Vu! Freaks and Geeks.
Séries TV / 19 octobre 2016

Vu! Freaks and Geeks. Au cours de l’année scolaire 1980-1981, dans un lycée d’une petite ville du Michigan, on suit la vie de Lindsay Weir et de son petit frère, Sam. Lindsay est une première de la classe et chouchou des professeurs qui traverse une phase de rébellion et fait de son mieux pour rejoindre le groupe de Daniel, les rebelles rock du bahut. Sam, avec ses deux meilleurs amis Bill et Neal, sont fans de science-fiction et de jeux de rôle. Ils sont la cible de choix des sportifs et galèrent avec les filles. Malgré une diffusion sur Série Club au début des années 2000, Freaks and Geeks est une série qui est passée relativement inaperçue par chez nous. D’ailleurs, même Outre-Atlantique, la série n’a pas connu un très grand succès et a été rapidement annulée par NBC. Plusieurs épisodes de cette seule et unique saison n’ont même pas été diffusés. Quand j’en ai entendu parlé, il y a quelques années, j’ai tout de suite eu envie de la voir. Pas que je sois un grand aficionado de séries pour ados, mais pour son casting. J’y reviendrai. C’était difficile de la trouver en VOST jusqu’à ce qu’elle soit ajoutée au catalogue Netflix. Même…

Vu! The Ranch, première partie.
Séries TV / 10 mai 2016

Vu! The Ranch, première partie. Après une carrière de footballeur américain semi-pro, Colt Bennett (Ashton Kutcher) décide de rentrer au bercail, dans le ranche familial. Il y retrouve Rooster (Danny Masterson), son frère, et Beau (Sam Elliott), son père, qui font de leur mieux pour maintenir la ferme à flot. Maggie (Debra Winger), la mère, habite dans une caravane annexée à son bar. Après quinze ans d’exil, Colt va devoir faire des efforts pour trouver sa place. C’est avec un plaisir certain que je retrouve une série mettant en scène Danny Masterson. Hyde était un de mes personnages préférés de That 70s Show, et j’avais beaucoup aimé sa série Men at Work. Je ne pouvais tout simplement pas passer à côté de sa réunion avec Ashton Kutcher, dix ans après la fin de la sitcom qui les a fait connaître du grand public. Dire que je m’attendais à mieux est un doux euphémisme. Netflix nous a habitué à des séries originales de grande qualité. The Ranch n’en est pas une. L’humour est souvent facile, très porté sous la ceinture et asséné à grand renfort de fuck. Je ne parlerais même pas des décors en carton-pâte, qui auraient pu donner un côté…