Vu! X-Men : Apocalypse, de Bryan Singer.

5 octobre 2016

Vu! X-Men : Apocalypse, de Bryan Singer.

x-men-apocalypse

Voir sur Amazon

Il y a 3 600 ans, en Égypte, la foule scande le nom de En Sabah Nur, Apocalypse. Le premier mutant est encadré de ses quatre chevaliers, qui le préparent pour la cérémonie qui lui permettra de changer de corps et de récupérer des pouvoirs supplémentaires. La cérémonie est interrompue par des mutants rebelles, qui font s’écrouler la pyramide sur Apocalypse. Dans les années 80, toujours en Égypte, Moira MacTaggert assiste à une cérémonie mystique dans des ruines, et au réveil d’Apocalypse. Alors que le premier mutant est bien décidé à régner sur la planète et se débarrasser de l’espèce humaine, Charles Xavier et ses alliés vont se dresser sur sa route.

X-Men : Apocalypse est le troisième volet de la seconde trilogie X-Men, le neuvième film de l’univers et le quatrième réalisé par Bryan Singer.

J’ai retrouvé un réel intérêt pour les films estampillés X-Men avec X-Men : le Commencement, de Matthew Vaughn, qui n’avait pas peur d’explorer des sujets plus profonds et ne se contentait pas d’une opposition claire entre le bien et le mal. Il soulevait des questions morales et servait, comme souvent les comic books, de critique de la société.

Ici, pas de doute, le méchant est clairement établi, tout comme les gentils.

L’introduction est assez longue, avec une présentation systématique de chaque personnage secondaire, ou presque. Et des personnages secondaires, il n’y a presque que ça. Même Magneto, une fois contée sa vie polonaise, est réduit au rang de marionnette d’Apocalypse. On pourra d’ailleurs juger un peu aléatoire la sélection de ses quatre chevaliers par Apocalypse. C’est un peu comme si, à part Magneto, il se contentait de récupérer les premiers mutants qui lui tombe sous la main.

La dernière partie fait la part belle à des effets spéciaux de qualité. Malgré tout, c’est très prévisible et on ne doute à aucun moment de l’issue du film. La simplification des enjeux empêche de retrouver la complexité de nombreux passages du Commencement.

Heureusement que les acteurs sont bons, Michael Fassbender en tête. L’acteur germano-irlandais est presque trop bon et, comme souvent, éblouit par sa classe (oui, je l’aime bien…). James McAvoy, Jennifer Lawrence et les autres livrent des prestations très honnêtes.

Mentions spéciales à Sophie Turner et Evan Peters. La Sansa Stark de Game of Thrones a la lourde tâche de prêter ses traits à Jean Grey, personnage majeur de l’univers cinématographie des X-Men, incarné jusque-là par Famke Janssen, et s’en sort très bien. Evan Peters reprend lui son rôle de Quicksilver et nous offre probablement la meilleure scène du film.

On a également, comme toujours, droit à quelques caméos pour contenter les fans, avec notamment une apparition de Wolverine.

X-Men : Apocalypse n’est sans doute pas aussi bon qu’il aurait mérité de l’être. Ce troisième volet de la seconde trilogie ressemble un peu au troisième volet de la première trilogie en ce sens qu’il est sans doute le moins bon des trois. Ceci dit, il reste un divertissement plutôt correct, dont l’absence de risques scénaristiques est compensée par la qualité du casting.

film-disponible-leo-rutra

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *