Vu! American Horror Story : Asylum.
Séries TV / 26 novembre 2015

Vu! American Horror Story : Asylum. Un couple de jeunes mariés un peu décalé visite les endroits les plus hantés de l’Amérique en guise de lune de miel. Ils arrivent au manoir de Briarcliff, ancien asile psychiatrique où a été enfermé Bloody Face, un tueur en série qui sévissait dans les années 60. Tandis que le couple découvre qu’ils ne sont pas seuls dans le manoir, on nous raconte l’histoire des lieux dans ses plus sombres années, du temps où les nonnes sévères et les médecins sadiques étaient en charges de patients fous ou persécutés. J’avais bien aimé la première saison d’American Horror Story, même si je ne l’avais pas trouvée grandiose. J’ai mis du temps à regarder cette seconde saison car, déjà, je n’avais pas à me soucier de me souvenir de la première, puisque les deux histoires sont indépendantes l’une de l’autre. Après avoir lu « Criminal Loft » d’Armelle Carbonel, qui se déroule également dans le Sanatorium de Waverly Hills (lieu qui a inspiré le manoir de Briarcliff), j’ai eu envie de rester dans ce cadre particulier en espérant avoir droit à quelques frissons supplémentaires. Si je ne peux nier le côté Horror (voire gore) de la série, je…

Vu! Gotham, saison 1.
Séries TV / 17 novembre 2015

Vu! Gotham, saison 1. Dans une ville rongée par la criminalité, James Gordon (Benjamin McKenzie) fait figure d’exception, étant l’un des rares inspecteurs intègres de la GCPD. Avec Harvey Bullock (Donal Logue), son partenaire, le jeune inspecteur Gordon doit enquêter sur la mort de Thomas et Martha Wayne, un couple de milliardaires humanistes, assassinés dans une allée sombre sous les yeux de leur fils, Bruce (David Mazouz). En apprenant la création de cette série, j’étais très enthousiaste. J’aime les spin-off et les prequels. Et je suis fan du Chevalier Noir depuis longtemps. Sauf que, dès les premiers épisodes, quelque chose sonne faux. Impression qui se vérifie dans les épisodes suivants, puis tout au long de la saison. Au fil de ses enquêtes, le futur commissaire Gordon va croiser la route de futurs personnages de l’univers de Batman, ainsi que d’autres créés spécialement pour l’occasion, comme celui de Fish Mooney, brillamment interprété par Jada Pinkett Smith. Sans être mauvais, Ben McKenzie ne m’a pas tout à fait convaincu en jeune James Gordon. Mais ce n’est rien à côté du jeune Bruce Wayne, que j’ai trouvé insupportable. J’ai commencé la série en pensant l’apercevoir seulement par-ci par-là. Au final, il est présent…

Vu! Revolution, saison 2.
Séries TV / 12 novembre 2015

Vu! Revolution, saison 2. Quinze ans après un blackout total et permanent, la famille Matheson fait de son mieux pour survivre, sous la dictature de Sebastian Monroe (David Lyons). Je me souviens l’excitation qui avait précédé la sortie de cette série. Une production commune de J. J. Abrams et Jon Favreau, un cadre post-apocalyptique, un futur proche aux airs moyenâgeux. Quelle genre d’histoire formidable nous attendait ? Mais malgré de réels efforts, qui perdurent dans cette deuxième saison, Revolution ne sort pas du lot. Les scénaristes tentent de raconter une histoire forte et s’en sortent avec les honneurs. Mais ça ne prend pas. Les cadres post-apocalyptiques sont devenus monnaie courante et il est nécessaire de se distinguer. Revolution ne parvient jamais à devenir un univers propre. Et ce n’est rien comparé au jeu des acteurs. Tracy Spiridakos et Zak Orth s’en sortent plutôt bien, sans être exceptionnels, tout comme Billy Burke et Giancarlo Esposito, qui font le boulot. Le reste du casting, à l’image de Elizabeth Mitchell, n’est pas au niveau. Je suis allé au bout des 22 épisodes de cette seconde saison, mais sans grande conviction. La série n’est pas tout à fait mauvaise, mais au mieux moyenne, et…

Vu! The Walking Dead, saison 5.
Séries TV / 9 octobre 2015

Vu! The Walking Dead, saison 5. Les aventures de nos survivants se poursuivent là où nous en étions resté à la fin de la saison 4. Immédiatement remis dans le bain, j’ai enchaîné les épisodes comme on dévore un très bon roman, avec un minimum de temps morts. Et de temps morts, dans cette nouvelle saison, il n’y en a que très peu. Comme Rick et sa bande, pas le temps de souffler. C’est le prix à payer, en vivant sur la route. On rencontre de nouveaux personnages, des gentils, des méchants et d’autres sur lesquels il est difficile de se prononcer. On perd des amis, souvent de façon cruelle. On est gagné par l’espoir et ravagé par le désespoir. The Walking Dead s’est imposé comme une valeur sûre de la télévision américaine. Avec son scénario qui sait éviter les facilités et sa réalisation jouissive. Les arcs narratifs se multiplient pour faire durer le suspense et jouer avec nos nerfs. Les zombies trouvent encore de nouvelles façons de mourir, certaines visuellement spectaculaires et d’autres complètement gores; et les héros d’autres façons de survivre dans la jungle impitoyable qu’est devenue le monde. Le casting, rompu à l’exercice, est excellent, des anciens…

Vu! The Last Man on Earth, saison 1.
Séries TV / 25 septembre 2015

Vu! The Last Man on Earth, saison 1. Survivant d’un virus qui a décimé la population, Phil Miller (Will Forte), se retrouve seul sur Terre. Après avoir parcouru les USA à la recherche de survivants, il retourne dans son Tucson natal et passe le temps comme il peut. Jusqu’à ce que la solitude le rattrape et le pousse à mettre fin à ses jours. À moins que… Le premier épisode avait tout pour être fastidieux, mais il n’en est rien. On est d’entrée plongés dans l’univers de la série. Oubliez les codes habituels de la sitcom, The Last Man On Earth ne fait pas dans la légèreté. L’humour est grinçant, porté par le personnage complètement barré interprété par Will Forte. Avec sa barbe hirsute et son mode de vie puéril à souhaits, il incarne l’impertinence. Bon, on se serait sans doute rapidement lassé si la série avait uniquement été centrée sur son défoulement désabusé. Heureusement, les rebondissements s’enchaînent et maintiennent un rythme constant. Je ne veux pas trop spoiler « l’intrigue », mais je ne peux passer sous silence le reste du casting. Kristen Schaal est formidablement drôle, January Jones parfaite et Mel Rodriguez excellent, pour ne citer qu’eux. The Last Man On…

Vu! Impastor, saison 1.
Séries TV / 21 septembre 2015

Vu! Impastor, saison 1. Buddy Dobbs (Michael Rosenbaum) est un joueur compulsif, en dette avec les mauvaises personnes. Son plan de sortie est simple : se suicider pour échapper aux conséquences de ses actes. Mais par un incroyable concours de circonstances, Buddy va se voir accorder un miracle : aller se faire oublier à Ladner, une petite ville, en tant que pasteur gay. Impastor est une bonne surprise de l’été 2015. En mettant en scène un escroc loser se faisant passer pour un pasteur gay, cette sitcom prenait quelques risques, mêlant des sujets potentiellement polémiques. Et ça paie. L’humour est parfois impétueux, mais jamais irrespectueux. Michael Rosenbaum est parfait dans son rôle. Drôle, sans être trop lourd, il suffit à l’intérêt du show, avec son comportement loufoque, ses bévues et les obstacles qui se dressent continuellement sur son chemin, le poussant sans arrêt dans ses retranchements. Pour lui compliquer encore un peu plus la tâche, la sexy Alexa (Mircea Monroe) mettra sa prétendue homosexualité à rude épreuve, tout comme Russell (Mike Kosinski), pendant que Alden Schmidt (David Rasche), le suspicieux président du conseil de l’église, l’aura à œil, et tout en devant gérer son enthousiaste assistance, Dora (Sara Sue). Avec…

Vu! Arrow, saison 1.
Séries TV / 18 septembre 2015

Vu! Arrow, saison 1. Son nom est Oliver Queen et, pendant cinq ans, il a été contraint de survivre sur une île perdue au large de la Chine. De retour à Starling City, il revient armé des secrets de son père décédé. Pour neutraliser, par tous les moyens, les personnes qui ont faillis à la ville, et rayer leurs noms de sa liste, tout en protégeant ceux qu’il aime, il ne peut agir à visage découvert et doit devenir autre chose. Sortie il y a déjà quelques années, cette série basée sur le super-héros DC « Green Arrow » rencontre un certain succès (notamment grâce à la présence de Stephen Amell, n’est-ce pas mesdemoiselles!). Créé par Greg Berlanti, Marc Guggenheim et Andrew Kreisberg, Arrow fait le bonheur de la chaîne américaine CW et joue un rôle important dans la compétition entre DC Comics et Marvel sur le petit écran. Force est de constater que, dès les premiers épisodes, on est plongé dans le bain. Pas de temps mort, un peu d’humour, de l’action et du suspense. Arrow est un peu différent des autres shows du même type. L’ambiance est souvent plus sombre et les personnages plus violents. Ceci étant dit, Arrow n’est…

Vu! Ballers, saison 1.
Séries TV / 16 septembre 2015

Vu! Ballers, saison 1. Situé dans l’univers impitoyable du football américain, Ballers nous emmène derrière les casques, hors des terrains et dans la vie de footballeurs professionnels, remplie de tentations et de dangers, ainsi que dans celle de ceux qui les entoure. Dans le rôle principal, Dwayne The Rock Johnson revient à ses premiers amours en interprétant Spencer Strasmore, un ancien joueur NFL reconverti en conseiller financier. Aux côtés de Joe (Rob Corddry), son collègue attiré par les strass et les paillettes, Spencer use de ses connexions pour attirer de nouveaux clients. Parmi eux, Ricky Jerret (John David Washington), un receveur rockstar impliqué dans des scandales sexuels qui mettent sa carrière en danger, Vernon (Donovan W. Carter), un défenseur en difficultés financières qui cherche à négocier un nouveau contrat ou encore Charles Green (Omar Miller), un ancien joueur qui peine à trouver ses marques après son départ à la retraite. Sur fond de fêtes endiablées, autour de jeunes femmes prêtent à tout pour goûter à la gloire des joueurs, et d’entourage profitant des largesses des joueurs, Ballers n’est pas sans rappeler l’ambiance de « L’enfer du Dimanche », le jeu en moins. Car, à part quelques scènes d’entraînement, il n’y a que…

Abandonné! Under The Dome.
Séries TV / 3 septembre 2015

Abandonné! Under The Dome. Du jour au lendemain, la petite ville de Chester’s Mill, dans le Maine, se retrouve prisonnière d’un dôme gigantesque qui la recouvre. Coupés du monde, les habitants vont se révéler sous leur véritable jour. Adaptation télévisée de l’excellent roman de Stephen King, j’ai tenté l’aventure Under The Dome plus par curiosité qu’autre chose. J’avais adoré l’histoire originale et, comme de par hasard, j’ai été très déçu par la transposition sur le petit écran. Comme c’est (trop) souvent le cas avec des adaptations, l’histoire a été sensiblement modifiée. Les personnages principaux du roman sont bien présents, mais leur identité, leur rôle ou leur relation sont parfois différentes, ce qui m’a perturbé (en plus du fait que je n’en comprenne pas l’intérêt). Sans compter que des passages importants ont été passés sous silence et d’autres largement édulcorés pour pouvoir être diffusés sur le grand réseau national qu’est CBS. La première saison ne m’a pas convaincue, mais j’ai quand même essayé de regarder la deuxième, en espérant que la contribution du maître au scénario fasse une différence. Ce n’est pas le cas. Après trois épisodes et malgré les cliffhangers, je jette l’éponge. J’ai trouvé les personnages trop lisses et…

Vu! Fresh off the Boat, Saison 1.
Séries TV / 2 septembre 2015

Vu! Fresh off the Boat, Saison 1. Eddie Huang (Hudson Yang) et sa famille déménagent de Washington D.C. pour s’installer à Orlando, en Floride, où son père, Louis (Randall Park) vient d’ouvrir un steakhouse. Le changement de décor et de repères n’est facile pour personne, encore moins quand on est un adolescent asiatique fan de rap et qu’on a une mère un brin strict. J’ai découvert cette sitcom un peu par hasard et je me suis laissé tenter par son côté un peu original. Au premier abord, le format ressemble beaucoup à celui de The Goldbergs, mais dans les années 90 (95 exactement) et avec une famille d’origine Taïwanaise. L’histoire est narrée du point de vue d’Eddie, et basée sur la biographie du véritable Eddie Huang. Pour tout dire, j’ai eu du mal à rentrer dedans et j’ai pensé abandonner après les deux premiers épisodes. Je ne l’ai pas fait. Finalement, je me suis attaché à tous les personnages secondaires, à commencer par la mère (Constance Wu), qui est géniale, c’est la raison principale de mon obstination à terminer cette première saison. Ses mimiques sont parfaites et ses remarques très drôles. Le père est pas mal aussi, immigré chinois qui embrasse…