Vu! Spider-Man : Homecoming, de Jon Watts.
Films / 2 décembre 2017

Vu! Spider-Man : Homecoming, de Jon Watts. Après sa participation au combat entre les alliés d’Iron Man et ceux de Captain America, Peter Parker retourne chez lui, dans le Queens. Tony Stark ne le juge pas encore prêt pour intégrer les Avengers, mais Peter cherche à lui prouver le contraire en combattant le crime sous son costume de Spider-Man. Il cache ses activités de justicier derrière le prétexte de son stage chez Stark Industries, mais se fait démasquer bêtement par son meilleur ami, Ned. Alors qu’il a de plus en plus de mal à trouver un équilibre entre sa vie de lycéen et son activité de Spider-Man, il met le doigt sur un trafic d’armes impliquant de la technologie extra-terrestre. Spider-Man n’a jamais été mon héros préféré. Je le trouve assez cool, mais trop enfantin. Même la version adulte de la trilogie de Sam Raimi ne m’a pas exalté plus que ça, la faute en grande partie au fait que je déteste Tobey Maguire. Je ne parlerais même pas de The Amazing Spider-Man, que j’ai trouvé tellement mauvais que je ne me suis même pas donné la peine de regarder la suite. Mais bon, jusque-là j’ai vu tous les films…

Vu! Le Loup de Wall Street, de Martin Scorsese.
Films / 20 août 2016

Vu! Le Loup de Wall Street, de Martin Scorsese. Après le Lundi Noir et l’effondrement de l’entreprise dans laquelle il exerce comme courtier en bourse, Jordan Belfort décide de prendre son futur en main. Passant d’abord par une petite entreprise de courtage spécialisée dans les actions bas de gamme, il monte rapidement sa propre boîte avec un voisin. Arnaques, succès, argent, putes, drogues et FBI deviendront son quotidien. Voilà maintenant près de trois ans que Le Loup de Wall Street est sorti au cinéma. Dès sa sortie, on m’a conseillé de le voir et tout le monde semblait s’accorder sur le fait que c’était un excellent film. Je n’en doutais pas, mais j’ai attendu. Après sa sortie en DVD/Blu-Ray, j’aurais pu le voir à tout moment. Mais trois heures c’est long. Jusqu’à cette semaine, Le Loup de Wall Street était devenu pour moi une private joke, le genre de film que je propose quand il est déjà tard et qu’il faut se lever tôt le lendemain. Jusqu’à cette semaine. Je ne sais pas comment, ni pourquoi, mais j’étais motivé. Ça arrive parfois. Vous avez un film que vous voulez voir depuis longtemps mais que vous n’avez pas encore pris le temps de…