Vu! Keanu, de Peter Atencio.
Films / 14 novembre 2017

Vu! Keanu, de Peter Atencio. Les Allentown Brothers, deux assassins réputés, attaquent un hangar appartenant au cartel mexicain et dirigé par King Diaz. Ils exécutent tout le monde sur place et s’emparent d’Iglesias, le chaton de Diaz. Ils sont distraits par l’arrivée de la police et le chaton en profite pour s’enfuir. Rell, en pleine déprime après s’être fait largué par sa copine, trouve le chaton sur le pas de sa porte et décide de le recueillir. Il le baptise Keanu. Deux semaines plus tard, Rell, revigoré par la présence du chaton dans son quotidien, sort au cinéma avec Clarence, son cousin, dont la femme s’est absentée pour le week-end. Quand ils reviennent chez Rell, ils trouvent l’appartement saccagé et Keanu a disparu. Malgré les mises en garde de Clarence, Rell est déterminé à retrouver son chat, quitte à se frotter à un gang local. Il y a des films sur lesquels on tombe parfois et on sait d’avance que ce ne sera pas grandiose, mais on espère quand même passer un bon moment. Un coup d’œil à l’affiche de Keanu suffit pour déterminer qu’on s’apprête à regarder une comédie légère. Difficile en même temps de faire un film d’action…

Vu! Modern Family, saison 7.
Séries TV / 11 octobre 2017

Vu! Modern Family, saison 7. Haley apprend qu’Andy a des sentiments pour elle, mais décide de ne pas interférer avec sa demande en mariage à Beth. Alex part pour l’université, remettant en question sa relation avec Sanjay. Mitchell perd son emploi et se met à peindre, ce qui panique Cameron. Jay et Gloria cherchent une école pour Joe. Claire s’implique de plus en plus dans l’entreprise paternelle tandis que Phil prend le relais à la maison. Luke et Manny, avec leur style caractéristique, essaient de conclure avec des filles. Et Lily continue de manier le cynisme avec brio. En gros, on retrouve les Pritchett, les Dunphy et les Pritchett-Tucker avec plaisir. Comme toujours. Même si, très vite, il apparaît que cette septième saison n’est pas la meilleure, la série reste agréable à suivre. Le plus gros défaut, selon moi, c’est le nombre important d’épisodes moyens. Des épisodes qui ne se suivent pas, des intrigues qu’on met en place, laisse de côté, retrouve et peine à conclure. Je pense aux canards, par exemple, mais aussi à la relation entre Haley et Andy, entre autres. Il y a également ces épisodes qui semblent incomplets, qui commencent à explorer une idée sans aller…

Vu! Friends From College, saison 1.
Séries TV / 16 septembre 2017

Vu! Friends From College, saison 1. Ethan Turner est un écrivain proche de la quarantaine qui, malgré un succès d’estime, peine à faire décoller sa carrière. Il est marié à Lisa, une avocate rencontrée à Harvard durant leurs études, avec qui il essaie d’avoir un enfant. Le couple est installé à Chicago mais décide, pour le travail de Lisa, de revenir vivre à New-York, où ils retrouvent plusieurs de leurs amis de la prestigieuse faculté. Dont Sam, l’ancienne petite amie de Ethan, avec qui il entretient une liaison extra-conjugale prolongée. Mais aussi Nick, un rentier qui se comporte toujours comme un ado et qui avait des sentiments sur Lisa ; Max, un agent littéraire gay en couple avec un médecin spécialisé dans la procréation assistée ; et Marianne, une prof de yoga et actrice de théâtre alternatif. Le titre n’est pas très engageant. Ça ressemble à une tripotée de comédies américaines dont c’était la mode il y a quelques années. Friends With Kids, Friends With Money, j’en passe. La recette est simple, on prend des amis et on les met dans des situations décalées, le reste se fera tout seul. Ce qui m’a poussé à regarder cette série Netflix créée par…

Vu! The Boyfriend, de John Hamburg.
Films / 20 juin 2017

Vu! The Boyfriend, de John Hamburg. Lors de la fête organisée pour son cinquante-cinquième anniversaire, Ned Fleming reçoit un appel vidéo de Stephanie, sa fille, qui fait ses études en Californie. Pendant la communication, Laird, le petit-copain de Stephanie, arrive dans sa chambre d’étudiante et commence à se déshabiller. Ned, dont l’entreprise d’imprimerie est dans une mauvaise passe, décide d’emmener sa femme et son fils passer Noël avec Stephanie et faire officiellement connaissance avec son étrange petit-copain. Derrière ses airs d’éternel adolescent, Laird est en fait multi-millionnaire après le succès de son jeu vidéo pour mobile. Lorsque Laird fait part à Ned de ses intentions de demander Stephanie en mariage, le père inquiet met tout en œuvre pour faire capoter leur relation. Bon, qu’on se le dise tout de suite, j’ai lancé The Boyfriend (Pourquoi Lui ?) avec des attentes très mitigées. D’un côté j’aime beaucoup James Franco et Bryan Cranston, mais de l’autre je me méfie énormément de ces comédies construites selon des formules ultra-stéréotypées. Autant le dire de but en blanc, je n’ai pas aimé ce film. La principale raison est, évidemment, qu’il est construit selon une formule ultra-stéréotypée. Que voici : père coincé rencontre gendre déluré. Père coincé déteste…

Vu! With Bob and David, saison 1.
Séries TV / 30 mai 2017

Vu! With Bob and David, saison 1. Je ne vais pas essayer de résumer cette mini-série de quatre épisodes complètement loufoque (re)créée pour Netflix par Bob Odenkirk et David Cross. Je dis re car l’équipe derrière ce délire est composée d’anciens de Mr. Show, une émission à sketchs mêlant fictions et séquences en public et mettant en scène (vous avez deviné ?) Bob Odenkirk et David Cross. Netflix s’est fait la spécialité de lancer des séries originales et novatrices comme Orange is the New Black ou Daredevil, pour ne citer qu’elle. Mais parallèlement, le site de streaming a également relancé des séries arrêtées trop tôt, comme Arrested Development. C’est dans cette seconde catégorie que tombe With Bob and David. Après quatre saisons sur HBO, Mr. Show est annulé en 1998. C’est cette même année que Bob et David empruntent la machine à voyager dans le temps réel d’un savant fou, direction 2015, pour poursuivre leurs aventures dans le futur. Je ne peux comparer Mr. Show avec Bob and David car je n’ai pas vu l’émission originale. Pour tout vous dire, j’en ignorais même jusqu’à l’existence avant de regarder ce revival sur Netflix. Tout ce que je savais, c’est que j’aime beaucoup…

Vu! Let’s Be Cops, de Luke Greenfield.
Films / 17 avril 2016

Vu! Let’s Be Cops, de Luke Greenfield. Ryan (Jake Johnson) aurait pu devenir joueur de football américain professionnel, mais une blessure l’a transformé en loser dont la seule heure de gloire est d’avoir tourné une publicité pour l’herpès. Son colocataire et ami d’enfance, Justin (Damon Wayans Jr.), travaille comme assistant dans une boîte de jeux vidéo. Timide, il n’arrive pas à vendre son projet de simulation policière. À l’occasion d’une soirée d’anciens élèves qu’ils croient costumés, ils utilisent les uniformes de police ramenés du travail par Justin. Ils observent rapidement l’effet de leurs déguisements sur les gens et se prennent peu à peu au jeu. Ça permet à Ryan de reprendre confiance en lui, alors que Justin impressionne ainsi la serveuse du restaurant où ils ont leurs habitudes. Mais quand le duo croise la route d’un mafieux sans scrupule, ils se lancent dans l’enquête pour le faire tomber, à leurs risques et périls. J’avais vu la bande-annonce de Let’s Be Cops par hasard, quelques semaines avant sa sortie cinéma, en août 2014, et je m’étais dit qu’il faudrait que j’y jette un coup d’œil à l’occasion. Le film est ensuite tombé hors de mes radars, d’autant plus facilement qu’il n’a pas vraiment été promu…