Vu! The Big Bang Theory, saison 2.

3 avril 2016

Vu! The Big Bang Theory, saison 2.

« Our whole universe was in a hot dense state…. »

big-bang-theory-s2

Voir sur Amazon

Le rendez-vous en Leonard et Penny ne se passe pas si bien et le couple annoncé ne se forme pas, créant un malaise entre les deux, qui sera heureusement, (sitcom oblige) vite résolu. Si le personnage de Sheldon est étoffé, mettant l’accent sur ses différentes obsessions et son inaptitude sociale, Howard et Raj sont globalement fidèles à eux-mêmes.

La seconde saison de la série créée par Chuck Lorre et Bill Prady est dans la continuité de la première. Les personnages sont bien posés et leurs relations sont dynamiques, créant des situations drôles et diversifiée. Les épisodes s’enchaînent avec plaisir, avec quelques évolutions intéressantes concernant l’histoire.

Mais The Big Bang Theory est une sitcom et l’histoire n’est que prétexte pour les clarifications toujours très pointues de Sheldon, ainsi que ses mimiques faciales. Il s’est facilement imposé comme mon préféré, grâce à ses interactions avec les autres personnages. Jim Parsons est excellent dans son rôle, tellement qu’il m’est compliqué de l’imaginer dans un autre.

La relation entre Leonard et Penny était au centre de la première saison, elle passe un peu au second plan dans celle-ci. Un peu dommage, car c’est rapidement évacué pour n’être que très peu utilisé. Mais ça créé également quelques moments qui ajoutent de la profondeur au « couple » entre Johnny Galecki et Kaley Cuoco. En attendant peut-être un retour au premier plan à venir.

Simon Helberg est délicieux en loser obsédé sexuel qui en rajoute des caisses, sans parler de sa relation avec sa mère. Kunal Nayyar interprète un indien très stéréotypé dans le style mais s’en sort très bien avec sa « double personnalité ».

Si la série est centrée sur ses personnages principaux, notons quand même dans les seconds rôles Carol Ann Susi qui donne voix à la mère d’Howard ou Sara Gilbert en Leslie et John Ross Bowie en Barry Kripke. Kevin Sussman apparaît dans plusieurs épisodes comme le vendeur de la boutique de comic books, qui a un rendez-vous avec Penny. Valerie Azlynn joue la nouvelle voisine, qui fait tourner la tête au garçon et fait prendre conscience de certaines choses à Penny. Mention spéciale à Christine Baranski dans le rôle de la mère de Leonard, qui nous offre un formidable duo avec Jim Parsons. Notons également quelques apparitions sympathiques de Summer Glau et George Smoot dans leur propre rôle, ainsi que celle remarquée de Charlie Sheen (à l’époque où ça se passait bien avec Chuck Lorre).

J’espère vraiment que les saisons suivantes se poursuivent sur le même rythme, car je commence à être accroc et j’ai envie d’en voir plus !

serie-disponible-leo-rutra

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *