Vu! Vincent C. : Magie Non Censurée.
Spectacle / 29 décembre 2017

Vu! Vincent C. : Magie Non Censurée. Normalement, je ne sors pas (j’entends voir des spectacles, parce que je suis quand même obligé, de temps en temps, d’aller faire des courses). Ça oblige à réserver des places pour une date précise, à se rendre au lieu où se déroule le spectacle puis à rentrer une fois que c’est fini. En plus, je suis très mauvais public. Par exemple, les applaudissements gratuits me répugnent (j’entends par là les applaudissements de politesse ou d’encouragement, quand le type arrive tout juste sur scène et qu’il n’a encore rien fait, selon moi, méritant ces applaudissements) et je déteste participer (j’ai déjà du mal à tolérer la présence d’autres spécimens de mon espèce dans la salle). Mais bon, pour la Saint Coca-Cola, des proches m’ont offert des places pour aller voir un spectacle de magie. Oui, un spectacle de magie. J’ai des lubies, comme ça. Et ces derniers mois, c’est la magie. Depuis que je suis tombé, par hasard, sur Penn & Teller : Fool Us sur Netflix (que je vous conseille, par ailleurs, si vous aimez la magie). Bref, on m’offre des places pour un spectacle de magie et je traverse donc Paris en…

Vu! Jen Kirkman : I’m Gonna Die Alone (And I Feel Fine).
Spectacle / 12 septembre 2017

Vu! Jen Kirkman : I’m Gonna Die Alone (And I Feel Fine). J’ai des périodes comme ça, où je regarde des spectacles de stand-up. Ça n’est pas très souvent, car j’ai une tonne de films et séries en retard, mais ça arrive. Galvanisé par The Standups, j’ai eu envie d’enchaîner avec un des specials qui traînent dans ma liste Netflix (et il y en a quelques-uns…). Pourquoi j’ai choisi Jen Kirkman plutôt qu’un(e) autre ? Pas pour l’affiche, pour une fois. Mais pour le titre de son spectacle, que l’on pourrait traduire grossièrement par « Je vais mourir seule (et c’est pas grave) ». Avouez que ça en jette, comme titre pour un spectacle comique. Ou alors c’est moi qui ai un faible pour l’humour noir. Peu importe. Comme souvent dans les spectacles de stand-up, on commence par une petite mise en scène. Ici, Jen est en coulisse, en train de se faire maquiller pour son spectacle, quand une amie du lycée débarque avec son petit garçon pour lui demander pourquoi elle ne passe pas boire un verre (de jus) chez elle. Réponse : parce que je suis trop occupée dans ma vie d’adulte active pour traîner avec toi et ton gamin…

Vu! Que ma Joie Demeure, d’Alexandre Astier.
Spectacle / 30 avril 2016

Vu! Que ma Joie Demeure, d’Alexandre Astier. 1733, Leipzig, Allemagne. L’église Saint-Thomas accueille le public pour une journée porte ouverte durant laquelle Johann Sebastian Bach est chargé de donner une leçon de musique. Dans le même temps, il doit expertiser l’orgue de l’autre église de la ville. Tout en se confiant sur sa dépression due à la mort de deux de ses enfants durant l’année et son manque de reconnaissance. Puisque j’ai beaucoup aimé l’Éxoconférence, du même Alexandre Astier, il me paraissait tout naturel de regarder ce spectacle, un peu plus ancien, consacré à Bach. Le sujet m’emballait moins, mais je comptais sur la verve du créateur de Kaamelott pour me faire passer un bon moment. Autour dire tout de suite que j’ai largement préféré l’Éxoconférence, et que le sujet traité ici y est pour beaucoup. Mais je ne peux pas dire non plus que j’ai passé un mauvais moment. Alexandre Astier à un don pour incarner un personnage et c’est une raison en soit pour le regarder jouer. La musique a évidemment une place de choix dans ce spectacle, même si l’on peut regretter que seules ses œuvres les plus connues soient mises en avant. Bach explique la musique (bon courage pour suivre si…

Vu! L’Éxoconférence, d’Alexandre Astier.
Spectacle / 22 mars 2016

Vu! L’Éxoconférence, d’Alexandre Astier. Dans ce spectacle, Alexandre Astier incarne un astrophysicien donnant une conférence sur l’Univers et la question de la vie extraterrestre. Il part, évidemment, du Big Bang, retrace les étapes les plus importantes de l’histoire de l’Univers, de la diversité des cosmogonies ou le parfum du cœur de la Voie Lactée, en évoquant des figures historiques majeures, telles que Ptolémée et Copernic. Puis il en vient au sujet qui nous intéresse vraiment : la vie extra-terrestre. Tout y passe, des PAN au paradoxe de Fermi, en passant par le récit de Kenneth Arnold, les événements de Roswell ou l’enlèvement du couple Hill. Sans même parler de la plaque de Pioneer, concernant laquelle il a deux ou trois remarques importantes. Le tout en se bagarrant avec un système d’exploitation hostile. Alexandre Astier est un artiste que j’apprécie beaucoup, depuis plusieurs années. Même si je ne suis pas un inconditionnel, j’aime beaucoup ce qu’il a fait dans Kaamelott. J’avais également adoré son travail sur David et Madame Hansen, son premier film en tant que réalisateur, où il joue aux côtés d’Isabelle Adjani. Il a ce petit quelque chose de différent, comme s’il était lui-même, quels que soient les personnages qu’il incarne, un peu à la…