Vu! American Horror Story : Asylum.

26 novembre 2015

Vu! American Horror Story : Asylum.

american-horror-story-asylum

Voir sur Amazon

Un couple de jeunes mariés un peu décalé visite les endroits les plus hantés de l’Amérique en guise de lune de miel. Ils arrivent au manoir de Briarcliff, ancien asile psychiatrique où a été enfermé Bloody Face, un tueur en série qui sévissait dans les années 60. Tandis que le couple découvre qu’ils ne sont pas seuls dans le manoir, on nous raconte l’histoire des lieux dans ses plus sombres années, du temps où les nonnes sévères et les médecins sadiques étaient en charges de patients fous ou persécutés.
J’avais bien aimé la première saison d’American Horror Story, même si je ne l’avais pas trouvée grandiose. J’ai mis du temps à regarder cette seconde saison car, déjà, je n’avais pas à me soucier de me souvenir de la première, puisque les deux histoires sont indépendantes l’une de l’autre.
Après avoir lu « Criminal Loft » d’Armelle Carbonel, qui se déroule également dans le Sanatorium de Waverly Hills (lieu qui a inspiré le manoir de Briarcliff), j’ai eu envie de rester dans ce cadre particulier en espérant avoir droit à quelques frissons supplémentaires.
Si je ne peux nier le côté Horror (voire gore) de la série, je n’ai pas vraiment accroché. Malgré un casting confirmé, les personnages ne m’ont pas convaincus, pas aidé par des rebondissements grossiers et une ambiance rappelant Tales from the Crypt. Le scénario part dans tous les sens, parfois très loin, sans s’engage dans une réelle direction. Quant à la fin, elle n’a pas du tout fonctionné pour moi, ceci dit arrivé au treizième épisode, mon intérêt pour la conclusion était tout relatif.
Zachary Quinto, Jessica Lange, Sarah Paulson, James Cromwell ressemblent trop à des acteurs moyens de séries moyennes, même Joseph Fiennes est en-dessous. Lily Rabe a un personnage plus complexe et intéressant, qui évolue beaucoup au fil des treize épisodes, tout comme Lizzie Brocheré, qui tient plutôt bien son rôle. Mais ce n’est pas suffisant. On notera les apparitions de Chloë Sevigny, Clea DuVall ou encore Dylan McDermott (qui jouait également dans la première saison) dans des rôles secondaires, et le personnage très visuel de Naomi Grossman!
American Horror Story : Asylum n’aura pas su me convaincre. J’ai trouvé l’histoire bancale, le casting globalement peu inspiré, le rythme bizarre, et beaucoup de séquences encore plus bizarres. Il y a bien quelques épisodes meilleurs (notamment le double épisode « Anne Franck ») et quelques personnages bien réussis (Pepper), mais pas assez pour vous encourager à regarder la saison.
Je regarderai probablement « Coven » par curiosité, mais je n’en attendrai pas grand-chose.

serie-disponible-leo-rutra

FacebooktwitterFacebooktwitter

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *