Vu! The Ranch, première partie.

10 mai 2016

Vu! The Ranch, première partie.

the-ranchAprès une carrière de footballeur américain semi-pro, Colt Bennett (Ashton Kutcher) décide de rentrer au bercail, dans le ranche familial. Il y retrouve Rooster (Danny Masterson), son frère, et Beau (Sam Elliott), son père, qui font de leur mieux pour maintenir la ferme à flot. Maggie (Debra Winger), la mère, habite dans une caravane annexée à son bar. Après quinze ans d’exil, Colt va devoir faire des efforts pour trouver sa place.

C’est avec un plaisir certain que je retrouve une série mettant en scène Danny Masterson. Hyde était un de mes personnages préférés de That 70s Show, et j’avais beaucoup aimé sa série Men at Work. Je ne pouvais tout simplement pas passer à côté de sa réunion avec Ashton Kutcher, dix ans après la fin de la sitcom qui les a fait connaître du grand public.

Dire que je m’attendais à mieux est un doux euphémisme. Netflix nous a habitué à des séries originales de grande qualité. The Ranch n’en est pas une. L’humour est souvent facile, très porté sous la ceinture et asséné à grand renfort de fuck. Je ne parlerais même pas des décors en carton-pâte, qui auraient pu donner un côté retro sympathique, mais je ne peux pas laisser passer les rires enregistrés. Quel producteur sain d’esprit pense encore que cet accessoire d’un temps passé, destiné à commander les rires des téléspectateurs est encore nécessaire ? C’est, au bas mot, très agaçant.

Malgré des faiblesses évidentes, The Ranch parvient néanmoins a installé une ambiance sympathique au fil de ces dix premiers épisodes. Pas de quoi en faire la nouvelle sitcom culte, certes, mais pas une tannée non plus, ce qui est déjà pas mal.

Si Ashton Kutcher a tendance à m’agacer dans son rôle de grand benêt, assez proche de celui qu’il tenait dans That 70s Show, Danny Masterson sauve le couple avec son humour sec et ses répliques cassantes. C’est pourtant Sam Elliott qui pourrait bien être la star de cette série, avec son personnage taciturne, désagréable à souhait mais touchant. Lui et Debra Winger forment un couple particulier, puisqu’ils font maison à part mais passent le plus clair de leur temps libre ensemble, à faire la seule chose pour laquelle ils sont bons… je vous passe les détails.

Si la base de la série est la famille Bennett, The Ranch a quelques personnages secondaires qui permettent de varier un peu. Elisha Cuthbert joue Abby, l’ex de Colt, fiancée à Kenny (Bret Harrison), Kelli Goss joue la nouvelle copine de Colt, Barry Corbin joue le véto et Grady Lee Richmond Hank, le pilier du bar de Maggie. Ethan Suplee, Thomas F. Wilson et Jon Cryer font également des apparitions.

Sur fond de musique country et avec son humour orienté redneck, The Ranch se veut une caricature de l’Amérique profonde. Alcoolisme, politique, traditions, tout y passe, mais toujours avec un esprit bon enfant.

The Ranch ne restera pas dans les annales, c’est certains, mais je ne peux bouder mon plaisir de retrouver Danny Masterson à l’écran et je regarderai sans aucun doute la seconde partie de la série quand elle sera disponible, d’ici quelques mois.

FacebooktwitterFacebooktwitter

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *