Vu! Daredevil, saison 3.

30 janvier 2019
Daredevil saison 3

Après s’être retrouvé enseveli sous la tour de Midland Circle, Matt Murdock a perdu ses sens sur-développés et choisit de disparaître Malgré l’insistance de Foggy, Karen Page refuse de croire à la mort de son ami. Quand Wilson Fisk trouve le moyen de sortir de prison pour reprendre le contrôle de Hell’s Kitchen et démonter le mythe Daredevil, Matt Murdock doit sortir de l’ombre pour affronter Kingpin.

Daredevil, c’était la très bonne surprise co-produite par Netflix et Marvel. Le premier Defender a eu le droit à une série sombre, violente et hautement plus crédible que le film éponyme mettant en scène un Ben Affleck peu inspiré dans le rôle du justicier aveugle.

Après une excellente première saison, la suite, un ton en-dessous, restait tout à fait regardable. Alors, malgré une première saison des Defenders moyenne, à l’intérêt dilué par la présence d’un Iron Fist à la limite du ridicule (et qui aurait largement mérité sa place dans l’Arrowverse), j’attendais beaucoup de cette troisième saison.

Peut-être trop.

Certes, j’ai retrouvé le personnage parfaitement campé par Charlie Cox avec plaisir. Il n’y a pas à dire, il apporte une crédibilité essentielle à un personnage qui peut très vite en manquer.

Certes, j’ai retrouvé l’ambiance sombre et violente de Hell’s Kitchen. J’ai retrouvé les présences de Deborah Ann Wolf dans le rôle de Karen Page et de Elden Henson dans celui de Foggy Nelson.

Certes, j’ai retrouvé l’excellent Vincent D’Onofrio dans son costume de Wilson Fisk. Un costume qui lui va à ravir pour un méchant à la fois impitoyable, calculateur, manipulateur et néanmoins humain.

Mais j’ai quand même été déçu.

Déjà, parce que la structure narrative de cette troisième saison est trop classique. Un héros porté disparu, privé de ses moyens, qui tire un trait sur son passé de justicier masqué, avant d’être obligé de revenir pour combattre son ennemi intime.

Mais, surtout, parce que cette troisième saison, qui introduit un nouveau méchant en la personne de l’agent Pointdexter, souffre de grossières faiblesses dans ses histoires secondaires. Celle de Dex, déjà, qui semblait prometteuse avant de perdre à mes yeux tout intérêt vers la moitié de la saison.

C’est justement vers la moitié de la saison, après la discussion entre Dex et Julie au café, et les réactions de cette dernière, dignes d’un film EuropaCorp, que j’ai décroché.

Pour tout avouer, j’ai même laissé la série en suspens pendant plusieurs semaines (pour ne pas dire mois) avant de la terminer.

Entre-temps, j’ai appris que Daredevil avait été annulé par Netflix. Après trois saisons, le vengeur masqué tire sa révérence. Malgré une scène finale annonçant la transformation de Pointdexter en Bullseye qui, il faut bien l’admettre, m’aurait sans doute convaincu de regarder une quatrième saison.

Néanmoins, je ne suis pas déçu par cette fin. Si Daredevil restait une série de super-héros plus que correct (ce qui n’est pas très compliqué quand on regarde la plupart des séries de super-héros, merci Greg Berlanti), elle commençait à battre sérieusement de l’aile.

Et puis, qui sait, peut-être n’avons nous pas encore vu Daredevil revêtir son costume pour la dernière fois (des rumeurs annoncent sa présence dans la troisième saison de The Punisher (ce qui serait amusant quand on sait que The Punisher est apparu dans la deuxième saison de Daredevil). À suivre, donc.

Malgré une fin coup de poing, les aventures du Devil de Hell’s Kitchen ont encore un peu perdu d’intérêt pour moi lors de cette troisième saison. Si vous avez vu les précédentes, je vous invite néanmoins à regarder celle-là, ne serait-ce que pour conclure la série.

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *