Vu! Le Crime de l’Orient-Express, de Kenneth Branagh
Films , Vu ! / 19 décembre 2018

Après avoir résolu une affaire de meurtre au Caire, Hercule Poirot rejoint Istanbul, où il monte à bord du fameux Orient-Express pour retourner à Londres. Mais alors que le train se retrouve bloqué par la neige dans les montagnes de Yougoslavie, un riche américain à la réputation sulfureuse est assassiné. Suite à la demande de son ami Mr Bouc, Poirot accepte de mener l’enquête pour découvrir l’identité du meurtrier. Je dois être dans une période « classique »… Bon, c’est vrai que le film date seulement de l’année dernière, mais l’histoire est un classique, puisque c’est une nouvelle adaptation du roman éponyme d’Agatha Christie. Je n’ai jamais lu Agatha Christie. Ou alors je ne m’en souviens pas. Je n’ai pas non plus vu les précédentes adaptations de cette histoire (ou tout autre histoire impliquant Hercule Poirot, d’ailleurs). Un des problèmes du whodunnit, c’est qu’une fois qu’on sait, on sait. Et une partie de ce qui fait le charme de l’histoire disparaît. Heureusement, grâce à mon manque de culture, ça ne m’a pas posé problème. Et c’est sans doute une des raisons pour laquelle j’ai autant apprécié ce film. Ce n’était pourtant pas gagné. En général, les classiques me déçoivent. Encore plus les…

Vu! Sweeney Todd, de Tim Burton.
Films / 11 décembre 2018

Vu! Sweeney Todd, de Tim Burton. De retour à Londres après quinze ans d’exil, le barbier Benjamin Barker se fait maintenant appeler Sweeney Todd. De retour à Fleet Street, il est accueilli par Mrs Lovett, qui vend les pires tourtes à la viande de Londres et qui lui apprend que sa femme, Lucy, s’est empoisonnée à la suite de sa condamnation, plutôt que de céder aux avances du juge Turpin, qui a par la suite adopté sa fille, Johanna, et compte maintenant l’épouser. Sweeney Todd reprend alors du service comme barbier, dans le seul et unique but de se venger du juge. J’aime le goût du macabre de Tim Burton. Même si je ne suis pas un inconditionnel de son œuvre. Sweeney Todd m’attirait par son côté son côté sombre et macabre mais j’ai gardé pendant un peu plus de dix ans mes distances. Pour la simple et bonne raison que, malgré ma profonde tolérance, la comédie musicale est un genre qui ne me chante pas. J’ai finalement laissé une certaine someone me convaincre de finalement donner sa chance au barbier démoniaque de Fleet Street. J’avais vu juste. Je n’aime pas les comédies musicales. Sombres ou non. Rien à faire, c’est…

Vu! Arizona Dream, d’Emir Kusturica.
Films / 7 septembre 2016

Vu! Arizona Dream, d’Emir Kusturica. Trois ans après la mort tragique de ses parents, Axel mène une vie simple à New York, où il travaille comme recenseur de poissons. Son cousin vient le chercher pour le ramener dans sa ville natale, en Arizona, pour être le témoin de son oncle, Léo, qui s’apprête à épouser une jolie jeune femme. Léo veut en fait convaincre Axel de reprendre sa concession de Cadillac. Axel hésite, puis décide de tenter le coup. Il rencontre deux femmes, une femme mûre avec des rêves de voler et un appétit pour les séduisants jeunes hommes, et sa belle-fille aux tendances suicidaires. Après Promets-Moi, Arizona Dream est le second film d’Emir Kusturica que je regarde. J’avais eu du mal avec Promets-Moi, beaucoup de mal, même. L’univers déluré, la réalisation étrange, les effets spéciaux faits main et l’histoire déconcertante m’avaient laissé perplexe. J’ai décidé de retenter ma chance avec Arizona Dream, film qui jouit d’une notoriété certaine. En plus, j’aime beaucoup la chanson d’Iggy Pop, et Johnny Depp. J’ai été surpris par la première scène, cet inuit qui a un accident de traîneau en ramenant un flétan chez lui et est sauvé par ses chiens. La musique, le rythme, la tension. Je…

Vu! Strictly Criminal, de Scott Cooper.
Films / 1 juin 2016

Vu!  Strictly Criminal, de Scott Cooper. Dans les années 70, Jimmy « Whitey » Bulger est l’un des membres fondateurs de Winter Hill, une organisation criminelle liée à la mafia irlandaise opérant dans le quartier de South Boston. Il décide de s’allier avec John Connelly, un ami d’enfance devenu agent du FBI, pour opérer en toute impunité et faire tomber ses rivaux. Adapté du récit éponyme de Dick Lehr et Gerard O’Neill, le film de Scott Cooper retrace la vie du criminel de Boston. Le tout en commençant par la fin et les témoignages de plusieurs de ses anciens associés. Le film ouvre d’ailleurs sur le visage marqué de Jesse Plemons qui lance l’histoire dans une scène intense. Les interventions extérieures permettront régulièrement de casser le rythme, de changer d’époque. Comme il est d’usage dans les films du genre, le rythme est plutôt lent et entrecoupé de scènes plus chocs, violentes. Le film s’attache à montrer différentes facettes du criminel, tour à tour chef de gang d’apparence magnanime mais impitoyable, père impliqué, fils chaleureux, voisin bienveillant, brute pure. L’histoire, on la connait déjà, tant elle a été traité au fil des années par le cinéma américain. Il suffit de changer les noms des personnages,…

Vu! Donnie Brasco de Mike Newell.
Films / 14 juillet 2015

Vu! Donnie Brasco de Mike Newell. L’agent spécial Joseph Pistone (Johnny Depp) est chargé d’infiltrer la famille Bonanno de la mafia new-yorkaise. Sa porte d’entrée dans la famille est un lieutenant modeste surnommé Lefty (Al Pacino). Une relation particulière va naître entre les deux hommes, entre espoirs et trahisons. Adapté de la véritable histoire de Joseph Pistone, le film raconte comment sa mission lui est montée à la tête, les risques qu’il a pris et les répercussions sur sa vie, aussi bien professionnelle que personnelle et familiale. Se déroulant à la fin des années 70, Donnie Brasco ressemble à un vieux film de mafia. Le scénario étant dicté par les faits (certains passages ont été modifié, mais Joseph Pistone a écrit que le film était fidèle à son histoire à 90%), le film est moins spectaculaire qu’une production hollywoodienne standard. Et pourtant il n’a pas à rougir comparé à beaucoup de films qui sont sortis avant et depuis. Son authenticité lui confère même un statut très spécial. À côté des performances de Johnny Depp et Al Pacino, on retrouve au casting des habitués des films du genre, comme Michael Madsen, Bruno Kirby ou James Russo. On retrouve également Tim Blake…