Vu! Mindhunter, saison 2.
Séries TV / 21 août 2019

Suite au comportement de Holden, le directeur assistant du FBI est envoyé à la retraite et remplacé par Ted Gunn, qui récupère également la direction de l’unité des sciences comportementales, en laquelle il croit énormément. Conscient de la fragilité de Holden, il missionne spécifiquement Tench et Carr pour le chaperonner, mais l’une est coincée dans les bureaux pour des analyses tandis que l’autre doit faire face à une crise familiale. Dans le même temps, des enfants noirs disparaissent à Atlanta. La première saison de Mindhunter s’était révélée être un coup de cœur. Cette deuxième saison s’inscrit parfaitement dans cette lignée. En fait, en y regardant bien, Mindhunter, c’est une série HBO diffusée sur Netflix. En même temps, avec un David Fincher omniprésent sur le plateau, comment pourrait-il en être autrement ? Sans doute le réalisateur le plus propre de sa génération, il a le soucis du détail, du plan parfait, de la photographie précise. D’ailleurs, par bien des aspects, Mindhunter ressemble à son Zodiac. L’histoire prend son temps, le rythme est lent par dessein, pour ne pas se précipiter, pour bien prendre en compte tous les éléments. Ce qui n’empêche pas les épisodes d’être prenants, de passer trop vite, de…

Vu! Stranger Things, saison 3.
Séries TV / 18 juillet 2019

Durant l’été 85, le tout nouveau centre commercial Starcourt est devenu le point central de la petite ville d’Hawkins. Si les petites boutiques sont fortement impactées, ça permet aux adolescents de trouver du boulot, notamment Steve, qui bosse dans une boutique de glaces. Alors que Jim s’inquiète du rapprochement entre Eleven et Mike et tente de s’immiscer dans leur relation. Que Dustin revient de sa colo, où il a rencontré la jolie Suzie. Mais le calme ne va pas durer et plusieurs habitants commencent à se comporter étrangement. Très franchement, je n’aurais pas été déçu que la saison 2 de Stranger Things conclue la série. Non pas que la saison 2 était mauvaise, mais je l’avais trouvée moins bonne que la première et sa conclusion obligeait une manipulation scénaristique pour relancer la machine. Eh bien, qu’à cela ne tienne. Puisque de toute façon, Stranger Things est une série hommage aux productions des années 80, il suffit de mettre quelques russes dans le coup et hop, le tour est joué. J’avais peur (et pas dans le bon sens) en lançant cette troisième saison, mais je trouve que les frères Duffer ont réussi, une nouvelle fois, à créer une ambiance. Et heureusement,…

Vu! Good Omens, saison 1.
Séries TV / 6 juillet 2019

Le Ciel et l’Enfer se livrent une guerre depuis plusieurs millénaires. Témoins privilégiés de ce combat, l’ange Aziraphale et le démon Rampa se côtoient depuis tout autant. Avec le temps, ils ont appris à s’apprécier et même s’ils sont dans des camps opposés, ils décident d’unir leur force pour empêcher l’Apocalypse imminente, chacun à leur manière. Adaptée du romans De Bons Présages, de Terry Pratchett et Neil Gaiman, par Neil Gaiman lui-même, Good Omens m’a attiré par son côté irrévérencieux. Il faut dire que la série venait à peine de sortir sur Amazon Prime que déjà une pétition demandait qu’elle soit retirée du catalogue pour incitation au satanisme. En 2019. Ça m’a immédiatement convaincu. Ça et le casting intéressant, ainsi que des retours engageants. On m’avait vendu la série comme une sorte de Dirk Gently à la sauce biblique et britannique (ce qui est ironique puisque Dirk Gently lui-même, avant d’être une série américaine, est une création britannique). L’histoire est on ne peut plus classique puisque la trame, au moins sur une partie de la série, reprend plusieurs épisodes bibliques, quoi que sur un ton différent et, effectivement, un brin polémique (même si c’est vachement plus cohérent sur certains détails…

Vu! Kingdom, saison 1.
Séries TV / 13 février 2019

Dans la Corée médiévale, alors que des rumeurs annoncent la mort du Roi, le prince hériter Yi-Chang est tenu à l’écart par le Ministre Cho Hak-jo et la garde royale, menée par son fils, Cho Beom-il. Seule la reine, la fille du Ministre, qui est sur le point d’accoucher du véritable héritier au trône, a accès aux appartements du Roi. Yi-Chang brave l’ordre de la reine et rend visite à son père, mais, avant de le voir, il aperçoit une silhouette monstrueuse. Il décide alors, accompagné par Mu-yeong, son fidèle garde, de quitter Hanyang pour rejoindre Jiyulheon et trouver le médecin qui s’est occupé de son père pour comprendre ce qui se passe au palais. Kingdom, est une série coréenne adaptée d’un web-comic. J’en avais entendu de bonnes critiques dès sa sortie, fin janvier, et je me suis lancé dans le visionnage sans tarder. Grand bien m’en a pris. Les Coréens (ceux du Sud en tout cas) qu’on se le dise, sont capables de produire des histoires originales et ont un goût prononcé pour mélanger horreur et politique. De tête, comme ça, j’ai envie de citer The Host et, plus récemment Dernier Train pour Busan. Il y en d’autres, évidemment,…

Vu! The Punisher, saison 1.
Séries TV / 2 janvier 2018

Vu! The Punisher, saison 1. Alors que la ville de New-York croit le Punisher mort peu après son procès très médiatique, Pete Castiglione travaille sur un chantier de construction et passe ses journées à abattre des murs à la masse. Donny, un de ses collègues tente de sympathiser avec lui tandis que le reste de l’équipe ne l’apprécie guère. Malgré les provocations et les insultes, Pete fait de son mieux pour garder son calme. Mais lorsque Donny est embarqué dans un braquage qui tourne mal, Pete révèle sa vraie nature. Dans la foulée, il est contacté par Micro, un mystérieux homme qui lui demande son aide. Dans le même temps, Dinah Madani, de la Sécurité Intérieure, de retour d’Afghanistan, mène une enquête clandestine sur l’assassinat de son ancien partenaire, Ahmed Zubair, qui enquêtait sur un trafic d’héroïne organisé par des militaires américains. L’apparition de Frank Castle, alias le Punisher, était probablement l’événement marquant de la deuxième saison de Daredevil. L’interprétation de Jon Bernthal a immédiatement donné corps au personnage. Le voir dans sa propre série n’est pas une surprise. Mieux, c’est une excellente chose. The Punisher n’est pas un super-héros comme les autres. Il n’a pas de super pouvoir, c’est…

Vu! Brooklyn Nine-Nine, saison 2.
Séries TV / 6 mai 2016

Vu! Brooklyn Nine-Nine, saison 2. Infiltré dans la mafia pour une mission périlleuse, Jake essaie d’oublier le fiasco de sa tentative de rapprochement avec Amy. Mais après tout c’est une sitcom, alors les rapprochements de fin de saison, on connait, c’est presque secondaire. Le fil conducteur de la saison est de toute manière enterré sous les péripéties de l’équipe du Nine-Nine. Après une première saison très sympathique, j’ai retrouvé avec plaisir les personnages de la série. Comme souvent, j’ai de plus en plus de mal avec le personnage principal, le détective Jake Peralta, joué par Andy Samberg. Andy Samberg que j’avais découvert déjà dans un rôle loufoque lorsqu’il interprétait Cuckoo, dans la très bonne série (en tout cas la première saison) du même nom. Ici, ses mimiques facéties sont souvent exagérées et rapidement lassantes, même si elle font, parfois, mouche. À mes yeux, ce sont les personnages secondaires qui font l’intérêt de Brooklyn Nine-Nine. Tous sont, sitcom oblige, caricaturaux. Joe Lo Truglio est Charles, le meilleur ami de Jake, son plus grand admirateur et fan de gastronomie ; Melissa Fumero est Amy Santiago, l’autre détective star du commissariat, cherche toujours l’approbation du capitaine ; Stephanie Beatriz est Rosa Diaz, une détective taciturne…

Vu! Two and a Half Men, saison 12.
Séries TV / 27 avril 2016

Vu! Two and a Half Men, saison 12. Cette douzième et ultime saison est centrée autour du désir de paternité de Walden (Ashton Kutcher). N’arrivant pas à adopter d’enfant en tant que milliardaire célibataire, Walden décide de demander Alan (Jon Cryer) de l’épouser pour faciliter les procédures. Ils sont alors suivis par Mrs McMartin (Maggie Lawson), une assistante sociale qui doit déterminer s’ils sont aptes à élever Louis (Edan Alexander). Évidemment, elle aura bien des surprises aux côtés du couple. Pour cette dernière saison de la série créée par Chuck Lorre, on observe un retour aux sources. Comme aux débuts de la série, les épisodes tournent autour d’un couple improbable essayant d’élever un enfant. Bien sûr, le personnage de Walden est loin de celui de Charlie. Ce n’est pas un problème pour les scénaristes. Les blagues tendancieuses et les situations embarrassantes s’enchaînent sur un rythme soutenu. Mais même si l’on apprécie les références et autres suggestions politiquement incorrects qui ont fait le succès de la sitcom, le cœur n’y est plus vraiment. Les épisodes semblent forcés et si la trame principale est plutôt cohérente, l’ensemble est, comme lors des dernières saisons, un peu décousu. Ashton Kutcher aura eu le mérite de prendre le…

Vu! The Big Bang Theory, saison 2.
Séries TV / 3 avril 2016

Vu! The Big Bang Theory, saison 2. « Our whole universe was in a hot dense state…. » Le rendez-vous en Leonard et Penny ne se passe pas si bien et le couple annoncé ne se forme pas, créant un malaise entre les deux, qui sera heureusement, (sitcom oblige) vite résolu. Si le personnage de Sheldon est étoffé, mettant l’accent sur ses différentes obsessions et son inaptitude sociale, Howard et Raj sont globalement fidèles à eux-mêmes. La seconde saison de la série créée par Chuck Lorre et Bill Prady est dans la continuité de la première. Les personnages sont bien posés et leurs relations sont dynamiques, créant des situations drôles et diversifiée. Les épisodes s’enchaînent avec plaisir, avec quelques évolutions intéressantes concernant l’histoire. Mais The Big Bang Theory est une sitcom et l’histoire n’est que prétexte pour les clarifications toujours très pointues de Sheldon, ainsi que ses mimiques faciales. Il s’est facilement imposé comme mon préféré, grâce à ses interactions avec les autres personnages. Jim Parsons est excellent dans son rôle, tellement qu’il m’est compliqué de l’imaginer dans un autre. La relation entre Leonard et Penny était au centre de la première saison, elle passe un peu au second plan dans celle-ci. Un peu…

Vu! Game of Thrones, saison 5.
Séries TV / 29 mars 2016

Vu! Game of Thrones, saison 5. Vais-je me risquer à tenter de résumer cette saison ? Ses intrigues multiples, son fourmillement de personnages et de décors, les alliances des uns, les promotions des autres, ou encore les retournements de situations, les viols et les morts ? Non. C’est Game of Thrones ! On ne résume pas Game of Thrones, on le regarde ! Mieux, on le dévore, on l’engloutit ! Depuis cinq saisons, on est habitués. Une Histoire qui progresse lentement, mais sur un rythme néanmoins haletant. La série tirée de la saga littéraire de George R.R. Martin a gagné la réputation d’être imprévisible et c’est toujours aussi vrai dans ces 10 nouveaux épisodes. Personne n’est à l’abri tandis que la balance des pouvoirs fait la girouette. Sur le toit des Sept Royaumes un jour, au fond du trou (plus ou moins littéralement) le suivant, ou le contraire. Chaque personnage est engagé dans une quête pour sa (sur)vie, son futur ou le monde. Et les dragons ? Ils se portent bien, les dragons ? La multitude de personnages et de quêtes secondaires peut parfois se révéler compliquée à suivre (qui c’est, lui, déjà ?) à mesure que les alliances fluctuent…

Vu! Penny Dreadful, saison 1.
Séries TV / 19 mars 2016

Vu! Penny Dreadful, saison 1. Dans le Londres de la fin du 19ème siècle, Sir Malcolm Murray (Timothy Dalton) est à la recherche de sa fille, Mina, enlevée par une puissance obscure. Divers alliés se joignent à sa quête pour des raisons différentes. Vanessa Ives (Eva Green) est l’amie d’enfance de Mina. Elle est également sujette à des possessions. Ethan Chandler (Josh Hartnett) est un pistolero américain au passé trouble et en quête de rédemption. Victor Frankenstein (Harry Treadaway) est un jeune médecin déterminer à dompter la mort. Et Sembene (Danny Sapani), un Noir au visage étrangement marqué, qui assiste Murray au quotidien. Ils croisent également la route d’un jeune homme mystérieux, aussi beau que charmeur, du nom de Dorian Gray (Reeve Carney). Basée sur les penny dreadful, ces histoires fantastiques et populaires vendues 1 penny l’épisode au 19ème siècle en Angleterre, la série créée par John Logan a le mérite d’être produite par Sam Mendes. Avoir un producteur de renom n’est pourtant pas gage de qualité (cf Revolution, produite par J.J. Abrams). Mais dès les premières minutes du premier épisode, il apparaît évident que Penny Dreadful est une série travaillée. Le générique est soigné, la réalisation propre, proche de…