Vu! Freaks and Geeks.
Séries TV / 19 octobre 2016

Vu! Freaks and Geeks. Au cours de l’année scolaire 1980-1981, dans un lycée d’une petite ville du Michigan, on suit la vie de Lindsay Weir et de son petit frère, Sam. Lindsay est une première de la classe et chouchou des professeurs qui traverse une phase de rébellion et fait de son mieux pour rejoindre le groupe de Daniel, les rebelles rock du bahut. Sam, avec ses deux meilleurs amis Bill et Neal, sont fans de science-fiction et de jeux de rôle. Ils sont la cible de choix des sportifs et galèrent avec les filles. Malgré une diffusion sur Série Club au début des années 2000, Freaks and Geeks est une série qui est passée relativement inaperçue par chez nous. D’ailleurs, même Outre-Atlantique, la série n’a pas connu un très grand succès et a été rapidement annulée par NBC. Plusieurs épisodes de cette seule et unique saison n’ont même pas été diffusés. Quand j’en ai entendu parlé, il y a quelques années, j’ai tout de suite eu envie de la voir. Pas que je sois un grand aficionado de séries pour ados, mais pour son casting. J’y reviendrai. C’était difficile de la trouver en VOST jusqu’à ce qu’elle soit ajoutée au catalogue Netflix. Même…

Vu! Veep, saison 3.
Séries TV / 12 octobre 2016

Vu! Veep, saison 3. Tandis que la Veep est en tournée pour la promotion de son nouveau livre et que Mike se marie, la nouvelle que POTUS ne se représentera pas pour un second mandat éclate, lançant la course à l’investiture pour les candidats potentiels. Entre fausses alliances, respect hypocrites et autres coups bas, la guerre est lancée et Selina, accompagnée par son équipe de choc, est bien décidée à la remporter ! En l’espace de trois saisons, Veep s’est largement imposée comme une de mes séries comiques préférées. Déjà, j’adore Julia Louis-Dreyfus depuis son rôle d’Elaine dans Seinfeld (une des meilleurs sitcoms de l’Histoire). Elle a su se renouveler dans cette satire politique grinçante où elle est brillante. Et également s’entourer de formidables acteurs de soutien, en tête desquels se trouve Tony Hale, qui était déjà génial dans Arrested Development, et qui est absolument hilarant dans son rôle de Gary, l’assistant personnel de Selina. Anna Chlumsky est tout aussi excellente dans son rôle d’Amy, pour lequel elle est constamment nominée aux Emmy. Kevin Dunn, Reid Scott, Timothy Simons, Sufe Bradshaw, Matt Walsh, Gary Cole, Sam Richardson, Sarah Sutherland, Randall Park, David Pasquesi, Diedrich Bader et Christopher Meloni complètent un casting…

Vu! Sense8, saison 1.
Séries TV / 7 octobre 2016

Vu! Sense8, saison 1. Lorsqu’une femme se donne la mort dans une église en ruines, huit personnes se retrouvent mystérieusement liées les unes aux autres. Éparpillées aux quatre coins du monde, elles vont devoir s’entraider pour surmonter les divers épreuves qu’elles affrontent. Tandis qu’une organisation secrète les recherche. Cette production originale Netflix est due, entre autres, aux sœurs Wachowski. On sent immédiatement leur imagination débordante dans le postulat de base, avec ces huit personnages qui sont liés et peuvent intervenir dans la vie les uns des autres. Le problème, c’est que dès les premières minutes, ça sent la série télé moyenne. Et ça se confirme tout au long d’une saison très inégale. Car il y a de bons moments, de très bons moments, même, disséminés au gré des épisodes. Mais il y a aussi et surtout des longueurs, des incohérences et une progression plutôt molle. Les huit personnages, déjà, sont très déséquilibrés. Il y a ceux auxquels on s’intéresse, ceux qui nous touchent, ceux qui nous agacent et ceux qui frisent l’absurde. Riley (Tuppence Middleton, qui est très bien) a fui son Islande natale et son passé pour devenir DJ à Londres. Elle prend de l’importance au fil des épisodes…

Vu! Black Mirror, saison 1.
Séries TV / 28 septembre 2016

Vu! Black Mirror, saison 1. La princesse Susannah (Lydia Wilson) est kidnappée par un individu inconnu qui exige, en échange de sa libération, que le Premier Ministre (Rory Kinnear) ait un rapport sexuel avec une truie, en direct à la télévision et sans trucage. Bing (Daniel Kaluuya) vit dans un cube et passe ses journées à pédaler devant un écran, pour gagner des crédits. Assis sur un pactole, il décide de tout donner à Abi (Jessica Brown Findlay), une jeune chanteuse, pour qu’elle tente sa chance dans Hot Shot. Liam (Toby Kebbell) rejoint Fi (Jodie Whittaker), sa femme, à un dîner, après un entretien professionnel. Il remarque immédiatement quelque chose entre Fi et Jonas (Tom Cullen), l’hôte de la soirée. Jaloux obsessif, il va utiliser son grain (un dispositif  implanté derrière l’oreille et enregistrant tous les souvenirs d’un individu) pour extorquer la vérité à sa femme. Trois histoires, trois univers et trois ambiances différentes, ayant en commun notre rapport envers la technologie. Voilà ce que propose Black Mirror. J’avais entendu parlé de cette anthologie britannique créée par Charlie Brooker (à qui l’on devait déjà le jouissif Dead Set) au moment de sa sortie, mais elle s’était perdue dans le lot. Jusqu’à maintenant. Le…

Vu! Hannibal, saison 2.
Séries TV / 20 septembre 2016

Vu! Hannibal, saison 2. Accusé du meurtre d’Abigail Hobbs, Will Graham est placé dans un hôpital psychiatrique en attendant son jugement. Il n’en démord pas et continue d’accuser Hannibal Lecter d’être le Chesapeake Ripper. Pourtant les preuves l’accablent. Dans le même temps, Hannibal prend sa place en tant que consultant du FBI sur l’affaire. J’avais beaucoup aimé la première saison d’Hannibal, avec ses meurtres élaborés, son côté gore très esthétique, mais surtout la psychologie des personnages et le jeu d’acteur formidable de l’excellent Mads Mikkelsen et de Hugh Dancy. C’est sans doute la qualité de ce duo qui m’a poussé à aller jusqu’au bout de cette seconde saison plutôt poussive. Et je dis seconde saison, mais il semblerait plutôt que ce soit deux saisons qui se succèdent, durant ces treize épisodes, avec comme seul lien le début du premier épisode et la fin du dernier. En ouverture, Jack Crawford et Hannibal s’affrontent. J’ai trouvé la scène peut convaincante visuellement. Et c’est sans compter qu’elle flingue tout suspens quant à la conclusion de la saison. On revient ensuite sur l’internement de Will Graham, son procès, sa stratégie ainsi que le jeu de manipulation entre lui et Hannibal. La seconde partie de saison ressemble à une nouvelle histoire, celle…

Vu! The Big Bang Theory, saison 3.
Séries TV / 16 septembre 2016

Vu! The Big Bang Theory, saison 3. Après plusieurs mois passé au Pôle Nord pour leurs expériences, notre quatuor de scientifiques rentre enfin en Californie. Ses valises même pas posées, Leonard va voir Penny. Elle l’embrasse. Et tout l’équilibre du petit groupe va s’en trouver chamboulé. Sheldon doit composer avec un nouveau paramètre, Howard est jaloux, et Raj ne peut plus parler. La relation entre Leonard (Johnny Galecki) et Penny (Kaley Cuoco) est le fil rouge de cette saison. J’ai aimé le dynamisme nouveau que cette relation insuffle au groupe. Par contre, j’ai été déçu par plusieurs scènes qui sentaient beaucoup trop le réchauffé, comme par exemple celle du « Je t’aime…….Merci » qui est vue, revue et sans surprises. Leonard n’est pas le seul à avoir une petite amie durant cette saison. Howard (Simon Helberg) entame une relation avec Bernadette (Melissa Rauch), une collègue de Penny et scientifique également. Elle ajoute une présence féminine nécessaire, pour épauler la trop seule Penny. Par contre, étrangement, elle est omniprésente dans quelques épisodes pour ensuite disparaître sans trop que ce soit clairement bien établi. C’était déjà le cas de temps en temps, dans Two and a Half Men, l’autre série culte de Chuck Lorre….

Vu! Love, saison 1.
Séries TV / 6 septembre 2016

Vu! Love, saison 1. D’un côté il y a Gus, un professeur particulier pour enfants acteurs qui vient de se séparer de sa fiancée. De l’autre il y a Mickey, une programmatrice de radio à la vie personnelle chaotique. Leur rencontre va chambouler leur vie. Mais vont-ils se trouver ? Voilà un peu la question que pose cette nouvelle production Apatow, pour Netflix. À l’image de Girls et Lena Dunham, Judd Apatow aide à lancer un jeune talent. Ici, Paul Rust, qui a créé la série avec sa femme, Lesley Arfin (qui était également scénariste sur Girls). Comme dans Girls, les personnages principaux sont atypiques, faillibles voire faibles, parfois même pathétiques, mais humains. On ne peut pas leur reprocher ça. Même si parfois les traits sont exagérés, Gus et Mickey ressemblent à de vraies personnes. Paul Rust maîtrise parfaitement son personnage, du ton à la posture. Il est plus que crédible en gentil loser qui se fait marcher dessus quotidiennement. Malheureusement, Gus est aussi un peu lourd quand il s’y met et ça le rend parfois désagréable. Gillian Jacobs est, elle, tout simplement excellente, en tant que Mickey. On retrouve un peu de ce qui faisait son charme dans Community, mais ne vous y méprenez…

Vu! Bates Motel, saison 2.
Séries TV / 3 septembre 2016

Vu! Bates Motel, saison 2. Norman est très affecté par le meurtre de sa professeure, Blair Watson. Obsédé par l’enquête, il n’hésite pas à fournir des pistes au shérif Romero. Il passe le reste de son temps à pratiquer la taxidermie dans la cave. L’hôtel est plein, mais ça pourrait ne pas durer avec la nouvelle rocade. Norma va tout faire pour empêcher les travaux de démarrer et peut compter sur l’aide de Christine Heldens, un membre influent de la communauté de White Pine Bay, ainsi que sur Nick Ford. Après l’assassinat de son patron, Dylan se retrouve au milieu d’une lutte de pouvoir entre les différentes familles qui s’occupent du trafic de cannabis local. Bates Motel, pour ceux qui ne connaissent pas, c’est le prequel, en série, du film Psycho, d’Alfred Hitchcock. Norman Bates est encore un adolescent et Norma Bates est encore en vie. Les deux personnages principaux sont le centre de Bates Motel. Leur relation est scrutée avec attention, ainsi que leurs rapports aux autres et la manière dont ils utilisent leur environnement pour se manipuler mutuellement. Bien sûr, il y a tout un tas d’autres trucs à la con, pour remplir les épisodes et instaurer un…

Vu! Stranger Things, saison 1.
Séries TV / 10 août 2016

Vu! Stranger Things, saison 1. Nous sommes en 1983, à Hawkins, une petite ville de l’Indiana. Tout commence dans les couloirs d’un mystérieux bâtiment lié au département de l’énergie, où un scientifique est attaqué par une mystérieuse créature. Dans le même temps, Mike organise une partie de Donjons & Dragons dans le sous-sol de ses parents, avec ses meilleurs amis, Lucas, Will et Dustin. Le lendemain, la petite ville est secouée par la disparition de Will Byers. Les autorités locales, incarnées par le Chef de la Police, Jim Hopper, vont partir à la recherche du garçon de douze ans. À l’autre bout de la ville, une mystérieuse petite fille au crâne rasé et en blouse d’hôpital débarque dans un diner local. Stranger Things est la série de l’été. La création originale Netflix, produite par Shawn Levy, n’est pas passée inaperçue lors de sa mise en ligne, il y a une poignée de semaines. Acclamée par les nostalgiques des années 80, saluée par les critiques, la création des frères Duffer est effectivement une excellente série et un hommage évident aux films de Steven Spielberg, à ceux de John Carpenter aussi, ainsi qu’aux romans de Stephen King, entre autres. Chaque plan, chaque décor, chaque personnage, chaque avancement…

Vu! Orange is the New Black, saison 4.
Séries TV / 2 août 2016

Vu! Orange is the New Black, saison 4. Les détenues reviennent de leur petite escapade au lac pour découvrir qu’elles ne sont plus toutes seules dans la prison. Les lits sont doublés pour accueillir de nouvelles détenues. L’atmosphère à Litchfield change radicalement. Caputo, lâché par ses gardiens qui espèrent faire valoir leurs droits, trouve du renfort au QHS et embrasse son rôle de directeur. Piper se transforme en patronne, ce qui ne convient pas à tout le monde ; Alex a besoin de l’aide de Freida pour gérer l’instable Lolly ; Judy King reçoit un traitement de faveur ; des couples inattendus se forment et des tensions prévisibles s’intensifient. Après une fin de saison 3 assez plate, pour ne pas dire très molle, cette saison 4 de Orange is the New Black démarre sur les chapeaux de roue. L’évolution est instantanée, l’ambiance très différente dès les premiers épisodes et le rythme ne se calme pas pendant toute la saison, jusqu’à un finale qui laisse présager une cinquième saison encore plus détonante. Orange is the New Black ne serait pas Orange is the New Black sans ses répliques chocs. Ni sans tous les sentiments par lesquelles les personnages nous font passer. Mais…