Vu! Toni Erdmann, de Maren Ade.

18 juillet 2017

Vu! Toni Erdmann, de Maren Ade.

Toni Erdmann

Voir sur Amazon

Winfried Conradi est un prof de musique allemand d’une soixantaine d’années. Son quotidien n’est pas des plus trépidants, et il fait de son mieux pour l’égayer en employant un humour pince-sans-rire. Ines, sa fille, consultante pour une grande entreprise à Bucarest, passe en coup de vent quelques semaines avant son anniversaire. À la suite d’un drame personnel, il décide de lui rendre une visite surprise avec dans l’idée de s’assurer qu’elle est heureuse dans sa vie. Après quelques jours décevants, il lui annonce qu’il rentre en Allemagne pour la laisser se concentrer sur l’important contrat qu’elle doit conclure. Mais, en réalité, il décide de s’immiscer encore plus dans sa vie professionnelle et personnelle en s’inventant le personnage d’un coach de vie/ambassadeur allemand nommé Toni Erdmann.

J’avais entendu parler de ce film allemand en tombant par hasard sur l’émission Le Cercle, sur Canal +, au moment où Toni Erdman était présenté à Cannes. Un des chroniqueurs, dont le nom s’est depuis perdu dans les méandres de ma mémoire, a réussi à me convaincre, extraits à l’appui, de noter le titre sur un bout de feuille volante, avec dans l’idée de me procurer le DVD un jour ou l’autre.

Entre-temps Toni Erdmann a remporté le prix de la critique internationale à Cannes et toute une plâtrée de récompenses dans divers festivals (pourquoi ne dit-on pas « festivaux » ?). Et, quand il est enfin sorti en DVD, je ne l’avais pas oublié.

En voulant le regarder, presque un an jour pour jour après sa sortie allemande, j’ai vu qu’il durait 2h40. Et j’ai hésité à changer d’avis et à le laisser prendre la poussière jusqu’à nouvel ordre dans la section « films étrangers super longs » de ma DVDthèque (aux côtés de Winter Sleep).

Finalement, je me suis lancé. Parce que si je ne le regardais pas maintenant, je ne le regarderai probablement jamais. Ou en tout cas pas dans un futur proche.

Et, franchement, grand bien m’en a pris !

Toni Erdmann est un gros coup de cœur !

Je ne vais pas vous dire que je n’ai pas vu les deux heures quarante passer, faut pas pousser, mais elles sont passées avec un vrai plaisir.

Bon, le film aurait aisément pu durer une grosse demi-heure de moins (au bas mot) mais c’est aussi ce qui fait son charme, des scènes qui prennent leur temps pour mettre en place des personnages forts et humains et de les laisser évoluer à leur rythme.

Les deux acteurs principaux sont excellents.

Peter Simonischek est absolument formidable dans son rôle de père aussi dépressif que loufoque. Sans jamais surjouer, il donne vie non seulement à Winfried, mais également à Toni et cumule avec brio les scènes d’anthologie (non, je n’exagère pas).

Sandra Hüller n’est pas en reste dans son rôle d’Ines, loin de là. Son rôle n’est pourtant pas facile, puisqu’elle interprète une consultante particulièrement sérieuse, voire coincée, qui doit gérer, en plus de l’importante mission dont elle a la charge, un père un tantinet particulier. Elle s’en sort à merveille et plus encore.

Le reste du casting est composé d’acteurs inconnus (en tout cas par chez nous) mais qui ont tous le mérite de ressembler à de vraies personnes.

Derrière ses airs de faux film d’auteur, Toni Erdmann est une comédie dramatique qui parvient à alterner entre son côté dramatique et son côté comique en conservant un équilibre parfait tout du long.

Évidemment, s’il y a un succès international, le remake américain n’est pas loin. Celui de Toni Erdmann serait déjà en préparation, avec Kristen Wiig et Jack Nicholson au casting. Malgré ces deux noms ronflants, il y a fort à parier que ce remake ne sera pas à la hauteur de l’original.

Car Maren Ade signe avec Toni Erdmann un très grand film, authentique, humain, drôle et touchant. Un film que je vous conseille sans réserve !

 

FacebooktwitterFacebooktwitter

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *