Vu! Impastor, saison 1.

21 septembre 2015

Vu! Impastor, saison 1.
ImpastorBuddy Dobbs (Michael Rosenbaum) est un joueur compulsif, en dette avec les mauvaises personnes. Son plan de sortie est simple : se suicider pour échapper aux conséquences de ses actes. Mais par un incroyable concours de circonstances, Buddy va se voir accorder un miracle : aller se faire oublier à Ladner, une petite ville, en tant que pasteur gay.
Impastor est une bonne surprise de l’été 2015. En mettant en scène un escroc loser se faisant passer pour un pasteur gay, cette sitcom prenait quelques risques, mêlant des sujets potentiellement polémiques. Et ça paie. L’humour est parfois impétueux, mais jamais irrespectueux.
Michael Rosenbaum est parfait dans son rôle. Drôle, sans être trop lourd, il suffit à l’intérêt du show, avec son comportement loufoque, ses bévues et les obstacles qui se dressent continuellement sur son chemin, le poussant sans arrêt dans ses retranchements.
Pour lui compliquer encore un peu plus la tâche, la sexy Alexa (Mircea Monroe) mettra sa prétendue homosexualité à rude épreuve, tout comme Russell (Mike Kosinski), pendant que Alden Schmidt (David Rasche), le suspicieux président du conseil de l’église, l’aura à œil, et tout en devant gérer son enthousiaste assistance, Dora (Sara Sue).
Avec ses quiproquos et ses retournements de situations, Impastor est un très bon divertissement. Sans rivaliser avec les meilleures sitcoms, la série mérite néanmoins amplement sa seconde saison, déjà signée. Une seconde saison qui promet, après le finale de la première.

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *