Vu! The Alibi, de Matt Checkowski et Kurt Mattila.

27 juillet 2018

Vu! The Alibi, de Matt Checkowski et Kurt Mattila.

The Alibi

Voir sur Amazon

Après avoir tout appris de son mentor depuis porté disparu, Ray Elliott a monté une société fournissant des alibis aux personnes mariées souhaitant tromper leur conjoint. Il embauche la jeune et jolie Lola pour être son assistante après avoir été impressionné par sa capacité d’improvisation et séduit par son charme ravageur. Peu après, un de ses plus anciens clients, Robert Hatch, lui demande de retourner sur le terrain pour fournir un alibi à son fils, Wendell, qui part en week-end avec sa maîtresse juste avant son mariage. Lors du week-end, Wendell tue accidentellement sa maîtresse. Et, bientôt, Ray se retrouve avec un nombre grandissant de personnes désirant sa mort.

The Alibi est sorti dans un anonymat complet de notre côté de l’Atlantique il y a un peu plus de dix ans.

Comment je suis tombé dessus, dans ce cas, vous demandez-vous ? La réponse à cette question, comme souvent, est, tout simplement, par hasard. Ou presque.

Après avoir regardé, et adoré, la première saison de Fargo, je me suis intéressé au passé de son créateur, Noah Hawley, et je suis tombé sur ce film, le seul qu’il ait écrit (en date) pour le cinéma.

Et comme le pitch promettait un potentiel d’humour noir intéressant, je me suis laissé tenté. Le fait que le casting soit très solide était un sérieux plus.

Le casting, justement, parlons-en.

Steve Coogan n’est pas l’acteur britannique le plus bankable, habituellement cantonné à des seconds rôles, mais il s’en sort parfaitement avec avec ce personnage de Ray qui lui permet de capitaliser sur son flegme naturel.

À ses côtés, une ribambelle de stars lui prêtent main forte. À commencer par la superbe Rebecca Romjin, dont le personnage de Ray tombe immédiatement amoureux. Mais également le génial Sam Elliott, dans le rôle d’un Mormon un peu particulier.

Ajoutons, pèle-mêle, James Brolin et James Marsden, John Leguizamo et Terry Crews, Jaime King et Debi Mazar, Aimee Garcia et Deborah Kara Unger, Sharon Lawrence et Selma Blair, Jerry O’Connell et Jon Polito.

Chacun apporte sa pierre dans ce film qui, sans être un véritable chef d’œuvre passé inaperçu, est un divertissement de plutôt bonne qualité.

Le scénario n’est pas vraiment surprenant et il n’est pas compliqué de deviner dans quelle direction le film nous emmène, mais il est néanmoins suffisamment habile pour ne pas complètement perdre de son intérêt et même être agréable à suivre.

Si vous aimez les comédies chorales un brin manipulatrices et que vous arrivez à mettre la main sur The Alibi, vous devriez passer un bon moment.

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *