Vu! Evil Genius.

13 juillet 2018

Vu! Evil Genius.

Le 28 août 2003, Brian Wells, un livreur de pizza de 46 ans, entre dans une banque de sa ville natale d’Erie, en Pennsylvanie. Il tend une feuille à la guichetière indiquant qu’il effectue un braquage et qu’il doit se voir remettre 250000$ dans les quinze minutes faute de quoi une bombe attachée autour de son cou explosera. La guichetière ne peut accéder à sa requête et, à la place, lui donne un sac contenant un peu moins de 9000$. Wells est arrêté un peu plus tard par la police, à proximité de la banque. Il leur explique alors qu’il a été forcé de commettre le braquage par trois hommes noirs qui lui ont attaché une bombe autour du cou et que s’il ne complète pas une série de tâches, la bombe explosera. Avant que les démineurs n’arrivent sur les lieux, la bombe explose et Brian Wells meurt devant les caméras de télévision.

Cette histoire, déjà étrange, le devient encore plus quand la police reçoit un appel de Bill Rothstein, qui habite une maison non loin de la dernière livraison effectuée par Brian Wells, le midi de sa mort. Bill Rothstein déclare à la police que Marjorie Diehl-Armstrong, une ancienne petite amie, l’a forcé à cacher le corps de James Roden dans le congélateur de son garage, qu’elle est dangereuse et qu’elle lui fait peur.

L’histoire narrée dans Evil Genius ressemble au scénario alambiqué d’un thriller de série B. À l’exception que c’est une histoire vraie.

Produit par les frères Duplass, ce documentaire revient sur cette étrange histoire, en partant du braquage et de la mort de Brian Wells, pour remonter peu à peu la piste des commanditaires de ce braquage et tenter de démêler le faux du vrai.

En quatre épisodes de moins d’une heure, Trey Borzillieri couvre le braquage, la mort de Brian Wells, la découverte du corps de James Roden ainsi que la traque des suspects et les révélations sur l’affaire.

Après avoir été en contact pendant des années avec Marjorie Diehl-Armstrong et avoir réussi à gagner la confiance de cette ancienne élève prometteuse à la vie gâchée par des maladies psychologiques et émaillée de morts suspectes, Trey tente de percer le mystère du braquage de banque le plus diabolique de l’histoire des États-Unis.

Et si l’histoire est captivante, comme souvent avec les documentaires du genre sur Netflix, il reste à la fin de cette mini-série un certain nombre de questions en suspens, d’autant plus que certains témoignages diffusés ont depuis été jugés inexacts.

Tant et si bien qu’une suite pourrait voir le jour, qui explorerait plus en profondeur les personnalités des différents protagonistes et essaierait de répondre à toutes les questions concernant l’affaire.

En attendant d’éventuelles clarifications sur ce faits divers sordide, Evil Genius reste une mini-série de qualité, qui saura tenir en haleine les amateurs du genre.

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *