Vu! Ocean’s 8, de Gary Ross.
Films / 7 juin 2019

Debbie Ocean, la sœur de Danny, est libérée en conditionnelle après avoir passé cinq ans en prison. Pour ne pas perdre de temps, elle a utilisé ces quelques années pour préparer un plan ambitieux : voler le Toussaint, un collier de diamants de Cartier estimé à 150 millions de dollars. Elle retrouve son amie Lou dès sa sortie, puis forme autour d’elles une équipe pour leur permettre de réaliser ce coup impossible sans se faire pincer. J’aime bien Sandra Bullock. Bon, l’ado que j’étais dans les années 90 aime bien Sandra Bullock et l’adulte que je suis devenu n’ose pas trop le contredire. J’aime bien plusieurs autres des actrices qui occupent la tête d’affiche de ce spin-off de la série des Ocean’s. Mindy Kaling, Anne Hathaway, Helena Bonham Carter et même Sarah Paulson (que j’ai confondu, quelques instants, avec Kristen Wiig). Plus largement, j’aime beaucoup l’idée de renouveler les sagas pleines de testostérones avec des castings à majorité féminins. Bon, c’est dommage cependant que ça tombe à une époque où le cinéma bat des records de consensualité… Et, en même temps, j’avais trouvé le SOS Fantômes de Paul Feig pas si mauvais que ça. Vu que je n’étais pas un…

Vu! Bird Box, de Susanne Bier.
Films / 22 janvier 2019

Suite à un appel radio promettant un refuge à l’abri du danger, Malorie, accompagnée de deux jeunes enfants, Fille et Garçon, entame un long périple sur le fleuve, les yeux bandés. Cinq ans plus tôt, après une vague de suicides d’une ampleur inédite en provenance de Russie, les États-Unis sont touchés par un mal mystérieux pendant que Malorie passe une échographie de contrôle pour sa grossesse. Face à un ennemi invisible, la panique s’empare aussitôt de la population. Si Malorie parvient à rejoindre une maison avec d’autres personnes, elle et les autres survivants ne sont pas tirés d’affaire pour autant. J’avais lu le roman de Josh Malerman au moment de sa sortie en France, fin 2014. J’avais aimé l’histoire originale, qui avait su maintenir le lecteur exigeant que je suis en tension tout en évitant les pièges classiques du genre ultra-calibré de l’horreur post-apocalyptique. Quand le film est sorti sur Netflix, il y a environ un mois, je me suis instinctivement méfié. Après tout, c’est une adaptation et je suis en général déçu par les adaptations des romans que j’ai lu. Mais l’engouement autour du film a attisé ma curiosité. Bonne surprise. J’étais un peu sceptique sur la manière de…