Vu! American Vandal, saison 1.
Séries TV / 15 novembre 2017

Vu! American Vandal, saison 1. Lorsque vingt-sept voitures appartenant au corps enseignant d’un lycée élitiste se retrouvent taguée de pénis, tout le monde se tourne vers Dylan Maxwell, le cancre en chef de l’école, réputé pour semer la zizanie en classe et… dessiner des pénis. Après un procès interne expédié, Dylan est renvoyé. Sa réputation l’accable, tout comme les accusations et les témoignages à charge contre lui. Mais pour Peter et Sam, l’affaire n’est pas claire. Ils décident donc de mener l’enquête pour découvrir si Dylan, qui clame son innocence, est effectivement le coupable, ou s’il s’est fait piégé. À mesure qu’ils explorent différentes pistes, le bureau du proviseur va leur mettre des bâtons dans les roues. Ne vous moquez pas, mais quand j’ai vu la bande-annonce d’American Vandal au moment de sa sortie sur Netflix et j’ai cru que c’était un vrai documentaire, comme le site de streaming a l’art d’en produire. L’effet a perduré quelques minutes avant que je me retrouve à froncer les sourcils et à vérifier sur le net. American Vandal est bien une fiction, mais elle est tournée comme un vrai documentaire, de manière très sérieuse (malgré le sujet traité) et professionnelle. Je me suis…

Vu! Modern Family, saison 7.
Séries TV / 11 octobre 2017

Vu! Modern Family, saison 7. Haley apprend qu’Andy a des sentiments pour elle, mais décide de ne pas interférer avec sa demande en mariage à Beth. Alex part pour l’université, remettant en question sa relation avec Sanjay. Mitchell perd son emploi et se met à peindre, ce qui panique Cameron. Jay et Gloria cherchent une école pour Joe. Claire s’implique de plus en plus dans l’entreprise paternelle tandis que Phil prend le relais à la maison. Luke et Manny, avec leur style caractéristique, essaient de conclure avec des filles. Et Lily continue de manier le cynisme avec brio. En gros, on retrouve les Pritchett, les Dunphy et les Pritchett-Tucker avec plaisir. Comme toujours. Même si, très vite, il apparaît que cette septième saison n’est pas la meilleure, la série reste agréable à suivre. Le plus gros défaut, selon moi, c’est le nombre important d’épisodes moyens. Des épisodes qui ne se suivent pas, des intrigues qu’on met en place, laisse de côté, retrouve et peine à conclure. Je pense aux canards, par exemple, mais aussi à la relation entre Haley et Andy, entre autres. Il y a également ces épisodes qui semblent incomplets, qui commencent à explorer une idée sans aller…

Vu! Trailer Park Boys, saison 1.
Séries TV / 28 juin 2017

Vu! Trailer Park Boys, saison 1. Julian et Ricky, deux amis d’enfance, retrouvent la liberté après avoir été emprisonnés à la suite d’une fusillade en pleine rue. De retour dans leur parc de mobile-homes, ils constatent que les choses ont changé pendant leur absence, avec notamment l’arrivée d’un nouveau caïd. Ricky essaie de reconquérir Lucy et de relancer son trafic d’herbe, tandis que Julian fait de son mieux pour rester à l’écart des ennuis. J’avais déjà entendu parler de ce mockumentary canadien, dont la diffusion originale a débuté en 2001, mais que je n’avais jamais eu l’occasion de regarder (je n’en avais pas fait une obsession non plus, ceci dit), pas plus que le film en noir et blanc à l’origine de la série (encore moins facilement trouvable). En la voyant apparaître dans le catalogue de Netflix, j’y ai naturellement jeté un coup d’œil. L’ambiance satirique est immédiatement en place, avec toute une galerie de personnages parodiques à souhaits. Trailer Park Boys n’est pas là pour faire dans la dentelle et assume complètement son côté loser. Julian (John Paul Tremblay) est un peu plus raisonnable que Ricky, mais pas de beaucoup. Il essaie d’éviter les ennuis mais c’est plus fort…

Vu! Modern Family, saison 6.
Séries TV / 11 janvier 2017

Vu! Modern Family, saison 6. Difficile de faire un résumé de cette sixième saison. Il se passe plein de choses (Alex qui doit choisir dans quelle université elle ira l’an prochain ; les rapports ambigus entre Haley et Andy ; l’arrivée de nouveaux voisins pour Phil et Claire ; les projets de Mitchell et Cameron) mais il n’y a pas vraiment de trame majeure qui se dégage. Ceci dit, mon visionnage a été tronqué par une coupure Internet de près de deux mois (j’en profite pour remercier mon ancien opérateur pour sa compétence et sa réactivité…) et forcément, ça affecte sans doute cette impression. Bon, de toute façon, le manque de direction globale dans une sitcom est secondaire. Si tant est qu’on ait des personnages capables de porter le show par eux-mêmes. Et c’est le cas ici. La dynamique entre chacun est excellente, comme d’habitude et on a vraiment l’impression de regarder évoluer une vraie famille. Une famille large et complexe. Et terriblement attachante. Oui, on pourrait dire que les personnages sont stéréotypés mais ils sont surtout sacrément humains et il est si facile de s’identifier à eux. On pourrait aussi dire que, parfois, certains acteurs cabotinent, notamment Ty Burrell dans son rôle…

Vu! Parks and Recreation, saison 1.
Séries TV / 2 décembre 2016

Vu! Parks and Recreation, saison 1. Leslie Knope est la directive adjoint du service des Parks and Recreation de la petite ville de Pawnee, dans l’Indiana. Appliquée et impliquée, elle fait son travail avec un enthousiasme débordant, contrairement au reste de ses collègues. Quand une habitante l’interpelle à un conseil municipal concernant la fosse dans laquelle son petit copain s’est cassé les deux jambes, Leslie monte un comité pour transformer la zone abandonnée en parc. Créée par Greg Daniels, Parks and Recreation devait être un spin-off de The Office. C’est finalement une création indépendante, mais qui ne devrait pas dépayser les fans de The Office. Leslie Knope ressemble d’ailleurs un peu à Michael Scott, si on y réfléchit bien. On retrouve la formule générale, des personnages simples mais attachants, des interviews en aparté et des situations souvent cocasses. La force de la série réside évidemment dans ses personnages. Amy Poelher est parfaite en Leslie Knope. Enthousiaste et naïve mais pas écervelée, elle est le moteur du groupe. À ses côtés, Aziz Ansari joue Tom Haverford, second de Leslie, dragueur invétéré et je-m’en-foutiste professionnel. Son ton pince sans-rire fonctionne à merveille, comme toujours. Rashida Jones, toute en simplicité, complète le trio principal…

Vu! Modern Family, saison 5.
Séries TV / 17 juin 2016

Vu! Modern Family, saison 5. Pour cette cinquième saison, le focus est placé sur Mitchell (Jesse Tyler Ferguson) et Cam (Eric Stonestreet). Avec la légalisation du mariage homosexuel, le fil rouge est le mariage prévu entre les deux. De la demande aux préparatifs, jusqu’à la cérémonie qui clôturera la saison dans un double épisode, sans oublier Lily (Aubrey Anderson-Emmons), qui a toujours le bon mot. Dans le même temps, Jay (Ed O’Neill) et Gloria (Sofia Vergara) élèvent leur petit Joe avec l’aide d’Andy le nounou, Manny (Rico Rodriguez) et Luke (Nolan Gould) rentrent au lycée, Alex (Ariel Winter) et Haley (Sarah Hyland) sont toujours aussi différentes tandis que Phil (Ty Burrell) et Claire (Julie Bowen) continuent de former un couple aussi dysfonctionnel qu’attachant. Modern Family est, et de loin, ma sitcom préférée de ces dernières années. Voir cette grande famille recomposée grandir et évoluer sous nos yeux est un véritable plaisir. Le casting est huilé, chaque personnage a son caractère propre et même s’ils sont tous basés sur des stéréotypes quelque peu caricaturaux, ils sont également complémentaires et fonctionnent parfaitement les uns avec les autres, créant un ensemble dynamique et organique. J’aurais un seul petit bémol, en ce qui concerne Sofia Vergara qui, même si elle…

Vu! Moi, Michel G., Milliardaire, Maître du Monde, de Stéphane Kazandjian.
Films / 4 mai 2016

Vu! Moi, Michel G., Milliardaire, Maître du Monde, de Stéphane Kazandjian. Joseph Klein (Laurent Lafitte) est un journaliste-investigateur-documentariste engagé-gauchiste. Depuis son bureau, pendu au téléphone, il nous présente son dernier film, sur la star du CAC 40, Michel Ganiant (François-Xavier Demaison). Alors qu’il a jusque-là refusé les demandes d’interviews, le golden boy accepte, par soucis de transparence, d’être suivi par les caméras, aussi bien dans sa vie professionnelle que privée, tandis qu’il s’apprête à réaliser le coup de sa carrière en rachetant l’entreprise de son plus grand concurrent. Comme pour ses films précédents, Sexy Boys et Modern Love, Stéphane Kazandjian s’inspire une nouvelle fois du cinéma américain. Cette fois-ci, ce sont les films-documentaires engagés de Michael Moore qui servent de base à ce mockumentary à la française, sur fond de capitalisme et de lutte des classes. On retrouve d’ailleurs, comme dans Bowling for Columbine, la chanson What a Wonderful World deux fois dans le film. D’abord la version de Louis Armstrong, puis celle de Joey Ramone, pendant le générique de fin. Les rôles sont clairement définis d’entrée. À gauche, on a un journaliste au look de playboy moderne, avec un sourire de star de cinéma, mais dont le banquier lui refuse…

Vu! Vampires en toute intimité, de Jermaine Clement et Taika Waititi.
Films / 12 février 2016

Vu! Vampires en toute intimité (« What we do in the shadows« ), de Jermaine Clement et Taika Waititi. Quelques mois avant l’annuel Bal des Impies, une équipe de tournage suit le quotidien de quatre vampires vivant en colocation dans la banlieue de Wellington en Nouvelle-Zélande. Viago (Taika Waititi) a 379 ans, Vladislav (Jermaine Clement) en a 862, Deacon (Jonathan Brugh) est le petit dernier de la bande avec seulement 183 ans et Petyr (Ben Fransham) le doyen avec plus de 8000 ans au compteur. J’avais entendu parlé de ce film il y a quelques mois, avant qu’il ne soit disponible. Et j’avais immédiatement été conquis par le concept du mockumentary à la The Office ou Modern Family, sur le thème des vampires. Loin des monstres sanguinaires légendaires ou des ridicules représentations pailletées de Twilight, nos vampires se livrent en toute honnêteté sur leur mode de vie particulier. Dès les premières minutes, le ton est donné. Viago réveille ses colocataires pour une réunion de colocataires durant laquelle ils parlent des tâches ménagères. Puis c’est l’heure de la sortie dans les rues de Wellington à la recherche de leur prochain repas. Tous les clichés y passent, sont détournés ou réappropriés, de la mise à…

Vu! Modern Family, saison 4.
Séries TV / 5 janvier 2016

Vu! Modern Family, saison 4. 3 foyers. 3 modes de vie. 1 famille. Je sais, j’ai du retard, puisque la saison 7 est actuellement en cours de diffusion. Mais c’est tellement une valeur sûre, que je n’ai pas peur de me retrouver avec plein de saisons à rattraper, bien au contraire. Je retrouve toujours les Pritchett, les Dunphy et les Tucker-Pritchett avec le même plaisir. Tous les personnages sont basés sur des stéréotypes caricaturaux, mais sans jamais être offensant. Et ça marche, puisqu’on s’attache énormément à chacun d’entre eux. Avec leur caractère propre, leurs défauts. Tous sont drôles, touchants. Et tous évoluent au contact les uns des autres. Que ce soit pour les bonnes ou (le plus souvent) pour les mauvaises raisons. 24 épisodes qui se dégustent ou se dévorent. En tout cas on se marre franchement des facéties de cette grande famille dysfonctionnelle et on en redemande! Une des meilleures sitcoms actuelles.