Vu! Modern Family, saison 4.
Séries TV / 5 janvier 2016

Vu! Modern Family, saison 4. 3 foyers. 3 modes de vie. 1 famille. Je sais, j’ai du retard, puisque la saison 7 est actuellement en cours de diffusion. Mais c’est tellement une valeur sûre, que je n’ai pas peur de me retrouver avec plein de saisons à rattraper, bien au contraire. Je retrouve toujours les Pritchett, les Dunphy et les Tucker-Pritchett avec le même plaisir. Tous les personnages sont basés sur des stéréotypes caricaturaux, mais sans jamais être offensant. Et ça marche, puisqu’on s’attache énormément à chacun d’entre eux. Avec leur caractère propre, leurs défauts. Tous sont drôles, touchants. Et tous évoluent au contact les uns des autres. Que ce soit pour les bonnes ou (le plus souvent) pour les mauvaises raisons. 24 épisodes qui se dégustent ou se dévorent. En tout cas on se marre franchement des facéties de cette grande famille dysfonctionnelle et on en redemande! Une des meilleures sitcoms actuelles.

Vu! Sirens, saison 2.
Séries TV / 27 décembre 2015

Vu! Sirens, saison 2. Suite (et fin) des aventures du trio d’ambulanciers de Chicago. J’avais découvert cette série (adaptation d’une série britannique du même nom) un peu par hasard au moment de sa sortie. Et je m’étais facilement attaché aux personnages. En tête desquels Johnny (Michael Mosley), qui doit jongler entre son métier, sa fiancée policière Theresa (Jessica McNamee) et des relations familiales compliquées. Il est épaulé par Hank (Kevin Daniels), son meilleur ami gay qui enchaîne les conquêtes, et Brian (Kevin Bigley), le dernier arrivé dans la bande, qui découvre encore le métier avec un regard innocent et galère dans sa vie sentimentale. Et ce n’est qu’une partie des personnages que vous croiserez au fil des interventions souvent loufoques des trois ambulanciers. Après une première saison de qualité, ces treize nouveaux épisodes sont dans la même veine, parfois crus mais toujours drôles. Basé sur un comique de situation, Sirens fonctionne plutôt bien et change de la sitcom basique en explorant des thèmes plus ou moins sérieux ou originaux suivant les épisodes. Si la série n’avait pas été annulée, j’aurais regardé une troisième saison avec plaisir.

Vu! The Brink.
Séries TV / 6 décembre 2015

Vu! The Brink. Pendant qu’un coup d’état éclate au Pakistan, Alex Talbot (Jack Black), un employé de l’ambassade américaine à Islamabad, se retrouve au milieu de la crise en compagnie de son chauffeur, Rafiq (Aasif Mandvi), pendant que Walter Larson (Tim Robbins), le ministre des affaires étrangères américaines, essaie de trouver une solution politique qui pourrait empêcher une guerre nucléaire. De son côté, posté sur un porte-avion dans la mer d’Oman, Zeke Tilson (Pablo Schreiber), un pilote de chasse, essaie de refourguer de la drogue à ses collègues tout en recollant les morceaux avec son ex. Sur fond de crise géopolitique, Roberto et Kim Benabib signent une satire corrosive. Avec un casting d’expérience et des épisodes parfaitement calibrés, The Brink est aussi addictif que Homeland et aussi drôle que Bored to Death. Tim Robbins est excellent en ministre obsédé à la fois par les secrétaires sexy que le maintient de la paix et Jack Black presque subtil en loser aussi paumé qu’incompétent. À leurs côtés, les seconds rôles ne sont pas en reste, de la sexy Carla Gugino à Geoff Pierson en passant par Maribeth Monroe et les autres. Entre corruption, sexe, marchandage et pure incompétence ; entre le Pentagon, Islamabad…

Vu! The Last Man on Earth, saison 1.
Séries TV / 25 septembre 2015

Vu! The Last Man on Earth, saison 1. Survivant d’un virus qui a décimé la population, Phil Miller (Will Forte), se retrouve seul sur Terre. Après avoir parcouru les USA à la recherche de survivants, il retourne dans son Tucson natal et passe le temps comme il peut. Jusqu’à ce que la solitude le rattrape et le pousse à mettre fin à ses jours. À moins que… Le premier épisode avait tout pour être fastidieux, mais il n’en est rien. On est d’entrée plongés dans l’univers de la série. Oubliez les codes habituels de la sitcom, The Last Man On Earth ne fait pas dans la légèreté. L’humour est grinçant, porté par le personnage complètement barré interprété par Will Forte. Avec sa barbe hirsute et son mode de vie puéril à souhaits, il incarne l’impertinence. Bon, on se serait sans doute rapidement lassé si la série avait uniquement été centrée sur son défoulement désabusé. Heureusement, les rebondissements s’enchaînent et maintiennent un rythme constant. Je ne veux pas trop spoiler « l’intrigue », mais je ne peux passer sous silence le reste du casting. Kristen Schaal est formidablement drôle, January Jones parfaite et Mel Rodriguez excellent, pour ne citer qu’eux. The Last Man On…

Vu! Impastor, saison 1.
Séries TV / 21 septembre 2015

Vu! Impastor, saison 1. Buddy Dobbs (Michael Rosenbaum) est un joueur compulsif, en dette avec les mauvaises personnes. Son plan de sortie est simple : se suicider pour échapper aux conséquences de ses actes. Mais par un incroyable concours de circonstances, Buddy va se voir accorder un miracle : aller se faire oublier à Ladner, une petite ville, en tant que pasteur gay. Impastor est une bonne surprise de l’été 2015. En mettant en scène un escroc loser se faisant passer pour un pasteur gay, cette sitcom prenait quelques risques, mêlant des sujets potentiellement polémiques. Et ça paie. L’humour est parfois impétueux, mais jamais irrespectueux. Michael Rosenbaum est parfait dans son rôle. Drôle, sans être trop lourd, il suffit à l’intérêt du show, avec son comportement loufoque, ses bévues et les obstacles qui se dressent continuellement sur son chemin, le poussant sans arrêt dans ses retranchements. Pour lui compliquer encore un peu plus la tâche, la sexy Alexa (Mircea Monroe) mettra sa prétendue homosexualité à rude épreuve, tout comme Russell (Mike Kosinski), pendant que Alden Schmidt (David Rasche), le suspicieux président du conseil de l’église, l’aura à œil, et tout en devant gérer son enthousiaste assistance, Dora (Sara Sue). Avec…

Vu! Fresh off the Boat, Saison 1.
Séries TV / 2 septembre 2015

Vu! Fresh off the Boat, Saison 1. Eddie Huang (Hudson Yang) et sa famille déménagent de Washington D.C. pour s’installer à Orlando, en Floride, où son père, Louis (Randall Park) vient d’ouvrir un steakhouse. Le changement de décor et de repères n’est facile pour personne, encore moins quand on est un adolescent asiatique fan de rap et qu’on a une mère un brin strict. J’ai découvert cette sitcom un peu par hasard et je me suis laissé tenter par son côté un peu original. Au premier abord, le format ressemble beaucoup à celui de The Goldbergs, mais dans les années 90 (95 exactement) et avec une famille d’origine Taïwanaise. L’histoire est narrée du point de vue d’Eddie, et basée sur la biographie du véritable Eddie Huang. Pour tout dire, j’ai eu du mal à rentrer dedans et j’ai pensé abandonner après les deux premiers épisodes. Je ne l’ai pas fait. Finalement, je me suis attaché à tous les personnages secondaires, à commencer par la mère (Constance Wu), qui est géniale, c’est la raison principale de mon obstination à terminer cette première saison. Ses mimiques sont parfaites et ses remarques très drôles. Le père est pas mal aussi, immigré chinois qui embrasse…

Vu! Benched.
Séries TV / 19 août 2015

Vu! Benched. Nina Whitley (Eliza Coupe) a tout pour réussir. Elle est un des meilleurs avocats de son cabinet prestigieux, fiancée à un autre avocat talentueux et sur le point de décrocher une grosse promotion. Sauf que son fiancé la quitte pour une autre et que le promotion lui échappe au profit d’une incompétente qui couche avec leur patron. Nina pète les plombs. Après le scandal, elle est obligée de quitter son cabinet pour recommencer au bas de l’échelle, comme commis d’office. Je ne suis pas fan des séries d’avocats, mais Benched est aux séries d’avocats ce que Scrubs est aux séries médicales. Bon, la comparaison est très flatteuse, car Benched n’atteint jamais les niveaux d’excellence de Scrubs. Mais ça reste une sitcom très honnête. Aux côtés d’Eliza Coupe, que l’on avait justement découvert durant les deux dernières saisons de Scrubs (puis dans la regrettée Happy Endings), on retrouve Jay Harrington, qui avait joué, entre autres, dans l’excellente et méconnue Better Off Ted. Il interprète ici un avocat désabusé, à moitié alcoolique et accroc aux jeux d’argent. Pour compléter le duo principal, on a Oscar Nuñez de The Office, qui s’en sort pas trop mal en personnage secondaire et Carter…

Vu! Weird Loners.
Séries TV / 7 août 2015

Vu! Weird Loners de Michael J Weithorn. Quatre trentenaires avec des problèmes d’engagements se retrouvent propulsés dans la vie les uns des autres. Stoch (Zachary Knighton), dragueur invétéré, vient de se faire virer de son boulot après avoir couché avec la femme de son boss, il emménage chez Eric (Nat Torrence), son cousin, vieux garçon qui vient de perdre son père. Caryn (Becki Newton), la voisine d’Eric, obsédé par l’envie de se caser, vire sa colocataire sur un coup de tête mais n’arrive pas à épouser un médecin veuf amoureux d’elle, elle héberge Zara (Meera Rohit Kumbhani), une peintre de rue très attachée à sa liberté, qui se lie d’amitié avec Eric après qu’il achète un de ses tableaux. Un lien se crée entre eux. Bon, le synopsis semble un peu usé. Les critiques n’étaient pas extraordinaires, mais les présences de Zachary Knighton (Happy Endings) et Nate Torrence (Hello Ladies) m’ont convaincu de tenter l’aventure. Aux côtés des deux acteurs, Becki Newton (Quinn dans How I Met Your Mother) et Meera Rohit Kumbhani complètent le casting. Les personnages se retrouvent un peu facilement, mais bon, c’est une sitcom alors on va laisser passer. Ce qui compte, c’est l’alchimie qui unit…

Vu! Married, saison 1.
Séries TV / 29 juillet 2015

Vu! Married, saison 1. Russ Bowman (Nat Faxon) aime sa femme Lina (Judy Greer), au point où il voudrait faire l’amour avec elle. Mais elle est fatiguée de devoir s’occuper de leurs trois enfants et l’invite plutôt à se trouver une maîtresse. À l’opposé, leurs amis, A.J. (Brett Gelman) et Jess (Jenny Slate) ont, pour l’un, du mal à se remettre d’un divorce et, pour l’autre, du mal à accepter de se poser dans un mariage. Créée par Andrew Gurland, la série promet des situationsembarrassantes par son synopsis. Et si c’est bien le cas dans quelques uns des 10 épisodes de la première saison, ça n’a pas suffi à éveiller mon intérêt. Judy Greer est à l’aise dans son rôle de femme mariée blasée, Brett Gelman dans celui de l’ami dérangé, encore plus avec son physique à la François Damiens. Et ça fait plaisir de voir Paul Reiser dans un petit rôle. Mais la mayonnaise ne prend pas. Nat Faxon, s’il est crédible en père de famille proche de la quarantaine en manque de sexe, ne me fait pas rire. En fait, ce sont les thèmes abordés qui ne m’ont globalement pas fait rire. Ça tourne trop autour de blagues…

Vu! Hindsight, Saison 1.
Séries TV / 13 juillet 2015

Vu! Hindsight, Saison 1. La veille de son second mariage, Becca (Laura Ramsey) se retrouve propulsée dans le passé, en 1995, la veille de son premier mariage. Elle retrouve sa meilleure amie, Lolly (Sarah Goldberg), avec qui elle étais en froid depuis des années dans le futur. Elle a l’opportunité de revivre sa vie en sachant ce que l’avenir lui réserver. Fera-t-elle à nouveaux les mêmes erreurs ou réussira-t-elle à changer la donne ? Quoi qu’il en soit, sa vie va changer. L’idée de base proposée par Emily Fox n’était pas dénuée d’intérêt. Oui, la formulation de ma phrase sous-entend que mon intérêt s’est rapidement évaporé. Avoir une bonne idée de base, c’est très bien, mais encore faut-il être capable de développer cette idée pour en faire une histoire captivante. C’est une tâche ardue, certes, mais c’est le challenge qui nous attend quand on veut raconter des histoires (j’en sais quelque chose). Dès les premiers épisodes, il apparaît évident que la série ne prendra aucun risque. Une opportunité formidable est pourtant très bien amenée à la fin de la première moitié de la saison, avec même un très bon cliffhanger à la fin du cinquième épisode. Ça aurait pu tout…