Vu! Thank You For Smoking, de Jason Reitman.

13 avril 2016

Vu! Thank You For Smoking, de Jason Reitman.

thank-you-for-smoking

Voir sur Amazon

Nick Naylor (Aaron Eckhart) est un communiquant talentueux. Porte-parole de Big Tobacco, il représente les plus grandes marques de cigarettes américaines et tente de redorer leur blason auprès du public. De talk-shows aux classes d’élèves, en passant par des interviews ou des entretiens avec des producteurs hollywoodiens, et jusqu’à une convocation devant le Sénat, il n’aura de cesse de trouver les bons arguments pour faire mouche. Mais à toujours être sur le fil du rasoir, on prend le risque de se couper.

Premier film de Jason Reitman (qui a depuis réalisé, notamment Juno, In The Air ou Young Adult), Thank You For Smoking rassemble déjà les codes qui deviendront la marque de fabrique du fils d’Ivan Reitman, à savoir un sujet sensible, une approche satirique et des personnages attachants.

Car si Nick Naylor représente le Mal en la personne des vendeurs de cigarettes, il n’en est pas moins sympathique et même charmant. Preuve en est la première scène du film. Invité dans le talk-show de Joan Lunden et face à un jeune garçon atteint d’un cancer en phase terminale, il arrive non seulement à éviter d’être lynché mais fini en plus acclamé par le public.

Aaron Eckhart est parfait dans ce rôle de beau salopard à l’argumentation implacable. Son sourire, son timing, sa diction en font un anti-héros rafraîchissant. À ses côtés, Maria Bello et David Koechner interprètent les porte-parole respectifs du lobby de l’alcool et des armes. Le trio, surnommé MOD Squad (Merchants of Death), se réunit régulièrement pour se raconter leurs péripéties et se vanter d’être le plus meurtrier. Ajoutons les présences du formidable J.K. Simmons en chef autoritaire de Nick, Robert Duvall en parrain du tabac en train de mourir d’un cancer, Rob Lowe en producteur hollywoodien aussi excentrique que sans scrupule, William H. Macy, excellent en sénateur anti-tabac, ou Cameron Bright, très bon dans le rôle du fils de Nick, mais également Katie Holmes en journaliste persuasive, Kim Dickens, Adam Brody ou Sam Elliott.

S’il peut compter sur un casting de grande qualité, le réalisateur canadien a également bien bossé sur le scénario, puisqu’il a adapté lui-même le roman éponyme de Christopher Buckley. Il s’en sert comme une plateforme satirique pour dénoncer la société de consommation, à laquelle tout le monde participe mais dont personne n’est vraiment coupable.

« Il faut bien rembourser ses emprunts ».

Thank You For Smoking est un film qui fait tour à tour rire et grinçant des dents. Une satire à la fois cynique et légère qui parvient globalement à éviter le plus grand piège du genre, à savoir tomber dans un moralisme puritain mielleux. Si le politiquement correct vous agace et que vous aimez les répliques cinglantes, Thank You For Smoking ne manquera pas de vous plaire !

film-disponible-leo-rutra

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *