Vu! Family Business, saison 1.

10 juillet 2019

Après le décès de sa femme, Gérard Hazan fait ce qu’il peut pour maintenir sa boucherie casher dans le Marais. Il essaie de convaincre Joseph, son fils, de reprendre la boutique mais ce dernier ne l’entend pas de cette oreille. D’autant plus qu’il a toujours mille projets. Mais quand il apprend de source sûre que le cannabis va être légalisé en France, il y voit une opportunité unique pour l’entreprise familiale.

Quand j’ai vu les affiches fleurir pour cette nouvelle série originale Netflix Made in France, j’étais un peu sceptique. En fait, je suis sceptique par principe quand je m’apprête à regarder une production française.

Ceci dit, le pitch me plaisait bien et si je ne connais Jonathan Cohen que via quelques épisodes de Serge le Mytho vus par hasard sur Canal, j’aime beaucoup Gérard Darmon.

Alors j’ai décidé de laisser sa chance à Family Business et je dois admettre que c’est une plutôt bonne surprise.

J’ai apprécié, déjà, que la série prenne son temps dans sa première saison, qu’elle ne cède pas à l’envie de tout raconter tout de suite. Le but n’étant pas de se précipiter jusqu’à la fin, mais de développer l’histoire de manière organique. Et c’est plutôt réussi de ce côté-là.

Après, l’histoire en elle-même souffre de quelques incohérences (avec des trucs qu’on nous fait miroiter mais qui ne donnent rien). Et elle part un brin en c******s sur la fin.

Mais.

Mais c’est quand même sympa. Notamment si on accroche avec le personnage de Joseph (qui est en fait une extension du personnage de Serge). D’autant que Jonathan Cohen a pu s’entourer ici de personnes qu’il connaît, particulièrement Olivier Rosemberg, qui joue Olivier et avec qui la complicité est évidente.

Plusieurs scènes et échanges semblent ainsi improvisés, ce qui permet de gagner énormément en authenticité comparé aux habituels dialogues bien écrits qui rognent beaucoup trop souvent sur le réalisme.

Parmi les personnages principaux, Aure (jouée par Julia Piaton) et Ludmila (jouée par Liliane Rovère) surjouent trop régulièrement, rendant leurs personnages moins naturels. On pourrait dire la même chose pour le personnage d’Aïda (jouée par Lina El Arabi), avec lequel j’ai eu beaucoup de mal globalement (je la trouve beaucoup agressive). Même constat pour Enrico Macias, qui a mine de rien un rôle dans la série, et dont on voit qu’il n’est pas acteur de formation. Ceci dit, il est quand même à l’origine de plusieurs scènes plutôt marrantes.

Les autres personnages sont plutôt bien campés. Gérard Darmon fait du Gérard Darmon, Jonathan Cohen fait du Serge et les autres n’ont qu’à suivre le mouvement.

Mention spéciale à Oussama Kheddam, qui joue Youssef et dont le personnage semble plus vrai que nature, et Louise Coldefy, que j’aurais dû trouver d’une lourdeur sans nom mais qui m’a en fait fait marrer tellement elle était décalée.

L’un dans l’autre, j’ai passé un bon moment en regardant cette première saison et je regarderai probablement la suite, même si la fin manque malheureusement d’audace en reproduisant des schémas déjà vus dans d’autres séries exploitant les mêmes thèmes (mais avec un prof de chimie au lieu d’un boucher…).

À voir.

En tout cas, si vous aimez bien Jonathan Cohen, Gérard Darmon, le cannabis ou que vous cherchez juste une comédie plutôt sympa, jetez un coup d’œil à Family Business.

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *