Vu! American Vandal, saison 1.
Séries TV / 15 novembre 2017

Vu! American Vandal, saison 1. Lorsque vingt-sept voitures appartenant au corps enseignant d’un lycée élitiste se retrouvent taguée de pénis, tout le monde se tourne vers Dylan Maxwell, le cancre en chef de l’école, réputé pour semer la zizanie en classe et… dessiner des pénis. Après un procès interne expédié, Dylan est renvoyé. Sa réputation l’accable, tout comme les accusations et les témoignages à charge contre lui. Mais pour Peter et Sam, l’affaire n’est pas claire. Ils décident donc de mener l’enquête pour découvrir si Dylan, qui clame son innocence, est effectivement le coupable, ou s’il s’est fait piégé. À mesure qu’ils explorent différentes pistes, le bureau du proviseur va leur mettre des bâtons dans les roues. Ne vous moquez pas, mais quand j’ai vu la bande-annonce d’American Vandal au moment de sa sortie sur Netflix et j’ai cru que c’était un vrai documentaire, comme le site de streaming a l’art d’en produire. L’effet a perduré quelques minutes avant que je me retrouve à froncer les sourcils et à vérifier sur le net. American Vandal est bien une fiction, mais elle est tournée comme un vrai documentaire, de manière très sérieuse (malgré le sujet traité) et professionnelle. Je me suis…