Vu! The Ranch, sixième partie.

29 décembre 2018
The Ranch, sixième partie

Les jours passent et Rooster demeure aux abonnés absents. Si Beau tente d’être rassurant, Colt sent que quelque chose d’important s’est passé. Après avoir parlé à Mary, il confronte Nick et manque de finir en prison. Mais au lieu d’être calmé, il est plus déterminé que jamais à retrouver son frère.

Depuis sa deuxième partie (la première m’avait déçu), on peut dire que je suis fan de The Ranch et des tribulations de la famille Bennett.

Cette partie 6 est néanmoins particulière. Certes, on retrouve l’Iron River Ranch de Beau, qui a hérité de Colt comme nouveau voisin. Mais cette nouvelle partie est surtout marquée par la disparition de Rooster, Danny Masterson ayant été viré de la série suite à des accusations d’agression sexuelle portées à son égard.

Pourtant, même si Danny Masterson n’apparaît pas à l’écran, Rooster est quasi omni-présent durant les premiers épisodes, ce qui donne un ton bien plus sombre et plus sérieux à ce qui, à la base, est supposé être une sitcom parodique de l’Amérique profonde.

L’ambiance se détend peu à peu au fil des épisodes, mais jamais beaucoup et jamais pour très longtemps.

L’absence de Danny Masterson oblige Ashton Kutcher et Sam Elliott à être mis plus en avant pour porter la série à eux deux (et, soyons honnêtes, Ashton Kutcher est meilleur quand il n’a pas trop de pression sur les épaules). Un ajustement va être nécessaire pour rééquilibrer l’ensemble. Ou peut-être développer un peu plus les personnages secondaires, parfois réduits aux rôles d’accessoires interchangeables (Maggie n’apparaît que quand Joanne n’apparaît pas, et vice versa ; Abby est essentiellement présente pour nourrir sa fille).

Notons que l’ajout de Dax Shepard est plutôt une bonne pioche. J’étais très sceptique en apprenant qu’il rejoignait le casting. Je ne suis pas fan de l’acteur, qui m’évoque un Zach Braff du pauvre, plutôt habitué aux rôles moyens dans les comédies de bas-étage. Mais il a réussi à me séduire avec un personnage plus complexe qu’il n’y apparaît de prime abord.

Bon, on ne va pas se mentir, sortir un cousin inconnu d’un chapeau semble un peu facile (ou standard, quand il est question de série américaine). Mais l’affubler d’un syndrome de PTSD (trouble de stress post-traumatique) lui confère une complexité rafraîchissante.

Et puis il y a Hank et Hank est génial.

Cette sixième partie de The Ranch n’est pas la meilleure, mais en considérant tout ce qui s’est passé en dehors de la série entre les deux parties composant cette troisième saison, les scénaristes s’en sont plutôt bien sortis et ont utilisé les aléas de la vie pour donner une nouvelle profondeur au show.

The Ranch est une série hybride, qui devient de plus en plus une comédie dramatique qu’une comédie tout court. Les one-liners sont de moins en moins nombreux et cèdent place à des sujets de plus en plus sérieux.

À la manière de la paternité de Colt, The Ranch est en pleine maturation. Si cette sixième partie est une transition vers pour la série, alors j’ai hâte de découvrir de quoi l’avenir des Bennett sera fait.

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *