Vu! The Ranch, Troisième Partie.

5 juillet 2017

Vu! The Ranch, Troisième Partie.

Colt vient tout juste de se remettre avec Abby quand Heather vient lui annoncer qu’elle est enceinte de lui. Déterminé à prendre ses responsabilités sans pour autant perdre Abby, il va devoir faire preuve de maturité. Autant dire que c’est pas gagné ! Pour Rooster, le boulot de ses rêves se transforme peu à peu en cauchemar à mesure que les règles s’accumulent et qu’il doit assumer les conséquences de sa façon de faire. Maggie songe à revendre son bar tandis que Beau encaisse comme il peut leur divorce et le départ de Rooster.

Cette troisième partie de The Ranch est en fait la première partie de la deuxième saison. Mais puisque l’histoire est assez linéaire, je trouve que le découpage en parties est plus adapté.

L’histoire reprend là où elle est en était restée à la fin de la deuxième partie, avec les répercussions de l’annonce d’Heather. On retrouve le rythme faussement lent de la série, qui base l’essentiel de son humour sur les piques que s’envoient les personnages et sur leurs caractères clairement établis depuis vingt épisodes.

J’avais été déçu par la première partie de The Ranch. J’en attendais beaucoup et la création de Don Reo et Jim Patterson m’avait paru fade, facile. J’avais pris mon temps avant de me pencher sur la deuxième partie, et j’avais été agréablement surpris par l’évolution positive de l’ambiance, avec de meilleures vannes, des situations plus drôles et une alchimie enfin trouvée.

Dès que cette troisième partie a été mise en ligne sur Netflix, je me suis précipité.

Si la deuxième partie était meilleure que la première, cette troisième partie confirme que la série a trouvé son rythme. Un peu de fan service, avec les participations de Wilmer Valderrama et de Debra Jo Rupp, qui côtoyaient déjà Ashton Kutcher et Danny Masterson dans That 70’s Show, ou celle de Conchata Ferrell, qui avait travaillé avec Don Reo sur Two And A Half Men.

Mais surtout un réel investissement sur les personnages principaux avec des enjeux personnels plus importants tout en conservant brillamment le côté bouseux attachant.

Ashton Kutcher et Danny Masterson sont évidemment à l’aise dans des personnages taillés sur mesure et ils s’en donnent à cœur joie avec une complicité plus qu’évidente entre les deux. Debra Winger et surtout Sam Elliott ne sont pas en reste. Les deux amènent chacun un ton très différent mais savent également parfaitement jouer l’un avec l’autre et l’un de l’autre. Je suis également heureux de voir le personnage d’Abby prendre de l’ampleur et s’imposer parmi les personnages principaux. J’ai toujours eu de l’affection pour Elisha Cuthbert depuis la première saison de 24 Heures Chrono et je trouve qu’elle s’est approprié son personnage à merveille.

Kelli Goss, Megyn Price, Kathy Baker, Barry Corbin et Grady Lee Richmond reprennent leurs rôles tandis que Sharon Lawrence, Jim Beaver et Lou Diamond Philips ont des rôles secondaires plus ou moins remarqués.

Après trente épisodes, The Ranch est en train de s’imposer comme une valeur sûre sur Netflix. L’humour n’est pas toujours très subtil et certaines références culturelles peuvent parfois nous échapper, sans parler de l’ambiance Amérique profonde, bouseuse mais humaine, qui peut ne pas plaire à tout le monde.

Mais derrière ses airs de sitcom campagnarde pas méchante, The Ranch est très bien huilée, sans être une série lisse pour autant. Au-delà de l’alcool et des grossièretés, elle n’hésite pas à jouer des stéréotypes qu’elle incarne et à les détourner avec malice pour notre divertissement.

Et c’est une franche réussite !

J’ai beaucoup aimé cette troisième partie, et j’ai hâte que sorte la suite.

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *