Vu! The Visit, de M. Night Shyamalan.

4 mars 2016

Vu! The Visit, de M. Night Shyamalan.

the-visit

Voir sur Amazon

Pour la première fois, Becca et Tyler vont passer une semaine dans la ferme (isolée) de leurs grands-parents. La visite a plusieurs objectifs pour les enfants : ils veulent laisser de l’espace à leur mère, pour qu’elle puisse partir en croisière avec cet homme qu’elle fréquente ; mais ils veulent surtout (enfin, surtout Becca) découvrir la raison pour laquelle leur mère et leurs grands-parents ne se parlent plus depuis quinze ans. Très vite, les enfants sont témoins de choses étranges, de plus en plus inquiétantes.

Il fut un temps où un nouveau film de M. Night Shyamalan était un rendez-vous à ne pas manquer. Mais c’était déjà il y a longtemps. Avec The Visit, l’ancien prodige annoncé est bien loin de ses meilleurs films. Présenté comme un film d’horreur en found footage, ce dernier opus loupe (une fois de plus) le coche.

Dès le début, Tout semble forcé, de l’obsession du personnage de Becca pour la réalisation au comportement des acteurs devant la caméra. Évidemment, l’un est nécessaire pour avoir des images, l’autre est voulu pour accentuer l’effet « il se passe un truc étrange, non ? »

Sauf que ça a du mal à passer, justement. Les scènes « flippantes » ne le sont pas vraiment et « l’horreur » est plutôt légère. Certes, il y a la fin, avec le twist adoré du réalisateur mais qui n’a pas l’impact désiré ainsi que des événements qui auraient pu être importants mais sont à peine évoqués. Et puis il y a cette mythologie du conte chère au réalisateur (Becca qui cherche « l’élixir » pour rendre sa mère heureuse ou la « légende du lac », pour ne citer qu’eux) qui alourdi plus qu’elle n’apporte.

Côté casting, aux côtés de l’expérimentée Kathryn Hahn, que l’on voit bien trop peu et dans un rôle diamétralement opposé à l’ambiance du film (en même temps, elle est sur un bateau de croisière), on retrouve Peter McRobbie, que j’ai trouvé particulièrement mauvais dans le rôle du grand-père. Sa femme à l’écran, Deanna Dunagan, s’en sort bien mieux, sans être exceptionnelle. Les enfants sont joués par deux jeunes acteurs australiens, Olivia DeJonge et Ed Oxenbould qui sont plutôt bons (si l’on excepte les « raps » de Tyler), surtout dans la comédie et le rapport frère/sœur.

The Visit aurait pu être un très bon film d’horreur, si M. Night Shyamalan avait fait un film d’horreur. Sauf que j’ai toujours du mal à penser que c’est un film d’horreur qu’il a voulu faire. Il y a certes quelques scènes du genre, mais il manque cruellement cette tension latente et cette ambiance inquiétante qui nous feraient sursauter aux moments-clefs ou frémir en pétrissant la main du voisin, le souffle suspendu et les yeux rivés sur l’écran, redoutant l’image suivante.

The Visit est un film très moyen, avec de bonnes idées mal exploitées, la faute en partie à ce format found footage très difficile à rendre efficace et qui sert plus souvent de cache-misère que le contraire. Comble, les aspects comiques sont mieux réussis que ceux censés faire peur. À l’époque de Sixième Sens, M. Night Shyamalan était un réalisateur novateur, Incassable avait une ambiance, tout comme Signes ou même The Village. Mais depuis, il semblerait que le réalisateur ait égaré son mojo. Ou peut-être que les attentes placées en lui étaient trop élevées.

Quoi qu’il en soit, The Visit est un film (de plus) à oublier. Si vous voulez trembler, tentez votre chance ailleurs…

film-disponible-leo-rutra

FacebooktwitterFacebooktwitter

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *