Vu! Des gens impitoyables, de Griffin Dunne.

11 mars 2016

Vu! Des gens impitoyables, de Griffin Dunne.

des-gens-impitoyables

Voir sur Amazon

Finn (Anton Yelchin) veut passer son été avec son père, anthropologue, mais ses plans changent quand il se fait arrêter. Décidée à changer leur vie, sa mère (Diane Lane), qui a des problèmes de drogue, l’emmène vivre sur la propriété d’Ogden Osbourne (Donald Sutherland), un milliardaire vieillissant, dont elle devient la masseuse personnelle. Finn va être projeté dans un microcosme particulier, semblable à la tribu primitive étudiée par son père en Amérique du Sud.

J’avais été attiré par ce film à cause de son casting. Donald Sutherland, Diane Lane, Elizabeth Perkins, Christopher Shyer, mais surtout quelques jeunes prometteurs, comme Paz de la Huerta, Anton Yelchin, Kristen Stewart ou encore Chris Evans. L’histoire est adaptée d’un roman de Dirk Wittenborn, qui a non seulement signé sa propre adaptation, mais apparaît également à l’écran dans le rôle de l’anthropologue Fox Blanchard. Si l’on ajoute en plus que j’avais beaucoup aimé Addicted to love, du même réalisateur, on a des raisons amplement suffisantes pour espérer découvrir une petite pépite comme le cinéma indépendant américain en regorge.

Les acteurs sont bons, sans être exceptionnels, mais on sent le métier des vétérans et le talent des jeunes pousses. La réalisation est correcte, sans être formidable. Mais est fait, les paysages parlent d’eux-même, le cadre est posé et les personnages en place.

C’est au niveau de l’histoire que le bât blesse. Je passerais à côté d’une poignée de scènes un peu douteuses (vous vous voyez échanger un premier baiser au-dessus du corps plongé dans le coma du père de votre partenaire ?) pour me concentrer sur le principal. Les apparences, si importantes à la haute-société, sont au centre de l’intrigue, sans pour autant parvenir un instaurer un climat de suspicion accrue. Les comportements et les dynamiques de groupe sont mis en parallèle avec les mœurs des indiens Ishkanani, ce qui apporte un peu de profondeur et de réflexion dans un film plutôt léger par ailleurs, pour ne pas dire vide.

On assiste aux manèges et aux manipulations, à grand renfort de clichés éculés et de retournements faiblards. La tension monte un peu, mais les scènes qui auraient pu être fortes sont trop minimisées pour avoir un réel impact (et j’aurais gardé la scène du baiser pour la fin, le seul moment où elle a un tant soit peu de sens).

Sans être déplaisant ni tout à fait décevant, Des gens impitoyables ne restera pas un film marquant. Il y a des qualités, notamment un très bon casting, mais ce n’est pas suffisant pour l’élever au rang de pépite. Un divertissement honnête.

film-disponible-leo-rutra

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *