Vu! Star Wars, épisode VIII : Les Derniers Jedi, de Rian Johnson.
Films / 8 septembre 2018

Vu! Star Wars, épisode VIII : Les Derniers Jedi, de Rian Johnson. À la tête de la Résistance, Leia organise l’évacuation de la base lorsque les forces du Premier Ordre apparaissent en orbite. Poe Dameron se lance dans une mission suicide pour permettre à la flotte d’échapper à l’anéantissement. Finn se réveille dans un caisson et demande immédiatement où se trouve Rey. Débarquée sur une lointaine planète où Luke Skylwalker vit reclus, Rey, accompagnée de Chewbacca, espère que le dernier grand Maître Jedi acceptera de lui enseigner la Force. En proie au doute, Kylo Ren entre en contact avec Rey. Quitte à passer pour un hérétique, je n’ai jamais été un grand fan de la saga Star Wars. J’ai pourtant regardé tous les films et si je dois admettre qu’il y a de bonnes idées dans certains d’entre eux, je trouve la saga globalement moyenne. Et cette nouvelle trilogie s’inscrit parfaitement dans cette lignée. LucasFilms ayant été racheté par Disney, Star Wars est un peu devenu une espèce de fausse alternative à Marvel. L’intrigue de l’épisode VII m’avait laissé un peu sceptique, J. J. Abrams reprenant un modèle très similaire à celle de la trilogie originale. Mensonges, trahisons, révélations, combats…

Vu! Sin City 2 : A Dame to Kill For, de Robert Rodriguez et Frank Miller.
Films / 7 février 2015

Vu! Sin City 2 : A Dame to Kill For, de Robert Rodriguez et Frank Miller. Presque dix ans après Sin City, voici enfin la suite tant attendue de ce film culte. On retrouve certains personnages du premier volet (Marv, Dwight, Nancy et quelques autres) et on en découvre de nouveaux (Ava Lord, Johnny). Certains des acteurs ont changé, pour différentes raisons, mais puisque je n’ai pas revu le premier volet avant de regarder le 2, ça ne m’a pas dérangé plus que ça. Comme dans le 1, il y a plusieurs histoires mélangées, certains personnages se croisent et d’autres non. Les intrigues en elle-même ne sont pas extrêmement élaborées, mais on ne regarde pas Sin City pour les mêmes raisons que La Taupe. Le point fort du film (et le plus développé) est son aspect visuel (plus encore que la présence très dénudée d’Eva Green). Et de ce côté-là, il n’y a rien à dire. C’est magnifique! Le mélange d’un noir et blanc très esthétique avec des jeux de couleurs très bien utilisés (avec un léger bémol pour Marcie) nous immergent complètement dans l’univers sombre, violent et sale du roman graphique cher à Frank Miller. Le résultat est en dessous du…