Vu! Very Bad Dads, de Sean Anders.

26 juin 2016

Vu! Very Bad Dads, de Sean Anders.

very-bad-dads

Voir sur Amazon

Brad Whitaker aime les enfants. D’autant plus que son rêve de devenir père un jour a été mis à mal par sa stérilité. Qu’à cela ne tienne, le cadre de la radio Panda est marié à Sara, elle-même mère de deux adorables bambins. Brad s’investit auprès d’eux comme si c’était ses propres enfants et parvient, grâce à sa générosité et sa patience, à les apprivoiser. Mais c’est sans compter sur le retour inopiné de Dusty, leur père biologique, qui s’incruste chez eux et entreprend de reconquérir sa famille.

Sean Anders commence à se faire une petite réputation comme scénariste et réalisateur de comédies légères. Après avoir écrit le scénario de Mr. Popper et ses pingouins, Les Miller, Famille en Herbe, ou avoir coécrit Dumb et Dumber To, et avoir dirigé la comédie potache Sex Drive ou, plus récemment, Comment Tuer son Boss 2, le voilà qui met en scène le duo Will Ferrell/Mark Wahlberg dans une comédie familiale écrite par Brian Burns.

Après Very Bad Cops, les deux acteurs se retrouvent une nouvelle fois associés à l’écran. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que leur complicité saute aux yeux. La relation entre les deux personnages est aussi évidente qu’organique et donne lieu à des moments très drôles. Si Will Ferrell porte tout le début du film (et s’en sort très bien), l’arrivée de Mark Wahlberg permet de rentrer dans le vif du sujet. Habitué aux films d’actions, il ne cesse de montrer des prédispositions pour la comédie, avec ici un personnage en parfaite adéquation avec son physique. Il incarne un bad boy, légende de l’armée et supposé mercenaire, qui n’hésite pas à faire étal de ses muscles ni à utiliser ses multiples connaissances pour damner le pion à un Will Ferrell qui est obligé d’aller dans la surenchère.

Linda Cardellini joue Sara, l’ex femme de l’un et la nouvelle femme de l’autre. Un peu perdue au milieu des deux acteurs principaux, l’ancienne Lindsay de Freaks and Geeks fait de son mieux pour exister à l’écran, plus aidée par son charme naturel que par un scripte qui la relègue clairement au second plan. Comme les enfants, joués par Scarlett Estevez et Owen Wilder Vaccaro, elle est surtout utilisée comme accessoire qu’autre chose. Thomas Haden Church, Hannibal Buress et Bobby Cannavale ont des rôles de soutien tandis que Paul Scheer, le comique Bill Burr, la top modèle Alessandra Ambrosio ou le catcheur John Cena font des apparitions remarquées.

Si Daddy’s Home ne marquera pas par la profondeur de son scénario (quoi que) ou sa grande originalité, la comédie a le mérite de nous offrir plusieurs gags vraiment drôles et laisser la part belle à un duo qui fonctionne très bien ensemble.

film-disponible-leo-rutra

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *