Vu! Brooklyn Nine-Nine, saison 2.
Séries TV / 6 mai 2016

Vu! Brooklyn Nine-Nine, saison 2. Infiltré dans la mafia pour une mission périlleuse, Jake essaie d’oublier le fiasco de sa tentative de rapprochement avec Amy. Mais après tout c’est une sitcom, alors les rapprochements de fin de saison, on connait, c’est presque secondaire. Le fil conducteur de la saison est de toute manière enterré sous les péripéties de l’équipe du Nine-Nine. Après une première saison très sympathique, j’ai retrouvé avec plaisir les personnages de la série. Comme souvent, j’ai de plus en plus de mal avec le personnage principal, le détective Jake Peralta, joué par Andy Samberg. Andy Samberg que j’avais découvert déjà dans un rôle loufoque lorsqu’il interprétait Cuckoo, dans la très bonne série (en tout cas la première saison) du même nom. Ici, ses mimiques facéties sont souvent exagérées et rapidement lassantes, même si elle font, parfois, mouche. À mes yeux, ce sont les personnages secondaires qui font l’intérêt de Brooklyn Nine-Nine. Tous sont, sitcom oblige, caricaturaux. Joe Lo Truglio est Charles, le meilleur ami de Jake, son plus grand admirateur et fan de gastronomie ; Melissa Fumero est Amy Santiago, l’autre détective star du commissariat, cherche toujours l’approbation du capitaine ; Stephanie Beatriz est Rosa Diaz, une détective taciturne…

Vu! Two and a Half Men, saison 12.
Séries TV / 27 avril 2016

Vu! Two and a Half Men, saison 12. Cette douzième et ultime saison est centrée autour du désir de paternité de Walden (Ashton Kutcher). N’arrivant pas à adopter d’enfant en tant que milliardaire célibataire, Walden décide de demander Alan (Jon Cryer) de l’épouser pour faciliter les procédures. Ils sont alors suivis par Mrs McMartin (Maggie Lawson), une assistante sociale qui doit déterminer s’ils sont aptes à élever Louis (Edan Alexander). Évidemment, elle aura bien des surprises aux côtés du couple. Pour cette dernière saison de la série créée par Chuck Lorre, on observe un retour aux sources. Comme aux débuts de la série, les épisodes tournent autour d’un couple improbable essayant d’élever un enfant. Bien sûr, le personnage de Walden est loin de celui de Charlie. Ce n’est pas un problème pour les scénaristes. Les blagues tendancieuses et les situations embarrassantes s’enchaînent sur un rythme soutenu. Mais même si l’on apprécie les références et autres suggestions politiquement incorrects qui ont fait le succès de la sitcom, le cœur n’y est plus vraiment. Les épisodes semblent forcés et si la trame principale est plutôt cohérente, l’ensemble est, comme lors des dernières saisons, un peu décousu. Ashton Kutcher aura eu le mérite de prendre le…

Vu! The Big Bang Theory, saison 1.
Séries TV / 24 février 2016

Vu! The Big Bang Theory, saison 1. Leonard (Johnny Galecki) est un physicien expérimental qui vit en collocation avec Sheldon (Jim Parsons), un physicien théoricien. Geeks complets, ils passent beaucoup de temps avec leurs amis Howard (Simon Helberg), obsédé par le sexe opposé et Raj (Kunal Nayyar), timide maladif avec les filles. Leur routine est perturbée par l’arrivée sur leur palier de Penny (Kaley Cuoco), une jolie serveuse aux aspirations artistiques sur laquelle Leonard craque immédiatement. Ça fait des années que j’entends parler de cette sitcom mais je n’ai commencé à la regarder que très récemment. Un peu comme l’autre sitcom de Chuck Lorre, Two and a half men, que j’avais commencé alors qu’elle en était à sa huitième saison. Dès le premier épisode, on sent la patte de Chuck Lorre sur la série, puis, très vite, émergent les personnalités atypiques de Leonard et surtout Sheldon, complètement à l’opposée de celle, plus terre-à-terre, de Penny. L’amalgame prend immédiatement, autour d’une trame principale classique de la Belle et la Bête, où la Bête serait un Geek intello. Les personnages secondaires apportent beaucoup à un univers simple mais efficace, le côté lourd mais drôle d’Howard, les divers facettes de Raj et même Leslie et…

Vu! Unbreakable Kimmy Schmidt, saison 1.
Séries TV / 7 février 2016

Vu! Unbreakable Kimmy Schmidt, saison 1. Depuis quinze ans, Kimmy Schmidt (Ellie Kemper), Cindy Pokorny (Sara Chase), Gretchen Chalker (Lauren Adams) et Donna Maria Nuñez (Sol Miranda) vivent enfermées dans un bunker, sous l’emprise du révérend Richard Wayne Gary Wayne (Jon Hamm), qui leur fait croire que la fin du monde à amené l’enfer sur Terre. Lorsqu’elles quittent enfin leur prison, les Mole Women d’Indiana sont invitées sur tous les plateaux pour témoigner de leur calvaire. Kimmy décide de rester à New-York. Initialement prévue pour être diffusée sur le réseau NBC, c’est finalement Netflix qui rachète les droits de la nouvelle série créée par Tina Fey et Robert Carlock pour Ellie Kemper. Dès les premières minutes et le générique, on découvre le ton très décalé que va prendre la série. L’humour est loufoque et décalé, à l’image des personnages qui peuple cette sitcom. De Kimmy, qui découvre le monde avec quinze ans de retard à son colocataire, Titus Andromedon (Tituss Burgess), un extravagant noir homosexuel rêvant de percer à Broadway, en passant par leur propriétaire, Lillian Kaushtupper (Carol Kane) ou Jacqueline Voorhees (Jane Krakowski), une femme riche et excentrique qui embauche Kimmy comme nanny. Et restent encore les guest-stars qui…

Vu! Two and a Half Men, saison 11.
Séries TV / 23 janvier 2016

Vu! Two and a Half Men, saison 11. Alan Harper (Jon Cryer) habite toujours chez Walden Schmidt (Ashton Kutcher). Ils sont rejoints par Jenny (Amber Tamblyn), la fille illégitime de Charlie. Pour cette onzième saison, le casting a été légèrement revu. Angus T. Jones, le Half original de Two and a Half Men, a quitté le show pour des raisons religieuses. Comme après le départ de Charlie Sheen, ça n’empêche pas les références à son personnage tout au long de cette saison. C’est donc Amber Tamblyn qui le remplace numériquement, apportant une touche féminine, ainsi qu’un retour à un humour graveleux par son personnage proche de celui de Charlie. Le reste est fidèle à la série. Alan est un parasite qui vit aux crochets de Walden. Il reprend une relation avec Lindsey (Courtney Thorne-Smith) en devenant ami avec le petit-ami de cette dernière. Walden cherche l’amour, mais tombe amoureux d’à peu près toutes les femmes qu’il croise. Et Berta (Conchata Ferrell) fait semblant de faire le ménage. Pendant les 22 épisodes de cette avant-dernière saison, on retrouve ce qui a fait le succès du show. Des blagues à la pelle sur la drogue et le sexe, avec de nombreuses références pop-culture,…

Vu! Modern Family, saison 4.
Séries TV / 5 janvier 2016

Vu! Modern Family, saison 4. 3 foyers. 3 modes de vie. 1 famille. Je sais, j’ai du retard, puisque la saison 7 est actuellement en cours de diffusion. Mais c’est tellement une valeur sûre, que je n’ai pas peur de me retrouver avec plein de saisons à rattraper, bien au contraire. Je retrouve toujours les Pritchett, les Dunphy et les Tucker-Pritchett avec le même plaisir. Tous les personnages sont basés sur des stéréotypes caricaturaux, mais sans jamais être offensant. Et ça marche, puisqu’on s’attache énormément à chacun d’entre eux. Avec leur caractère propre, leurs défauts. Tous sont drôles, touchants. Et tous évoluent au contact les uns des autres. Que ce soit pour les bonnes ou (le plus souvent) pour les mauvaises raisons. 24 épisodes qui se dégustent ou se dévorent. En tout cas on se marre franchement des facéties de cette grande famille dysfonctionnelle et on en redemande! Une des meilleures sitcoms actuelles.

Vu! Sirens, saison 2.
Séries TV / 27 décembre 2015

Vu! Sirens, saison 2. Suite (et fin) des aventures du trio d’ambulanciers de Chicago. J’avais découvert cette série (adaptation d’une série britannique du même nom) un peu par hasard au moment de sa sortie. Et je m’étais facilement attaché aux personnages. En tête desquels Johnny (Michael Mosley), qui doit jongler entre son métier, sa fiancée policière Theresa (Jessica McNamee) et des relations familiales compliquées. Il est épaulé par Hank (Kevin Daniels), son meilleur ami gay qui enchaîne les conquêtes, et Brian (Kevin Bigley), le dernier arrivé dans la bande, qui découvre encore le métier avec un regard innocent et galère dans sa vie sentimentale. Et ce n’est qu’une partie des personnages que vous croiserez au fil des interventions souvent loufoques des trois ambulanciers. Après une première saison de qualité, ces treize nouveaux épisodes sont dans la même veine, parfois crus mais toujours drôles. Basé sur un comique de situation, Sirens fonctionne plutôt bien et change de la sitcom basique en explorant des thèmes plus ou moins sérieux ou originaux suivant les épisodes. Si la série n’avait pas été annulée, j’aurais regardé une troisième saison avec plaisir.

Vu! The Brink.
Séries TV / 6 décembre 2015

Vu! The Brink. Pendant qu’un coup d’état éclate au Pakistan, Alex Talbot (Jack Black), un employé de l’ambassade américaine à Islamabad, se retrouve au milieu de la crise en compagnie de son chauffeur, Rafiq (Aasif Mandvi), pendant que Walter Larson (Tim Robbins), le ministre des affaires étrangères américaines, essaie de trouver une solution politique qui pourrait empêcher une guerre nucléaire. De son côté, posté sur un porte-avion dans la mer d’Oman, Zeke Tilson (Pablo Schreiber), un pilote de chasse, essaie de refourguer de la drogue à ses collègues tout en recollant les morceaux avec son ex. Sur fond de crise géopolitique, Roberto et Kim Benabib signent une satire corrosive. Avec un casting d’expérience et des épisodes parfaitement calibrés, The Brink est aussi addictif que Homeland et aussi drôle que Bored to Death. Tim Robbins est excellent en ministre obsédé à la fois par les secrétaires sexy que le maintient de la paix et Jack Black presque subtil en loser aussi paumé qu’incompétent. À leurs côtés, les seconds rôles ne sont pas en reste, de la sexy Carla Gugino à Geoff Pierson en passant par Maribeth Monroe et les autres. Entre corruption, sexe, marchandage et pure incompétence ; entre le Pentagon, Islamabad…

Vu! The Last Man on Earth, saison 1.
Séries TV / 25 septembre 2015

Vu! The Last Man on Earth, saison 1. Survivant d’un virus qui a décimé la population, Phil Miller (Will Forte), se retrouve seul sur Terre. Après avoir parcouru les USA à la recherche de survivants, il retourne dans son Tucson natal et passe le temps comme il peut. Jusqu’à ce que la solitude le rattrape et le pousse à mettre fin à ses jours. À moins que… Le premier épisode avait tout pour être fastidieux, mais il n’en est rien. On est d’entrée plongés dans l’univers de la série. Oubliez les codes habituels de la sitcom, The Last Man On Earth ne fait pas dans la légèreté. L’humour est grinçant, porté par le personnage complètement barré interprété par Will Forte. Avec sa barbe hirsute et son mode de vie puéril à souhaits, il incarne l’impertinence. Bon, on se serait sans doute rapidement lassé si la série avait uniquement été centrée sur son défoulement désabusé. Heureusement, les rebondissements s’enchaînent et maintiennent un rythme constant. Je ne veux pas trop spoiler « l’intrigue », mais je ne peux passer sous silence le reste du casting. Kristen Schaal est formidablement drôle, January Jones parfaite et Mel Rodriguez excellent, pour ne citer qu’eux. The Last Man On…

Vu! Impastor, saison 1.
Séries TV / 21 septembre 2015

Vu! Impastor, saison 1. Buddy Dobbs (Michael Rosenbaum) est un joueur compulsif, en dette avec les mauvaises personnes. Son plan de sortie est simple : se suicider pour échapper aux conséquences de ses actes. Mais par un incroyable concours de circonstances, Buddy va se voir accorder un miracle : aller se faire oublier à Ladner, une petite ville, en tant que pasteur gay. Impastor est une bonne surprise de l’été 2015. En mettant en scène un escroc loser se faisant passer pour un pasteur gay, cette sitcom prenait quelques risques, mêlant des sujets potentiellement polémiques. Et ça paie. L’humour est parfois impétueux, mais jamais irrespectueux. Michael Rosenbaum est parfait dans son rôle. Drôle, sans être trop lourd, il suffit à l’intérêt du show, avec son comportement loufoque, ses bévues et les obstacles qui se dressent continuellement sur son chemin, le poussant sans arrêt dans ses retranchements. Pour lui compliquer encore un peu plus la tâche, la sexy Alexa (Mircea Monroe) mettra sa prétendue homosexualité à rude épreuve, tout comme Russell (Mike Kosinski), pendant que Alden Schmidt (David Rasche), le suspicieux président du conseil de l’église, l’aura à œil, et tout en devant gérer son enthousiaste assistance, Dora (Sara Sue). Avec…