Vu! Orange is the New Black, saison 6.

21 septembre 2018

Vu! Orange is the New Black, saison 6.

Après la fin des émeutes, les détenues de Litchfield sont transférées dans le quartier de haute sécurité situé sous la prison. Changement de décor et changement de règles, de nouvelles rivalités éclatent, d’anciennes sont réveillées, attisées par les gardiens qui tiennent les détenues responsables pour la mort de Piscatella. Le FBI s’en mêle, montant les filles les unes contre les autres pour faire tomber des boucs émissaires désignés par avance. Et, bien sûr, Piper a ses propres préoccupations.

Même lieu, nouvelle prison. Vous vous rappelez de la prison max, située sous Litchfield ? Celle dont venait Piscatella et sa bande pendant les émeutes ? C’est là que se situe l’action de cette sixième saison d’Orange. J’aime le changement de décor, même s’il est un peu déroutant au début, car les nouveaux quartiers confère une aura un peu plus Ozesque à la série.

Les gardiens sont plus violents, plus pervers aussi, ils organisent par exemple une fantasy league des détenus.

Il faut un peu de temps pour assimiler ce nouvel environnement, les nouveaux personnages (dont nous n’avions jamais entendu parler avant) et les nouvelles dynamiques qui se mettent en place.

On retrouve avec plaisir nos criminelles préférées, qui sont dispersées entre deux blocs rivaux (tenus chacun par deux sœurs qui se détestent), la Floride (section réservée aux personnes âgées et dérangées) et le quartier max où elles attendent d’être interrogées par le FBI (qui ne recule devant rien pour obtenir des résultats).

Quand on connaît le point de vue adopté par la série depuis le début, il n’est pas surprenant de constater que la recherche de la vérité est moins importante que la désignation de coupables.

(in)Justice, voilà le thème principal de cette saison. Dans son sillage, il y a la ségrégation arbitraire, catalysée par la guerre sœurtricide.

Nouvelle saison, nouvelle ambiance, mais on retrouve l’essence de ce qui fait le succès de la série, à savoir sa galerie toujours aussi impressionnante de personnages. Impossible de citer tout le monde ici, évidemment.

Mais je peux quand même dire que Piper continue de m’agacer. Plus le temps passe et plus je trouve son personnage faible et presque caricatural. Je ne me fais pas d’illusion pour la prochaine saison, mais j’ai quand même bon espoir qu’elle soit enfin reléguée au rang de personnage secondaire (voire de guest star).

Elle ne me manquerait pas et je pense qu’entre Red, Taystee, Gloria, Daya, Aleida, Suzanne, Flaca, Blanca, Cindy Tova, Nicky, Lorna, et les nouvelles comme Dady et Badison, même avec les certains garde, Caputo, Fig et Linda, il y a déjà tellement de points de vue différents qui construisent un univers complexe.

Alors que cette sixième et avant-dernière saison semble diviser les fans, moi j’ai beaucoup aimé. J’ai trouve l’ensemble complet, avec des moments drôles, touchants, d’autres sombres et violents, aussi bien physiquement que psychologiquement. Il y a plein de références, de clins d’œil, de symboles, de prises de position et je suis fan.

Certes, le rythme est peut-être plus lent qu’à l’habitude, mais c’est une bonne chose, car cette saison plante les graines pour conclure la série en beauté.

Et orange is the New Black mérite un final au niveau de cette série qui s’est imposée, à juste titre, comme une référence.

J’ai hâte.

FacebooktwitterFacebooktwitter

2 Comments

  • So 17 décembre 2018 at 11 h 24 min

    J’ai arrêté en cours de saison 6, je reprendrais, ne serait ce que pour le principe, mais je n’ai pas été emballée…Piper est clairement insupportable et fadasse je suis bien d’accord! Merci pour ce retour Léo!

  • Leo Rutra 23 décembre 2018 at 23 h 47 min

    Merci pour le commentaire, So. Même si cette sixième saison divise et que Piper est de plus en plus insupportable, je pense qu’Orange restera quand même (indépendamment de sa septième et dernière saison à venir) une série de grande qualité et très engagée, notamment pour la cause féminine. Et rien que pour ça, elle mérite d’être soutenue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *