hors-la-loi particulier, qui aime pousser la chansonnette. Mais il est également habile de la gâchette et ne se laisse pas impressionner facilement. J’ai bien aimé cette histoire, qui donne son titre au film. Même si le personnage de…

Vu ! Blanche Gardin – Je parle toute seule.
Spectacle / 20 octobre 2018

Vu ! Blanche Gardin – Je parle toute seule. J’aime bien Blanche Gardin. Enfin, moi je l’appelle Blanche. Mais on s’en fout. Contrairement à beaucoup, je ne l’ai pas découverte dans le Jamel Comedy Club, même si je l’ai vue dans quelques bouts d’épisodes d’Inside Jamel Comedy Club. C’est la série Working Girls qui l’a vraiment révélée à mes yeux (tout comme Laurence Arné ou Alice Belaïdi). Au début, elle me faisait penser à une version moins fouillis d’un personnage de Marina Foïs dans les Robins des Bois. Et comme j’aimais beaucoup Marina Foïs dans les Robins des Bois, j’ai naturellement aimé Blanche et ce personnage entre angoisse, introversion et franchise. J’ai beaucoup aimé son intervention aux Molières de l’humour, tout en humour noir et en charme. Dans « Je parle toute seule », un spectacle datant de 2017 et récemment ajouté à la liste grandissante des one (wo)man shows disponibles sur Netflix, je l’ai découverte dans toute sa maturité humoristique. Et elle me fait toujours penser à Marina Foïs (dans cela aussi que plus le temps passe et plus son charme s’impose). Elle reprend naturellement le personnage qui a fait son succès, celui de la fille dépressive. Mais en moins caricatural. Ses répliques,…

24 heures dans la vie d’un mec
Actualités / 2 août 2018

24 heures dans la vie d’un mec En 24 heures, il peut se passer beaucoup de choses dans la vie d’un mec. En 24 heures, un mec peut être un spectateur, un ami, un amant, un rêveur ou un fils. Au programme de cette nouvelle nouvelle de Leo Rutra, de l’humour noir, de l’amitié et de l’amour, des clins d’œil, de l’injustice et même une actrice de l’univers cinématographique Marvel. Auteur : Leo Rutra Publié le : 02/08/2018 Catégorie : Nouvelle – Humour Noir – Psychologique Disponible chez : Librinova – Amazon – Kobo Plus d’extraits… Plus de liens…

Vu! Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, saison 2.
Séries TV / 22 juin 2018

Vu! Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, saison 2. Arrivés à l’école préparatoire Prufrock, les orphelins Baudelaire espèrent avoir laissé Comte Olaf derrière eux, d’autant plus que la sécurité de l’école a été renforcée pour empêcher le vil homme d’entrer dans l’établissement. Même si le traitement qui leur est réservé n’est pas des plus chaleureux, puisqu’ils sont logés dans une sordide cabane et chargés de corvées, ils rencontrent Duncan et Isadora Quagmire, deux triplés arrivés peu avant eux suite à la mort accidentelle de leurs parents et de leur frère dans un incendie qui a ravagé leur maison. Lorsqu’ils comprennent que leurs parents faisaient partie de la même organisation, les Quagmire et les Baudelaire allient leurs forces et trouvent dans cette nouvelle alliance un nouvel espoir. Mais c’est sans compter sur Comte Olaf, qui, grâce à un nouveau déguisement, trouve le moyen d’entrer dans l’école. La première saison des Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire avait été un coup de cœur de l’année 2017. Je m’étais facilement immergé dans l’histoire loufoque de ces jeunes enfants frappés par la tragédie et j’avais été séduit par cette comédie sombre autant que par son casting attachant. J’attendais donc beaucoup de cette deuxième saison. Peut-être…

Vu! Bienvenue à Surburbicon, de George Clooney.
Films / 24 avril 2018

Vu! Bienvenue à Surburbicon, de George Clooney. En 1959, Surburbicon est une petite ville résidentielle paisible où de bonnes familles américaines viennent élever leurs enfants. En tout cas jusqu’à ce qu’une famille noire vienne perturber la paix de ce petit paradis. Pour couronner le tout, les Lodge se font cambrioler. Nicky Lodge, seul enfant de la ville à avoir sympathisé avec le fils des nouveaux voisins, se réveille à l’hôpital après avoir été endormi au chloroforme par les cambrioleurs, et apprend que sa mère est morte. Margaret, la sœur jumelle de Rose, la femme de Gardner Lodge et la mère de Nicky, emménage pour aider la famille à se relever de cette tragédie. Pendant que la communauté s’en prend de plus en plus violemment à leurs voisins noirs. Sur le papier, Bienvenue à Surburbicon a de quoi séduire. George Clooney à la réalisation d’un scénario des frères Coen avec Matt Damon, Julianne Moore et Oscar Isaac dans les premiers rôles. Une histoire noire, racontée avec cette certaine légèreté qui est devenue une des marques de fabrique des frères Coen, où les rebondissements s’enchaînent bien. Pourtant, ça ne marche pas vraiment. Lorsque le film commence avec l’arrivée de cette famille noire dans…

Vu! The Standups, saison 2.
Séries TV , Spectacle / 20 avril 2018

Vu! The Standups, saison 2. La première saison de The Standups m’avait laissé sur ma faim. Sur six comedians, je n’avais vraiment accroché qu’avec le premier. Néanmoins, comme j’aime le stand-up et découvrir de nouveaux talents, j’ai regardé cette deuxième saison. Le premier épisode met en scène Joe List. Physiquement, il ressemble un peu à une version Nouvelle-Angleterre de Stephen Merchant. Il manque un peu de présence, mais compense avec une autodérision plutôt intéressante. Gina Yashere prend la suite et elle, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle ne manque pas de présence, bien au contraire. Elle est pleine d’énergie et utilise son expérience personnelle de femme noire pour jouer sur les clichés et renverser le racisme. Kyle Kinane impose d’entrée, lui, un humour plus sombre, faisant une bonne partie de sa performance sur le Ku Klux Klan, avec des vannes plutôt bien trouvées. Avec Rachel Feinstein, on revient sur un humour personnel, le retour aux sources, les parents, sujet illimité. Le style est plus sobre, dans la lignée de ce que peut faire Jen Kirkman, par exemple. Brent Morin, lui, est tout en rythme, qu’il sait manier avec merveille. Entre ses justifications, son délire de prince bourrée en…

Vu! Ricky Gervais : Humanity.
Spectacle / 6 avril 2018

Vu! Ricky Gervais : Humanity. Ça faisait longtemps que je n’avais pas regardé un spectacle de stand-up. Et quoi de mieux, pour ce faire, que celui de Ricky Gervais ? Ricky Gervais, pour ceux qui ne connaissent pas, est un couteau-suisse artistico-comique britannique. Après avoir commencé comme chanteur de Seona Dancing, il devient manager de groupes, puis animateur radio, aux côtés de son compère Stephen Merchant. Viennent ensuite le stand-up, puis la consécration avec The Office et le cinéma. Je vous recommande The Invention of Lying, la génialement décalée série Derek (disponible sur Netflix) ou Cemetery Junction. Mais il n’est pas ici question de Ricky Gervais l’acteur, le producteur ou le créateur de séries. Ici, il est question de Ricky Gervais, le comique. Et Ricky Gervais, le comique, sait parfaitement utilisé son image et sa personnalité pour faire rire son public. Sept ans après son dernier stand-up (si l’on excepte sa présentation des Golden Globes, à laquelle je vous recommande de jeter un coup d’œil), Ricky Gervais remonte sur scène pour nous faire rire. Si vous le connaissez un peu, vous allez retrouver son personnage abrasif, capable de lancer les pires horreurs sans sourciller, un sourire aux lèvres. Si vous…

Vu! The End of the F***ing World, saison 1.
Séries TV / 20 février 2018

Vu! The End of the F***ing World, saison 1. James, un lycéen de 17 ans d’une petite ville d’Angleterre, vit seul avec son père. Persuadé d’être un psychopathe, il tue régulièrement de petits animaux, mais a envie de passer à l’étape supérieure et de tuer un humain. Le hasard place Alyssa sur son chemin. Elle voit en James un moyen d’échapper à son quotidien, notamment sa vie chez sa mère et son beau-père, qu’elle méprise. Si James est pour elle un petit ami potentiel, Alyssa est pour lui une victime potentielle. Mais il repousse le moment et se laisse influencer par Alyssa qui l’embarque dans un road-trip bancal après avoir volé la voiture de son père. Dès les premières secondes, j’ai reconnu en The End of the F***ing World une comédie noire britannique comme je les aime. Le ton de l’histoire, la présentation des personnages, de leurs motivations, leur physique, leur accent, j’adore ! Il faut dire que les britanniques savent faire des séries originales, différentes, audacieuses. The End of the F***ing World est l’une d’elles. L’intrigue paraît simple : deux ados perturbés qui, ensemble, deviennent un peu malgré eux un couple rebelle en fugue. Mais l’histoire est bien plus…

Vu! Vincent C. : Magie Non Censurée.
Spectacle / 29 décembre 2017

Vu! Vincent C. : Magie Non Censurée. Normalement, je ne sors pas (j’entends voir des spectacles, parce que je suis quand même obligé, de temps en temps, d’aller faire des courses). Ça oblige à réserver des places pour une date précise, à se rendre au lieu où se déroule le spectacle puis à rentrer une fois que c’est fini. En plus, je suis très mauvais public. Par exemple, les applaudissements gratuits me répugnent (j’entends par là les applaudissements de politesse ou d’encouragement, quand le type arrive tout juste sur scène et qu’il n’a encore rien fait, selon moi, méritant ces applaudissements) et je déteste participer (j’ai déjà du mal à tolérer la présence d’autres spécimens de mon espèce dans la salle). Mais bon, pour la Saint Coca-Cola, des proches m’ont offert des places pour aller voir un spectacle de magie. Oui, un spectacle de magie. J’ai des lubies, comme ça. Et ces derniers mois, c’est la magie. Depuis que je suis tombé, par hasard, sur Penn & Teller : Fool Us sur Netflix (que je vous conseille, par ailleurs, si vous aimez la magie). Bref, on m’offre des places pour un spectacle de magie et je traverse donc Paris en…

Vu! Get Out, de Jordan Peele.
Films / 13 décembre 2017

Vu! Get Out, de Jordan Peele. Chris Washington est un jeune photographe noir. En couple avec Rose depuis quelques mois, il s’apprête à rencontrer ses beaux-parents pour la première fois. Inquiet de leur réaction concernant sa couleur de peau, il est rassuré par sa compagne qui lui assure que ses parents ne sont pas racistes. Et d’ailleurs, les parents l’accueillent à bras ouverts dans leur grande maison à la campagne. Paradoxalement, l’ambiance bourgeoise le met mal à l’aise et ça ne va pas en s’arrangeant lorsque Chris apprend qu’une grande réunion de famille est prévue pour le lendemain. Mais ce n’est rien comparé au comportement étrange de Walter et Georgina, le jardinier et la servante, noirs, de la famille. Et Chris n’est pas au bout de ses peines. Jordan Peele est surtout connu pour ses sketchs comiques avec son compère Keegan Michael-Key. Mais, pour sa première réalisation, il signe un film d’horreur traitant du racisme. Alors dit comme ça, ça peut sembler étrange. Et même si Get Out reprend certains codes du film d’horreur, ce n’en est pas un à proprement parlé. Il y a bien cette ambiance de plus en plus inquiétante que le réalisateur sait parfaitement mettre en…