fbpx
Lu! D’après une histoire vraie de Delphine de Vigan.
Romans / 7 octobre 2015

Lu! D’après une histoire vraie de Delphine de Vigan. Suite au succès formidable de « Rien ne s’oppose à la nuit », Delphine de Vigan a énormément de mal à se remettre à l’écriture. Elle a bien quelques projets en cours, mais elle est surtout confrontée aux attentes de ses lecteurs et de son entourage, avec la question qui revient sans cesse : qu’est-ce qu’elle peut faire, après ça? Après une longue séance de dédicaces au Salon du Livre de Paris, elle est exténuée et n’aspire qu’à retrouver la quiétude solitaire de son appartement. Une lectrice de dernière minute lui demande de signer son exemplaire, mais elle refuse sèchement. Elle s’en veut d’être cette femme-là et quand son amie Nathalie lui propose d’aller à une fête, elle accepte pour se changer les idées. C’est là qu’elle rencontrera L. Une complicité s’installe immédiatement entre les deux femmes, une amitié exclusive, fusionnelle. L. représente la femme que Delphine aurait aimé être, belle, sophistiquée, sûre d’elle. Et L. est là quand Delphine commence à buter contre la page blanche, que le simple fait de tenir un stylo ou d’allumer son ordinateur devient une torture. Quand l’écrivain qu’elle est se trouve incapable d’écrire quoi que ce…

Lu! La Maladroite d’Alexandre Seurat.
Romans / 1 octobre 2015

Lu! La Maladroite d’Alexandre Seurat. À travers des monologues de ses proches, ce texte nous fait revivre la vie tragique de la petite Diana, victime de maltraitance de la part de ses parents. Largement inspiré d’un fait divers récent (l’affaire Marina), ce roman ne ressemble pas vraiment à un roman. C’est en fait une succession de témoignages de personnes ayant côtoyé la fillette. De sa grand-mère à sa tante, qui ont tiré en premier la sonnette d’alarme, à ses instituteurs et directrices d’école, qui ont lancé la procédure officiel, en passant par les gendarmes qui l’ont entendue. Chacun parle de sa rencontre avec Diana, sa façon d’être effacée en permanence, les marques sur son corps, les rapports avec ses parents, leur comportement manipulateur. À travers cette histoire, « La maladroite » évoque un système social lent et peu efficace, une machine lourde et difficile à mettre en branle. Sans jamais avoir directement la parole, les parents sont omniprésents, toujours propres sur eux, polis et souriants, toujours pleins de bonnes excuses, comme s’ils n’avaient rien à se reprocher. Le texte est très court, un peu plus d’une centaine de pages, à l’image de la vie de cette enfant tuée par ceux qui devaient…

Lu! L’innocence des bourreaux de Barbara Abel.
Romans / 14 septembre 2015

Lu! L’innocence des bourreaux de Barbara Abel. Dans une supérette de quartier, différentes personnes font leurs courses. C’est un jour comme un autre, jusqu’à ce que débarque un homme cagoulé armé d’un revolver. Je ne connaissais pas cette auteure, mais le résumé m’a tenté. J’aime les histoires de personnes ordinaires qui se retrouvent confrontées à l’extraordinaire. Dès les premières pages, j’ai été agréablement surpris par la qualité de l’écriture, que j’ai trouvé très soignée. Dans nombre de thrillers, l’action prédomine, les phrases sont courtes, percutantes. Pas ici. Barbara Abel prend son temps pour décrire chaque personnage, leur donner une identité, dessiner leur caractère. Aucun est lisse. Tous ont un passé, une raison qui les pousse à être là, à agir et réagir comme ils le font. Et, au fil des pages, tous deviennent attachants, du bourreau aux victimes, des victimes aux bourreaux. Je suis facilement entré dans l’histoire, j’ai tourné les pages avec l’envie de mieux comprendre et, surtout, de savoir si qui allait se passer ensuite, comment cette histoire allait finir. Pour une première, je ne suis pas déçu. Il ne fait aucun doute que je lirai d’autres romans de Barbara Abel.

Lu! Et je danse, aussi de Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat.
Romans / 7 septembre 2015

Lu! Et je danse, aussi de Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat. Pierre-Marie est un romancier à succès, ancien prix Goncourt, mais qui n’écrit plus. Lorsqu’il reçoit un mystérieux paquet d’une lectrice, il lui envoie un mail pour l’informer qu’il ne lit pas les manuscrits qu’on lui fait parvenir et lui propose de le lui renvoyer. Rapidement, une correspondance se met en place entre eux deux. Une correspondance qui se transforme en amitié. Ils se racontent leur vie, leurs blessures. Et découvrir le lien qui les unit. J’ai découvert ce roman écrit à deux plumes sur les conseils de ma libraire. J’ai beaucoup aimé le format, que j’ai trouvé original, cet échange épistolaire moderne. Au fil des mails, on se prend d’amitié pour les deux personnages principaux. Je me suis vite pris au jeu, avec l’envie d’en savoir plus sur Pierre-Marie et Adeline, ainsi que sur ce fameux paquet qui sert de point de départ à l’histoire. « Et je danse, aussi » parle de la vie, des échecs sentimentaux, des enfants, de la panne d’inspiration, de l’ennui, du deuil, de la difficulté et de l’envie de se reconstruire. Avec ses personnages attachants et son écriture fluide, ce roman est un plaisir à…

(re)Lu! Bazaar de Stephen King.
Romans / 14 août 2015

(re)Lu! Bazaar de Stephen King. Quand Leland Gaunt, un homme aussi charmant que charismatique, ouvre « Le Bazar des Rêves », la ville de Castle Rock entre en ébullitions. Chacun y trouve les objets qu’ils désirent profondément et le propriétaire ne demande pas d’argent, seulement un petit service à ses clients. Bazaar est une de mes histoires préférées de Stephen King. Pour ses personnages complexes derrière des apparences simples. Pour sa description de la ville de Castle Rock, de nombreuse fois visitée dans l’oeuvre du maître. Pour son intrigue bien amenée, bien agencée, aussi sociale que fantastique, où tous les détails se rejoignent tôt ou tard pour tisser une toile implacable. Bazaar fait partie des pavés de la bibliographie de Stephen King, mais son côté addictif nous pousse à enchaîner les chapitres pour découvrir les ramifications et les conséquences des services rendus à Leland Gaunt et en font une lecture dans laquelle on se plonge corps et âme. Du très grand Stephen King.

Lu! Je ne suis pas un serial killer de Dan Wells.
Romans / 6 août 2015

Lu! Je ne suis pas un serial killer de Dan Wells. John Wayne Cleaver n’est pas un adolescent comme les autres. À quinze ans, c’est un sociopathe passionné par les tueurs en série. Il a mis en place toute une série de règles pour s’assurer de ne pas tuer à son tour, malgré ses dispositions. Mais quand un serial killer débarque dans la petite ville de Clayton, il est déterminé à stopper le massacre. Contrairement au commentaire sur la pochette, ce livre n’a pas grand-chose à voir avec la série Dexter France. En fait, ça aurait plutôt à voir Michael C. Hall, puisqu’en plus d’être un sociopathe, le personnage principal du roman vit au-dessus du funérarium familial, comme dans l’autre série dans laquelle a cartonné Michael C. Hall, à savoir Six Feet Under. Mais hormis ces comparaisons flatteuses, le premier roman de Dan Wells n’a rien à voir avec ces deux séries cultes. Autant le dire tout de suite, j’ai été déçu par cette histoire. Je m’attendais à mieux en découvrant la couverture et le résumé, peut-être le portait psychologique d’un sociopathe luttant contre ses pulsions profondes. Il n’en est rien. Je ne suis pas un serial killer est un roman…

Lu! Enfant 44 de Tom Rob Smith.
Romans / 31 juillet 2015

Lu! Enfant 44 de Tom Rob Smith. Dans la Russie d’après guerre, Leo Stepanovitch Demidov, ancien héros de l’armée, est un agent du MGB tout acquis à la cause soviétique. Quand le corps d’un enfant est retrouvé, Leo doit convaincre la famille que c’était un accident et non un meurtre. Premier roman du jeune écrivain britannique, Enfant 44 nous plonge dans la Russie communiste des années 50. On se retrouve plongé dans un univers froid et paranoïaque, où les suspects sont coupables par principe et les méthodes de la police expéditives. Très bien renseigné sur le sujet puisque basé sur un histoire vraie (celle du Boucher de Rostov, Andreï Tchikatilo), l’auteur nous fournit nombre de détails qui nous donnent l’impression d’être aux côtés du héros dans sa quête de vérité. Roman policier construit comme un conte initiatique, Enfant 44 nous tient en haleine du début à la fin, sans jamais nous lâcher. En le refermant, on a envie de poursuivre l’aventure en découvrant les suites, Kolyma et Agent 6, du même auteur. Et on se dit que ce n’est pas un hasard si l’histoire a déjà été adaptée au cinéma.

Lu! Poulets Grillés de Sophie Hénaff.
Romans / 20 juillet 2015

Lu! Poulets Grillés de Sophie Hénaff. Pour la punir d’avoir abattu un homme dans le cadre d’une enquête, Anne Capestan est nommée à la tête d’une brigade de bras cassés, de porte-poisse et d’alcooliques. Tout est mis en oeuvre pour qu’elle échoue, mais c’est sans compter sur sa volonté de prouver à son patron qu’il se trompe. Sophie Hénaff dessine des personnages attachants et hauts en couleurs. Des poulets grillés lancés dans une enquête qui porte sur des crimes non élucidés dont certains remontent à plusieurs années, et qui doivent prouver à la hiérarchie qu’ils ne sont pas encore finis. L’écriture est fluide et simple, les pages se tournent presque toutes seules dans ce roman policier léger et plein d’humour. À ajouter à la PAL de tous ceux qui veulent passer un bon moment.

Lu! Juste avant le bonheur d’Agnès Ledig.
Romans / 7 juillet 2015

Lu! Juste avant le bonheur d’Agnès Ledig. Un jour, Julie, jeune maman célibataire, caissière dans un supermarché, rencontre Paul. Il pourrait être son père et elle n’est pas sûre de ses intentions. Il dit voir quelque chose en Julie et Julie, un peu contre son instinct premier, va lui laisser l’opportunité de restaurer sa confiance en l’homme. Pour le meilleur et pour le pire. J’avais entendu beaucoup de bonnes choses sur ce roman, le second de l’auteure. On m’a vanté la force de son histoire, l’émotion qu’il savait faire naître chez le lecteur. Je n’ai pas pleuré (j’ai une réputation à préserver !), mais j’ai été touché par ces personnages abîmés par la vie et qui, malgré tout, doivent trouver la force d’aller de l’avant. L’histoire s’articule autour d’un élément central qui va indirectement ouvrir les portes d’un nouveau monde, de nouvelles perspectives. L’écriture est simple, fluide, sans fioriture. On retrouve quelques mots étrangement placés (rumen) et un peu trop d’anges qui passent à mon goût. Mais à côté de ça, on découvre surtout des vies qui se croisent et se trouvent, qui se nourrissent. « Juste avant le bonheur » est un roman qui se lit très vite et facilement, dont…

Lu! L’homme-Dé de Luke Rhinehart.
Romans / 18 juin 2015

Lu! L’homme-Dé de Luke Rhinehart. Luke Rhinehart est un psychiatre dépressif face à la déception de sa vie. Un soir, il décide de laisser son avenir entre les mains du Hasard. Il jette un Dé. Et sa vie va changer. Au nom du Hasard et du Dieu-Dé, le narrateur nous expose sa dé-vie sans filtre dans cette dé-griaphie subversive et très drôle. Écrit dans les années 70, L’homme-Dé n’a pas perdu de la superbe qui en a fait un livre culte (inspirant, entre autres, la chanson Such a Shame de Talk Talk), censuré dans une cinquantaine de pays. et hautement polémique. George Powers Cockcroft n’a pas peur de repousser toutes les limites dans cette critique implacable et hilarante de notre Société et de nous-mêmes. Coup de cœur ! Seriez-vous capable d’abandonner le contrôle de votre vie au Dé ?