fbpx
Vu! House of Cards, saison 1.
Séries TV / 20 décembre 2016

Vu! House of Cards, saison 1. Francis Underwood est une figure importante des Démocrates au Congrès américain. Après avoir largement contribué à l’élection du président, il s’attend à être nommé Secrétaire d’Etat. Quand le président décide de nommer quelqu’un d’autre à sa place, Frank décide de tout mettre en oeuvre pour se rendre indispensable et accroître son pouvoir, n’hésitant pas à manipuler les personnes autour de lui pour arriver à ses fins. House of Cards est la série politique dont tout le monde parle depuis maintenant quelques années. C’est une adaptation de la série britannique du même nom, elle-même une adaptation du roman éponyme de Michael Dobbs. Passer à côté de House of Cards ne m’a jamais traversé l’esprit mais, comme pour beaucoup de séries qu’il faut absolument que je regarde, elle s’est momentanément retrouvée noyée parmi les autres. Jusqu’à très récemment. Dès les premiers instants, le ton est donné. La réalisation est d’une qualité supérieure, les premiers épisodes étant d’ailleurs réalisés par David Fincher, rien que ça ! La photo, les décors, les acteurs, tout est nickel. Dès les premiers instants, le personnage d’Underwood est posé. Kevin Spacey est au sommet de son art avec un personnage froid et…

Vu! Mascots, de Christopher Guest.
Films / 1 novembre 2016

Vu! Mascots, de Christopher Guest. Comme chaque année, les meilleures mascottes amateurs du monde entier se retrouvent pour tenter de remporter le prestigieux Gold Fluffy Award de la World Mascot Association. Les différents participants nous racontent leur passion, leur vision du mascoting et nous entraînent dans les coulisses de cet événement majeur de leur discipline. Production originale Netflix, Mascots est un mockumentary écrit (avec Jim Piddock) et réalisé par Christopher Guest. On y retrouve un casting composé de têtes qui seront familières pour ceux qui suivent les séries américaines. Le ton est immédiatement donné avec le couple formé par le génial Zach Woods et Sarah Baker. Ils s’accordent parfaitement, lui avec son visage naturellement crispé et elle avec ses faux-airs de Melissa McCarthy et passent leur temps à s’envoyer des piques avec une attitude passive-agressive. Parker Posey joue une danseuse expérimentale délurée, accompagnée de sa soeur,  jouée par Susan Yeagley ; Chris O’Dowd est le Fist, une mascotte de hockey rebelle ; Tom Bennett est venu spécialement d’Angleterre, avec son père (Jim Piddock) et sa femme (Kerry Godliman) où il représente la troisième génération de Sid le Hérisson ; Christopher Moynihan est une mascotte de plombier pour une petite université de Californie. Ed Begley Jr et Jane…

Vu! Freaks and Geeks.
Séries TV / 19 octobre 2016

Vu! Freaks and Geeks. Au cours de l’année scolaire 1980-1981, dans un lycée d’une petite ville du Michigan, on suit la vie de Lindsay Weir et de son petit frère, Sam. Lindsay est une première de la classe et chouchou des professeurs qui traverse une phase de rébellion et fait de son mieux pour rejoindre le groupe de Daniel, les rebelles rock du bahut. Sam, avec ses deux meilleurs amis Bill et Neal, sont fans de science-fiction et de jeux de rôle. Ils sont la cible de choix des sportifs et galèrent avec les filles. Malgré une diffusion sur Série Club au début des années 2000, Freaks and Geeks est une série qui est passée relativement inaperçue par chez nous. D’ailleurs, même Outre-Atlantique, la série n’a pas connu un très grand succès et a été rapidement annulée par NBC. Plusieurs épisodes de cette seule et unique saison n’ont même pas été diffusés. Quand j’en ai entendu parlé, il y a quelques années, j’ai tout de suite eu envie de la voir. Pas que je sois un grand aficionado de séries pour ados, mais pour son casting. J’y reviendrai. C’était difficile de la trouver en VOST jusqu’à ce qu’elle soit ajoutée au catalogue Netflix. Même…

Vu! Sense8, saison 1.
Séries TV / 7 octobre 2016

Vu! Sense8, saison 1. Lorsqu’une femme se donne la mort dans une église en ruines, huit personnes se retrouvent mystérieusement liées les unes aux autres. Éparpillées aux quatre coins du monde, elles vont devoir s’entraider pour surmonter les divers épreuves qu’elles affrontent. Tandis qu’une organisation secrète les recherche. Cette production originale Netflix est due, entre autres, aux sœurs Wachowski. On sent immédiatement leur imagination débordante dans le postulat de base, avec ces huit personnages qui sont liés et peuvent intervenir dans la vie les uns des autres. Le problème, c’est que dès les premières minutes, ça sent la série télé moyenne. Et ça se confirme tout au long d’une saison très inégale. Car il y a de bons moments, de très bons moments, même, disséminés au gré des épisodes. Mais il y a aussi et surtout des longueurs, des incohérences et une progression plutôt molle. Les huit personnages, déjà, sont très déséquilibrés. Il y a ceux auxquels on s’intéresse, ceux qui nous touchent, ceux qui nous agacent et ceux qui frisent l’absurde. Riley (Tuppence Middleton, qui est très bien) a fui son Islande natale et son passé pour devenir DJ à Londres. Elle prend de l’importance au fil des épisodes…

Vu! The Big Bang Theory, saison 3.
Séries TV / 16 septembre 2016

Vu! The Big Bang Theory, saison 3. Après plusieurs mois passé au Pôle Nord pour leurs expériences, notre quatuor de scientifiques rentre enfin en Californie. Ses valises même pas posées, Leonard va voir Penny. Elle l’embrasse. Et tout l’équilibre du petit groupe va s’en trouver chamboulé. Sheldon doit composer avec un nouveau paramètre, Howard est jaloux, et Raj ne peut plus parler. La relation entre Leonard (Johnny Galecki) et Penny (Kaley Cuoco) est le fil rouge de cette saison. J’ai aimé le dynamisme nouveau que cette relation insuffle au groupe. Par contre, j’ai été déçu par plusieurs scènes qui sentaient beaucoup trop le réchauffé, comme par exemple celle du « Je t’aime…….Merci » qui est vue, revue et sans surprises. Leonard n’est pas le seul à avoir une petite amie durant cette saison. Howard (Simon Helberg) entame une relation avec Bernadette (Melissa Rauch), une collègue de Penny et scientifique également. Elle ajoute une présence féminine nécessaire, pour épauler la trop seule Penny. Par contre, étrangement, elle est omniprésente dans quelques épisodes pour ensuite disparaître sans trop que ce soit clairement bien établi. C’était déjà le cas de temps en temps, dans Two and a Half Men, l’autre série culte de Chuck Lorre….

Vu! Bernie, de Richard Linklater.
Films / 10 septembre 2016

Vu! Bernie, de Richard Linklater. Carthage, Texas, est une petite ville, une communauté soudée. Parmi les habitants, Bernie Tiede est un peu une mascotte. Croque-mort de son état, Bernie consacre toute son énergie à la communauté, que ce soit par son travail sur les morts, le soutien qu’il apporte à ceux qui restent ou ses différentes activités caritatives. Marjorie Nugent est l’opposée de Bernie. Aussi riche que froide, elle a la réputation d’être particulièrement difficile. Tout les oppose, et pourtant, la récente veuve et Bernie font rapidement devenir inséparables. Jusqu’à ce que la mort les sépare. Je n’avais jamais entendu parler de ce film avant d’en voir l’affiche sur Netflix. La présence de Matthew McConaughey m’a décidé de tenter le coup. Puisqu’il y avait Jack Black au casting, je m’attendais à une comédie plus ou moins légère. Quelque chose proche du sympathique Rock Academy, sur lequel Jack Black et Richard Linklater, le réalisateur, avaient déjà collaboré. Le début du film m’a laissé perplexe, avec cette présentation de techniques mortuaires avancées par ledit Bernie, dont on ne sait très bien si c’est censé être drôle ou pas. La première partie du film tourne uniquement autour de Bernie et de son implication dans la…

Vu! Iliza Shlesinger – Freezing Hot.
Spectacle / 9 septembre 2016

Vu! Iliza Shlesinger – Freezing Hot. Ça faisait quelques temps que je n’avais pas pioché dans le catalogue de Specials de Netflix, cette mine de shows de stand-up avec des comedians plus ou moins connus. Iliza Shlesinger fait partie de la seconde catégorie. Bien sûr, elle a remporté la sixième saison de Last Comic Standing sur NBC (Quoi ? Vous ne saviez pas ?), mais je n’avais jamais entendu parler d’elle avant de voir l’affiche de son spectacle. Et comme un ami m’a dit qu’il était pas mal, j’ai tenté le coup. En règle générale, je n’aime pas trop qu’on me suggère des trucs (livres, films, séries, ou spectacles comiques). Bien sûr, c’est nécessaire pour découvrir de nouvelles choses, mais trop souvent l’enthousiasme débordant du conseilleur joue en défaveur de ce qu’il m’invite à découvrir. J’en attends beaucoup (trop) et je suis déçu. Au début du spectacle, je me suis dit : Ok, c’est pas extraordinaire, on va attendre quinze minutes avant de passer à autre chose. Bon, le début n’était pas si mauvais que ça, mais je n’étais pas subjugué. Les premières vannes ressemblent à un échauffement, un truc assez simple s’appuyant sur un humour situationnel qui m’a fait…

Vu! Love, saison 1.
Séries TV / 6 septembre 2016

Vu! Love, saison 1. D’un côté il y a Gus, un professeur particulier pour enfants acteurs qui vient de se séparer de sa fiancée. De l’autre il y a Mickey, une programmatrice de radio à la vie personnelle chaotique. Leur rencontre va chambouler leur vie. Mais vont-ils se trouver ? Voilà un peu la question que pose cette nouvelle production Apatow, pour Netflix. À l’image de Girls et Lena Dunham, Judd Apatow aide à lancer un jeune talent. Ici, Paul Rust, qui a créé la série avec sa femme, Lesley Arfin (qui était également scénariste sur Girls). Comme dans Girls, les personnages principaux sont atypiques, faillibles voire faibles, parfois même pathétiques, mais humains. On ne peut pas leur reprocher ça. Même si parfois les traits sont exagérés, Gus et Mickey ressemblent à de vraies personnes. Paul Rust maîtrise parfaitement son personnage, du ton à la posture. Il est plus que crédible en gentil loser qui se fait marcher dessus quotidiennement. Malheureusement, Gus est aussi un peu lourd quand il s’y met et ça le rend parfois désagréable. Gillian Jacobs est, elle, tout simplement excellente, en tant que Mickey. On retrouve un peu de ce qui faisait son charme dans Community, mais ne vous y méprenez…

Vu! Special Correspondents, de Ricky Gervais.
Films / 16 août 2016

Vu! Special Correspondents, de Ricky Gervais. Franck Bonneville est journaliste pour une radio locale new-yorkaise. Sans scrupules, il ne recule devant rien pour obtenir une histoire à raconter. Son chef, lassé par son comportement, l’envoie couvrir la révolution en cours en Équateur. Bonneville décide d’emmener avec lui le technicien de la radio, Ian Finch, un cinquantenaire un peu mou, passionné de jeux vidéos et collectionneur de comic books. Évidemment, tout ne se passera pas comme prévu. D’ailleurs, rien ne se passera comme prévu. Special Correspondents est un remake du film français Envoyés très Spéciaux, avec Gérard Lanvin et Gérard Jugnot. Fait que j’ignorait en découvrant ce film dans le catalogue Netflix. Je ne saurais jugé de la qualité de l’adaptation, puisque je n’ai pas vu l’original. Tout ce que je savais avant de voir le film, c’était qu’il mettait en scène le comique britannique Ricky Gervais et l’acteur australien Eric Bana. Et ça me suffisait bien. J’adore Ricky Gervais et son humour particulier, entre ridicule et sobriété. De The Office à Derek en passant par The Invention of Lying, je suis ses créations avec intérêt. Pour Special Correspondents, il est à la fois au scénario, à la réalisation et devant la…

Vu! Stranger Things, saison 1.
Séries TV / 10 août 2016

Vu! Stranger Things, saison 1. Nous sommes en 1983, à Hawkins, une petite ville de l’Indiana. Tout commence dans les couloirs d’un mystérieux bâtiment lié au département de l’énergie, où un scientifique est attaqué par une mystérieuse créature. Dans le même temps, Mike organise une partie de Donjons & Dragons dans le sous-sol de ses parents, avec ses meilleurs amis, Lucas, Will et Dustin. Le lendemain, la petite ville est secouée par la disparition de Will Byers. Les autorités locales, incarnées par le Chef de la Police, Jim Hopper, vont partir à la recherche du garçon de douze ans. À l’autre bout de la ville, une mystérieuse petite fille au crâne rasé et en blouse d’hôpital débarque dans un diner local. Stranger Things est la série de l’été. La création originale Netflix, produite par Shawn Levy, n’est pas passée inaperçue lors de sa mise en ligne, il y a une poignée de semaines. Acclamée par les nostalgiques des années 80, saluée par les critiques, la création des frères Duffer est effectivement une excellente série et un hommage évident aux films de Steven Spielberg, à ceux de John Carpenter aussi, ainsi qu’aux romans de Stephen King, entre autres. Chaque plan, chaque décor, chaque personnage, chaque avancement…