Vu! Horns de Alexandre Aja.

24 août 2015

Vu! Horns de Alexandre Aja.

Horns

Voir sur Amazon

Ig Perrish (Daniel Radcliffe) est accusé du viol et du meurtre de sa petite amie, Merrin (Juno Temple). Défendu par son meilleur ami, Lee Tourneau (Max Minghella), il entend prouver son innocence. Un lendemain de cuite, il découvre que des cornes lui ont poussées, des cornes qui lui confères des pouvoirs surnaturels, comme notamment pousser les gens qui croisent sa route à lui révéler leurs pensées les plus obscures. Il compte bien profiter de ce pouvoir pour retrouver l’assassin de Merrin.
J’avais hésité entre lire le roman ou voir le film en premier. Normalement, la question ne se poserait pas, mais j’aime bien Alexandre Aja et j’avais peur qu’en ayant déjà lu le roman, je sois trop critique envers l’adaptation cinématographique. Et ben ça n’a pas loupé. Je n’ai pas réussi à me détacher du roman et j’ai passé deux heures à relever les incohérences et autres changements dans l’histoire. Et il y en a un paquet. Hormis tout ce que je n’avais pas imaginé ainsi, pleins d’éléments ont été changés et ça m’a empêché de me laisser porter par le rythme du film.
Et ça n’a rien à voir avec le talent (certain) du réalisateur français pour les films d’horreur. Mais je ne comprends toujours pas ce besoin de changer une histoire en l’adaptant pour le cinéma. Je le prends presque comme une trahison personnelle. Certains aspects du roman sont complètement passés sous silence (la relation Ig/Glenna ; Glenna/Lee ; Lee/sa mère etc…) quand d’autres modifiés pour devenir tout autre chose. Même l’humour, bien présent dans le roman, ne se retranscrit que très mal dans le film. Quelques scènes font sourire, mais ce n’est rien comparé à leur puissance sous la plume de Joe Hill. C’est la même chose avec l’émotion. Le film perd de ce mélange des genres qui fait le charme du roman, c’est dommage.
Néanmoins, je trouve que Daniel Radcliffe s’en sort très bien dans le rôle d’Ig Perrish. Je dirais même qu’il surnage, à côté des autres acteurs. Les expérimentés James Remar et David Morse tiennent leur rang mais Joe Anderson, sans être vraiment mauvais, dépeint un Terry Perrish bien trop junkie à mon goût et Juno Temple ne m’a pas convaincu, pas plus que Heather Graham (dans un rôle étoffé à tort selon moi).
Dans l’ensemble, Horns aura été une grande déception. Ça m’apprendra à regarder des adaptations de romans que j’ai aimé (mais ça ne m’empêchera de recommencer prochainement avec Enfant 44).

film-disponible-leo-rutra

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *