Vu! The Lobster, de Yorgos Lanthimos.

25 avril 2018

Vu! The Lobster, de Yorgos Lanthimos.

The Lobster

Voir sur Amazon

Dans une société où le célibat est illégal, David, récent veuf, est envoyé à l’hôtel, où il a 45 jours pour trouver l’âme sœur, sous peine d’être transformé en l’animal de son choix. Les célibataires peuvent gagner du temps en capturant des solitaires lors des chassent quotidiennes.

Si ça n’est pas un pitch profondément original, je ne sais pas de quoi je parle.

Dire que j’étais passé complètement à côté de ce film lors de sa sortie en 2015. Peut-être parce qu’il avait remporté le Prix du Jury à Cannes cette année-là et que, globalement, je me méfie des films primés à Cannes (à tort ou à raison).

J’ai récemment été attiré par Mise à mort du cerf sacré, du même réalisateur. Après quelques recherches, j’ai décidé de commencer mon immersion dans l’univers du réalisateur grec Yorgos Lanthimos avec son film précédent, The Lobster.

Et je ne regrette pas.

Le film se déroule sur un rythme étrange, faussement lent, qui pourrait en rebuter plusieurs mais qui m’a séduit immédiatement. Un rythme qui convient parfaitement à cette histoire cruellement loufoque qui tire sur le ridicule sans perdre un sérieux à la limite du pathétique.

Colin Farrell est éblouissant dans son d’homme déprimé, qui essaie de rencontrer quelqu’un sans vraiment y mettre tout son cœur. Il est tout simplement parfait.

Et il est épaulé par un casting complet composé d’acteurs appliqués et impliqués.

Rachel Weisz, Ben Whishaw, Léa Seydoux, John C. Reilly, Jessica Barden, Ariane Labed, Roger Ashton-Griffiths, Olivia Colman ou Angeliki Papoulia, pour ne citer qu’eux, apportent tous leur pierre à l’édifice pour donner vie à cette fable dystopique génialement décalée.

Car c’est bien l’histoire la véritable héroïne de The Lobster, et plus particulièrement cette société aux règles étranges qui prône le couple en semblant mettre de côté le bonheur et la spontanéité. La réflexion est très intéressante, tout en permettant une liberté de ton, avec des dialogues croustillants et des situations pleines d’humour noir.

Je découvre le cinéma de Yorgos Lanthimos avec The Lobster et c’est une franche réussite. C’est même un gros coup de cœur. À tel point que je compte regarder Mise à mort du cerf sacré très prochainement.

Si vous avez envie d’action ou d’un film sans prise de tête ou que vous n’aimez pas le cinéma d’auteur, passez votre chemin. Mais si vous aimez les films indépendants, originaux et différents, avec une âme indéniable, je vous encourage à regarder The Lobster, si ce n’est pas déjà fait.

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *