Vu! True Detective, saison 2.

30 août 2016

Vu! True Detective, saison 2.

true-detective-2

Voir sur Amazon

Vinci est une petite ville industrielle près de Los Angeles. Sombre et corrompue, elle n’en est pas moins convoitée. Les terres bordant le tracé de la future ligne ferroviaire sont fortement convoitées. Quand un membre éminent du conseil municipal disparaît, un inspecteur lié à un mafieux local, une shérif traumatisée par son passé et un motard de la police d’État torturé doivent travailler ensemble pour mener l’enquête.

True Detective saison 2 débute par un clin d’œil à sa première saison. Avec Ray Velcoro, inspecteur, subissant un interrogatoire. La comparaison s’arrête là. Certes, il y a de jolis plans de la ville, pleins de symbolisme. On peut, par exemple, voir dans le réseau autoroutier l’image d’un serpent étouffant sa proie. Il y a également un générique très bien réussi, envoûtant et esthétique.

True Detective saison 1 était un chef d’œuvre. Son histoire, ses acteurs, ses personnages, sa réalisation, son ambiance. Tout était parfait, ou presque. Il était évident que proposer une nouvelle saison de la même qualité semblait impossible. Et, dès la sortie de ces huit nouveaux épisodes, les critiques n’ont pas épargnées la série HBO.

J’aime le concept de l’anthologie. Une même patte, mais des histoires différentes, des personnages différents, une ambiance différente. C’est exactement le cas ici. Le problème, c’est que ça ne prend pas. Dès le premier épisode, les longueurs et les faiblesses sont évidentes. Malgré tout, il y a un potentiel, dans ces personnages sombres, dans les implications possibles qui se dessinent.

Un potentiel qui ne se réalise jamais pleinement. Il y a bien des tentatives, quelques moments, quelques scènes, mais ils sont trop peu nombreux et trop espacés pour maintenir un réel intérêt tout au long d’une saison bien trop pauvre.

L’histoire aurait pu marcher, se développer en une intrigue complexe, pleine de rebondissements et de tension, avec les mafieux, les politiciens, les réseaux de prostitution de luxe, les manipulations et le chantage. Mais elle ne fait que traîner, barbouillée d’artifices et truffée de facilités.

Matthew McConaughey et Woody Harrelson avaient marqué par leur interprétation formidable. Vince Vaughn, Colin Farrell, Rachel McAdams, Taylor Kitsch et Kelly Reilly ne parviennent qu’à nous les faire regretter.

De ce quintet, c’est encore Rachel McAdams qui s’en sort le mieux. Son personnage d’Athena Bezzerides est plutôt bien construit, son jeu est au top et elle a même quelques séquences de grande qualité. Pour les autres, on alterne le bon et le moins bon, souvent à cause d’un scripte fragile et de dialogues très moyens.

Ray Velcoro peine à convaincre pleinement et le charisme de Colin Farrell n’y fait rien ; Franck Semyon apparaît comme étant tellement faible que sa position tient presque du miracle, ce n’est pas la faute de Vince Vaughn, qui fait ce qu’il peut à contre-emploi ; Kelly Reilly, dans le rôle de sa femme, a une certaine présence mais elle se cantonne à une interprétation mono-expressive qui devient rapidement irritante. Et que dire de Paul Woodrugh, joué par Taylor Kitsch, qui aurait pu être un personnage marquant mais qui n’évoque qu’un sentiment de gâchis ?

Quelques personnages secondaires auraient pu relever le niveau, comme celui de David Morse, en gourou hippie et père de Bezzerides ou de Leven Rambin dans le rôle de la sœur ; ou encore Rick Springfield, excentrique en chirurgien plastique véreux. Mais ils ne font que passer dans le décor ou, pire, sont de véritables caricatures, comme Ritchie Coster en tant que maire.

True Detective paie son succès d’estime. Après l’engouement suscité par la première saison, il fallait délivrer, vite et bien. Michael Lombardo, le directeur de HBO, admet lui-même avoir donné des délais trop courts à Nic Pizzolatto, le créateur de la série, pour écrire cette seconde mouture. Et ça ne se voit malheureusement que trop bien.

Pour l’heure, le statut du show est en suspens. Espérons qu’une troisième saison verra le jour dans l’avenir, ne serait-ce que pour ne pas rester sur cet échec, mais ne soyons pas trop pressés, au risque d’être à nouveau déçus.

serie-disponible-leo-rutra

FacebooktwitterFacebooktwitter

2 Comments

  • Aurel 31 août 2016 at 08:32

    Je n’ai pas encore vu la saison 2 mais j’ai était déçu, enfin pas déçu maisje suis mi figue mi raisin. Le duo d’acteur est tout simplement génial avec un Matthew McConaughey éblouissant et Woody Harrelson qui tiens à bras le corps son vrai faux second rôle. Mais un truc que je n’arrive pas à identifier m’a empêché de rentrer dedans à 100%

    Gageons que la saison 2 (et vu que je suis à contre courant ^^ ) pourra me faire plaisir alors 😉

  • Leo Rutra 31 août 2016 at 08:34

    Tu nous diras ça 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *